[ Bienheureux les invités aux Festin des Noces Éternelles de l'Agneau
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Bienheureux-les-invites-aux-Festin
        Bienheureux les invités aux Festin des Noces Éternelles de l’Agneau

Bienheureux les invités aux Festin des Noces Éternelles de l’Agneau

• Livre d’Isaïe 62,1-5
« Comme un jeune homme épouse une jeune fille, celui qui t’a construite t’épousera. »

• Psaume Psaume 96(95),1-2a.2b-3.7-8a.9a.10ac
« Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière ! »

• Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 12,4-11
« Les dons de la grâce sont variés, mais c’est toujours le même Esprit. »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2,1-11
« Ils n’ont pas de vin. »

- lire l’intégralité des textes de ce jour




Ils n’ont pas de vin


Une fois n’est pas coutume, commençons par l’évangile.

Pourquoi n’y a-t-il plus de vin ? Parce que le maître du repas a été négligeant ? Allons donc ! Toujours cette tentation première de trouver un coupable quand quelque chose ne va pas... La réalité est tout autre : le “vin de garde” bourguignon n’a jamais existé que depuis Louis Pasteur ! Avant, les vins, même français, tenaient tout juste l’année [1]. À la moindre variation de condition atmosphérique, toute une cuvée pouvait se retrouver imbuvable en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, et c’est sans doute ce qui s’est passé à Cana. En effet, si le vin avait simplement manqué, Jésus aurait fait remplir les amphores vides. S’il utilise des jarres d’ablution, c’est que les amphores sont pleines… de vin aigre.

Or le vin est signe de bénédiction : il marque l’accomplissement de la promesse divine d’une terre stable et féconde où la vigne peut être cultivée en paix. Le vin des noces est donc signe de la bénédiction et de la fécondité du jeune couple. Qu’il vienne à manquer laisse présager une malédiction, et l’on comprend l’inquiétude de la mère de Jésus voyant cela. À sa demande, Jésus va offrir un vin d’une autre nature, un beau vin, dit le grec. Un vin qui vient de Dieu, signe des Noces éternelles que le Christ inaugure afin qu’une bénédiction paraisse et donne accès à la joie du Salut.

Parce qu’en réalité, tout est là : nous célébrons chaque dimanche et à chaque fête liturgique les Noces éternelles de DIEU avec son peuple. Depuis le prophète Osée, ce grand et magnifique prophète malheureusement complètement inconnu des chrétiens, DIEU se présente comme un époux, comme un ami. L’Époux par excellence, l’Ami par excellence. Un Époux qui se présente librement : Il n’est ni "en manque", ni "pervers" ; Il ne nous ne nous viole pas, ne s’impose pas : il est simplement là parce que nous avons un besoin viscéral d’être aimé librement par un Ami et de l’aimer librement en retour.

À quoi vais-je reconnaître l’Ami ? À ce qu’il donne sa vie pour moi. Retenez bien ce principe de discernement : N’est mon ami que celui qui donne sa vie pour moi. Ça limite déjà pas mal la quantité ! Les saints, en particulier les martyrs, sont les amis d’innombrables chrétiens, mais c’est parce qu’eux-mêmes n’ont qu’un seul Ami : le Christ qui a livré sa vie pour eux.

Il est étonnant de voir comment, me sachant aimé en vérité par mon Ami, cet amour même me fait me dépasser et déployer des qualités pour construire quelque chose de l’ordre d’une famille : c’est la fécondité du couple, mais pas seulement. C’est la fécondité d’un peuple comme celui qui se rassemble à Jérusalem poussant des cris de joie ; et c’est la fécondité de l’Église, l’Épouse par excellence dont nous sommes les enfants au cœur de laquelle se déploient les charismes les plus divers parce que nous savons et que nous témoignons que nous sommes aimés jusqu’à être épousés.

Bienheureux les invités au Festin des Noces de l’Agneau ! va proclamer dans quelques instants la Prière Eucharistique. Chaque communion est la proclamation de nos épousailles avec DIEU, dans une surabondance de vin qui abreuve aujourd’hui plus d’un milliard de personnes sur terre !!! Chaque Eucharistie est la célébration de notre Liberté dans l’amour d’amitié partagée avec DIEU. Je m’étonne qu’il y ait encore des chrétiens pour dire qu’ils n’ont "pas besoin d’aller à la messe tous les dimanches". C’est comme si on leur disait : "Tu es mon ami, mais vraiment, j’ai pas besoin d’aller te voir". À mon avis, ils feraient la... moue. DIEU, Lui, ne fait pas la moue, mais Il reste pour l’éternité en espérance de notre venue pour pouvoir partager avec nous le vin des Noces. « Comme la jeune mariée est la joie de son mari, ainsi tu seras la joie de ton Dieu. » Ces paroles ne sont pas d’hier, mais c’est aujourd’hui, pour nous, qu’elle s’accomplissent. Si nous le voulons bien.

Avec mon affection fraternelle,

+ Père Alain.

Notes

[1Avant l’invention du “méchage” au souffre au XVIIIe siècle, aucun vin, même en France, ne passait l’année. Le “vin de garde” est une invention du XIXe siècle et dut attendre Louis Pasteur pour devenir une science à part entière. À l’époque du Christ, il y avait bien une forme de chaptalisation, c’est-à-dire une adjonction de sucre pour hausser le degré d’alcool par un mélange de miel ou de mélasse de fruits qui permettait au vin de ne pas tourner trop vite, mais la chose restait très empirique, la preuve : la catastrophe du vin tourné à Kana.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]