[ Au boulot !
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Au-boulot

Au boulot !

Homélie du 26e dimanche du Temps Ordinaire (A)

Livre d’Isaïe 55,6-9
« Mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins, dit le Seigneur »

Psaume 145(144),2-3.8-9.17-18
« Le Seigneur est juste en toutes ses voies »

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 1,20c-24.27a
« Menez une vie digne de l’Évangile du Christ. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 20,1-16a
« Vas-tu regarder avec un œil mauvais parce que moi, je suis bon ? »

- lire l’intégralité des textes de ce dimanche




Nous avons chanté au début de cette messe la "très douce volonté" de DIEU. Hummm ! Est-ce si simple ? Il faut nous méfier de ces images d’Épinal doucereuses, tellement affectées qu’elles en deviennent insupportables à force de montrer un Jésus désincarné ; pur produit d’une idéologie moraliste au comble de l’inintelligence du mystère de DIEU. Avec évidemment son parèdre inévitable : le DIEU sévère de l’Ancien Testament ! Une sorte de dualisme à la mode XIXe siècle, avec d’un côté le père Noël goguenard et de l’autre le père Fouettard... Comment voulez-vous que nous soyons pris au sérieux avec de telles âneries qui ont traumatisé des générations entières de chrétiens ? J’ai encore régulièrement en confession des anciens qui vivent comme ils peuvent sur ces imageries qui ont totalement oblitéré leur vie spirituelle... Encore heureux qu’ils aient encore la foi, car la grande majorité d’entre eux n’ont eu d’autre le réflexe salutaire que de quitter l’Église... et surtout les hommes !

Pourquoi est-ce que je vous dis cela ? Parce qu’aujourd’hui, par exemple, l’Évangile nous montre que la "douce volonté" de DIEU est autre chose qu’une bonté mielleuse. Méfions-nous de notre tendance idolâtres qui nous font projeter "nos pensées" sur celles de DIEU. Isaïe nous a bien prévenus à cet effet.

Ce qui importe en effet n’est pas tant la "bonté" de DIEU, mais sa JUSTICE. Non pas la justice qui “pèse les âmes”, —comme dans les antiques mythes égyptiens dont nous n’arrivons pas à sortir — mais la justice qui "rend justice", qui "justifie". Or la manière dont DIEU justifie doit nous interroger, sans trop rapidement tenter de trouver une réponse.

Car à lire l’évangile, reconnaissons que la justice du Maître est distributivement injuste. Elle semble même encourager la paresse... Si nous étions du côté des vignerons embauchés le matin, nous aurions eu la même réaction qu’eux, de sorte que la fameuse "douce volonté" de DIEU a plutôt pour effet de nous déstabiliser ! En l’occurrence, elle a pour but d’interroger la qualité du regard que nous portons sur nos frères. Mais encore : ne croyons pas non plus que le Maître ait fait une aumône : s’il s’était agit d’une aumône, il aurait donné la pièce d’argent sans les appeler à la vigne ! En réalité, le Maître les a mis au travail, il les a mis en route. Et c’est cette mise en route qu’il récompense...

Ah voilà la justice de DIEU ! Cette justice qui traverse toute la Bible, depuis Abraham jusqu’à Moïse, les Prophètes et surtout le Christ Jésus : chaque fois qu’il rencontre un homme désœuvré, son souci est de le mettre au travail : “Debout ! Lève-toi !” Car pour DIEU, l’homme debout, c’est l’homme vivant. Toute la dynamique du Salut ne nous parle que de cela. Et parler encore de “résurrection”, c’est parler de relèvement, et c’est parler de vie éternelle.

Car la vie éternelle ne consiste pas à se prélasser, mais à cueillir les fruits qui ont poussé ! « Je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre », disait sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Certes, mais elle avait non moins compris que la vie éternelle avait déjà commencé pour elle dès sa conversion, à l’âge de 12 ans. En définitive, nous apprenons aujourd’hui de l’évangile que n’entreront dans la Vie éternelle que ceux qui auront compris qu’elle a déjà commencé avec Jésus, et donc qui auront accepté de se lever dès ici bas, à son appel, pour travailler à sa vigne. Le Seigneur ne cesse d’appeler, à toute heure du jour et de la nuit, à temps et à contre temps ! Et ce n’est rien d’autre que cet appel auquel nous répondons, nous qui nous sommes levés pour venir célébrer aujourd’hui l’Eucharistie. Voilà qui nous vaudra la récompense.

Avec mon affection fraternelle,
Père Alain


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]