[ Me voici pour faire ta volonté
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/4e-dimanche-de-l-Avent-annee-C

Me voici pour faire ta volonté

4e dimanche de l’Avent, année C

• Livre de Michée 5,1-4
« Viendra un jour où enfantera celle qui doit enfanter »

• Psaume 80(79),2-3.15-16.18-19
« Dieu de l’univers reviens ! »

• Lettre aux Hébreux 10,5-10
« Me voici, je suis venu pour faire ta volonté. »

• Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,39-45
« Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. »



Michée 5

Michée est un prophète qui, aujourd’hui, tient son rôle de consolateur.

À l’époque de ce texte, on est las d’attendre que le roi idéal promis à la descendance de David arrive. Le peuple a l’impression d’être dans un temps où DIEU l’a délaissé. Un peu comme une femme qui, au bout de sa grossesse, s’impatiente de voir arriver le jour où elle mettra au monde son enfant : les derniers jours sont toujours plus longs, et un peu décourageants.

Alors Michée est envoyé par DIEU pour dire : encore un peu de temps, et la promesse s’accomplira. Non pas comme les hommes le pensent : le roi ne sortira pas de Jérusalem, la superbe, mais d’un tout petit ‘bled’ : Bethléem Ephrata (Ephrata signifie : féconde).

Bethléem était la ville de la famille de David, le dernier de sa fratrie. Tout comme David était petit, et s’est laissé façonner par DIEU, ainsi en sera-t-il de celui que vous attendez.

* *
Ps 80 (79)

Le Psaume poursuit la comparaison : David était berger. Aussi est-ce un berger qu’il nous faut espérer, et invoquer. Ce berger sera à l’image de DIEU qui marche devant son peuple.

La vigne, quant à elle, signifie un peuple qui a été établi solidement sur sa terre. Quand on a une vigne, c’est qu’on n’est plus nomade.

Le peuple de DIEU est l’un et l’autre : un peuple en marche, tout autant qu’un peuple qui saint qu’une terre stable lui est promise, dont la terre d’Israël est le signe.

* *
Hébreux 10

Le sacrifice du Christ, nous dit l’auteur de la lettre aux hébreux, tient tout entier dans cette phrase : « Me voici, Seigneur, pour faire ta volonté. »

« Me voici » est la seule réponse que DIEU attend du cœur de l’homme, à l’image d’Abraham, de Moïse ou de Samuel, par exemple.

* *
Luc 1

Marie s’inscrit dans cette dynamique, elle qui a dit à l’annonce de l’ange : « Voici la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon ta parole. »

Cette disponibilité rejoint celle du Verbe qui prend chair en elle. Elle le précède dans l’histoire sainte pour signifier que la rencontre entre DIEU et l’homme ne peut se faire que lorsque ces mots sont prononcés du fond du cœur.

C’est cette rencontre que décèle Élisabeth.

La nuit de Noël, ces mots devraient retentir aux oreilles de notre cœur pour entrer au plus profond du mystère que nous célébrerons ensemble.

Dans les quelques jours qui nous séparent de Noël, soyons attentifs à la manière dont ces mots nous habitent : auprès de DIEU dans la prière, auprès de nos proches, et en nous-mêmes.

Savoir prononcer ces mots en vérité est une vraie source de joie et de paix : les deux fruits attendus qui feront foi de l’évènement de Jésus, non seulement dans le monde des hommes, mais dans notre cœur. Ces deux fruits nous feront témoigner, durant le temps de Noël, que Jésus Christ est Seigneur, à la Gloire de DIEU le Père.


2 réactions


20 décembre 2009 13:58, par espérance

Bonjour,
j’aimerais avoir votre avis sur cette question : Est-ce que Marie a eu le choix devant l’annonce de l’ange ? et avant de dire "Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole." ?
Certaines fois, je me dis que Oui, Marie a eu le choix car elle a répondu en toute liberté, sans la contrainte, comme pour le mariage.
Et parfois je me dis que non, Marie n’a pas eu le choix en raison de la Volonté de Dieu qui ne voyait en elle, aucun obstacle.
Merci pour votre site qui est très nourrissant et "Joyeux Noël" à tous.
Dominique

- repondre message

  • 3 juillet 2010 18:01, par Symphorien

    Votre question est légitime. Mais oui, Marie a eu le choix. On peut même dire que personne n’a été plus libre qu’elle à ce moment précis. La vraie liberté n’est pas de pouvoir choisir entre un bien ou un mal, mais de toujours choisir ce qu’il y a de meilleur. Donc Marie a fait ce choix dans une liberté totale, joyeuse et franche.

    -  répondre

 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]