[ Quand la Parole de DIEU s'accomplit en nous
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/3e-dimanche-du-Temps-Ordinaire-C

Quand la Parole de DIEU s’accomplit en nous

Homélie du 3e dimanche du Temps Ordinaire C (2010)

• Livre de Néhémie 8,2-4.5-6.8-10
« Tout le peuple écoutait la lecture de la Loi. »

• Psaume 19,8.9.10.15
« La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie »

• Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 12,12-30
« Notre corps forme un tout, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ. »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,1-4.4,14-21
« Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. »

- Pour lire l’intégralité des textes de ce jour, cliquer ici



Tout le peuple écoutait la lecture de la Loi.

Nous sommes dans cet épisode aux premiers temps du Retour d’Exil.
L’Exil fut un temps terrible ! Une déportation ! On avait tout perdu : la Terre promise, Jérusalem, le Temple de DIEU... Les juifs étaient désormais apatrides, en diaspora. Les uns étaient à Babylone, les autres en Égypte ; d’autres encore en Grèce ou en Italie...

Mais c’est à Babylone qu’on a commencé à se demander : Pourquoi ? Pourquoi avons-nous perdu ce que DIEU, pourtant, nous avait promis ? Comment se fait-il que nous n’ayons même plus de roi ? Que va-t-il advenir du notre peuple ?
C’est alors qu’Israël commence à se plonger dans sa mémoire : les scribes rassemblent et mettent par écrit tout ce que la mémoire des siècles passés se souvient : les chroniques des rois, les paroles des prophètes, les aventures des patriarches jusqu’à Moïse...
Et plus on écrit, plus on prie, plus on comprend : ce n’est pas DIEU qui nous a abandonnés, mais c’est nous qu’il l’avons délaissé ! On comprend qu’on s’était attaché à de l’artificiel (les effets de la cour royale, le goût du pouvoir, les sacrifices du Temple), mais qu’on avait délaissé l’essentiel : la Parole de DIEU et l’amour du prochain.

Un peu comme lorsqu’un événement, dans notre vie, nous fait tout perdre... TOUT ! Que reste-t-il ? L’essentiel... La vie, les proches, la mémoire, notre histoire...

Alors que faire pour ne plus oublier ? On va convoquer le peuple chaque shabbat pour proclamer la Parole de DIEU : l’histoire des patriarches, les paroles des prophètes, les psaumes... Non pas seulement pour qu’on n’oublie pas, mais pour que l’histoire puisse se poursuivre, se bâtir avec DIEU, et non plus sans Lui...

Nous assistons aujourd’hui, avec ce passage du Livre de Néhémie, à la première grande liturgie synagogale (sun agô, en grec, veut dire "aller avec", "se rassembler") sur laquelle toutes les liturgies désormais vont se fonder, y compris la liturgies chrétiennes.
L’objectif ? Se rappeler que DIEU est au milieu de son peuple ; faire mémoire de ses bienfaits et répondre à la vocation de peuple choisi au milieu des Nations païennes : ne jamais perdre l’essentiel, c’est-à-dire l’ouverture à l’autre, au Tout-Autre, pour bâtir un Royaume où paraisse la joie. La joie de se recevoir de DIEU, la joie de connaître l’essentiel, qui est dans la relation à l’autre, dans le don de soi à l’autre ; la joie de vivre ainsi dans une liberté inaliénable.

Oui, vraiment, grâce à cette mémoire, le peuple de DIEU prend conscience que « la joie du Seigneur est son rempart ». Sa Loi est bonne puisqu’elle contribue à édifier une protection imprenable contre tous les ennemis en « clarifiant le regard » et en « réjouissant le cœur » (Cf. le Psaume)

* *
Notre corps forme un tout

On pourrait dire que là où l’Ancien Testament édifie la conscience identitaire du peuple de DIEU, le Nouveau Testament illumine la conscience personnelle de chacun de ses membres. L’un ne va pas sans l’autre.
Ainsi, faire partie du peuple de DIEU n’est pas seulement une réalité extérieure, le fruit d’une Loi qui nous serait imposée "par le dessus" : faire partie du peuple élu doit être ratifié par chacun.

Dans ce peuple, chacun prend conscience de sa dignité, qui ne consiste pas à être ceci plutôt que cela, mais à composer, avec les autres, un seul Corps.
Il ne s’agit donc pas de se comparer – ce qui n’engendre jamais que jalousie et tristesse –, mais de s’accueillir dans la bienveillance et dans l’édification réciproque. Dans un corps, il n’est pas question d’égalité, comme si tout le monde devait être les yeux, ou les mains... mais il s’agit d’équité : que chacun soit reconnu dans sa spécificité et dans la place qu’il tient pour que le Corps tout entier puisse porter la vie qui lui est offerte.

Essayez de vous couper le petit doigt de pied, par exemple... vous savez : celui auquel vous ne pensez jamais ! Vous verrez vite toute son importance pour la stabilité du pas !
Il en va ainsi pour les membre du Corps du Christ, qui est le rassemblement des chrétiens (Église vient du grec Ecclesia, Rassemblement). Si nous reconnaissons la valeur de chacun, ce n’est pas seulement en vertu de lui-même, mais parce qu’il participe au même Corps que nous.
L’individualisme, c’est la main qui oublie le corps. Et comme le disait cette jeune fille lorsque je lui posais la question ce matin à la messe :
« — Si ta main décidait de partir faire sa vie toute seule, tu lui dirais quoi ?
— Je lui dirais : "reviens !" », a-t-elle répondu.

C’est exactement ça ! C’est du pur bon sens !
Et nos rassemblements dominicaux, c’est notre réponse à DIEU qui nous appelle en nous disant : « Reviens ! ».
Reste à savoir si nous voulons entendre ou faire comme la chèvre de Mr Seguin !

Et qu’entend-on dans ces rassemblements dominicaux : « Aujourd’hui s’accomplit la parole de DIEU ! » Et c’est Jésus en personne, la Tête du Corps, qui nous parle, et nous livre la substance même du Corps que nous formons avec Lui...

* *
Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre,
c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit

La Parole qui nous rassemble, qui nous relie, qui nous recrée en un seul Corps pour notre plus grande joie et la joie de DIEU ; cette Parole n’est pas celle qui a été prononcée il y a 2000 ans, ni celle qui le sera plus tard... Elle est celle qui est prononcée Aujourd’hui. Et si je ne l’entends pas, elle est perdue pour aujourd’hui ! Elle sera certes prononcée à nouveau, mais le sens qu’elle a pour moi et pour le Corps auquel j’appartiens aujourd’hui, ce sens-là est perdu ! Pour toujours. Quel dommage !

Quel dommage, parce que cette Parole est une parole de joie ; elle est un rempart !
Quel dommage, parce que cette Parole est une parole adressée à tout le peuple, au Corps tout entier, pour nous permettre de la voir s’accomplir dans le concret de chacune de nos existences !
Quel dommage, parce que louper cette Parole d’aujourd’hui, c’est perdre la joie du Corps entier, c’est-à-dire la joie partagée, au profit d’un éloignement qui ne mène qu’à la solitude et à la perte de soi.

Mais c’est vrai aussi que Jésus est précisément venu pour les brebis perdues...

Alors notre exercice de la semaine ?
Il était inscrit dans la dernière phrase du livre de Néhémie, et dans la Parole prononcée par Jésus à la Synagogue : «  la Joie de DIEU est notre rempart  », parce que sa Parole s’accomplit aujourd’hui pour chacun de nous , dans l’harmonie du Corps entier.

Cette semaine, veillons à ne nous comparer à personne, mais au contraire à nous redire les uns aux autres la valeur que nous avons, puisqu’aucun de nous ne peut se détacher du Corps sans l’amputer gravement, et se couper de la vie qui coule dans ses veines.
Autrement dit, chacun de nous a sa place, sa valeur, son rôle ! Que personne ne dise ni ne laisse dire : « Je ne vaux rien, je ne sers à rien... ». Que pour chacun, la Parole de DIEU s’accomplisse aujourd’hui, pour que chacun vive de la vie du Corps entier.

La joie du Seigneur est notre rempart !

+ Père Alain

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]