[ Cessez d'être gentils, soyez vrais !
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Cessez-d-etre-gentils-soyez-vrais

Cessez d’être gentils, soyez vrais !

Homélie du 26e dimanche du temps ordinaire (Année A - 25 septembre 2011)

•Livre d’Ézéchiel 18,25-28
« Parce qu’il a ouvert les yeux,
parce qu’il s’est détourné de ses fautes,
le méchant ne mourra pas, il vivra. »

• Psaume 25(24),4-5ab.6-7.8-9
« Il est droit, il est bon, le Seigneur,
Lui qui montre aux pécheurs le chemin. »

• Lettre de saint Paul Apôtre
aux Philippiens 2,1-11
« Ayez entre vous les dispositions que l’on doit avoir dans le Christ Jésus. »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 21,28-32
« Les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. »

- lire l’intégralité des textes de ce jour



Parce qu’il a ouvert les yeux,
parce qu’il s’est détourné de ses fautes,
le méchant ne mourra pas, il vivra


Nous avons du mal avec cette notion. Comment un Méchant avec un grand ‘M’ pourrait-il échapper à la justice ? Un Hitler, un Staline, et en général tous les dictateurs et leurs sbires ?

Qu’est-ce qu’un “Méchant” ? C’est simple : c’est toujours “l’autre”. Vous savez bien : “l’autre” qui ne fait pas “comme moi” ; “l’autre” qui n’a pas “les mêmes idées que moi”... Celui à qui on va faire payer sa différence, en toute “justice”, ne serait-ce que pour lui montrer qu’il a tort et que moi, j’ai raison :


• Quand l’autre n’achève pas son travail, je me dis, il est paresseux.
Quand moi, je n’achève pas mon travail, c’est que je suis trop occupé, trop surchargé.

• Quand l’autre parle de quelqu’un, c’est de la médisance.
Quand moi je le fais, c’est de la critique constructive.

• Quand l’autre tient à son point de vue, c’est un entêté.
Quand moi je tiens à mon point de vue, c’est de la fermeté.

• Quand l’autre prend du temps pour faire quelque chose, il est lent.
Quand moi je prends du temps pour faire quelque chose, je suis soigneux.

• Quand l’autre est aimable, il doit avoir une idée derrière la tête.
Quand moi je suis aimable, je suis vertueux.

• Quand l’autre est rapide pour fire quelque chose, il bâcle.
Quand moi je suis rapide pour fire quelque chose, je suis habile.

• Quand l’autre fait quelque chose sans qu’on le lui dise, il s’occupe de ce qui ne le regarde pas.
Quand moi je fus quelque chose sans qu’on me le dise, je prends des initiatives.

• Quand l’autre défend ses droits, c’est un mauvais esprit.
Quand moi je défends mes droits, je montre du caractère. [1]



Ce piège est une marque certaine du péché qui est en nous. Il y a là une vraie matière à confession, pour les “gentils” qui se demandent toujours ce qu’ils pourraient dire, ceux qui “ne font jamais de mal à personne”... Tu parles ! Ce sont justement ceux-là qui mourront !…Pourquoi ? Parce que le “gentil” est toujours prêt à donner des leçons aux “autres”, aux “méchants” ; et parce qu’il n’y a rien de pire qu’un “gentil” qui parvient au pouvoir ! Hitler était un “gentil” : c’était un esthète qui voulait l’amélioration de la race humaine. Staline était un “gentil” : il voulait que tous les hommes soient égaux.

L’Église elle-même — DIEU merci pas dans les mêmes proportions que les précédents ! — est tombée dans le panneau, elle qui est composée de pécheurs. Vous savez bien : l’Église, l’autre, celle qui est la “méchante” ! Celle qui a lancé les croisades, qui a fait l’inquisition [2], l’Église de la Saint-Barthélémy... Celle qui interdit la pilule, qui bloque les expérimentations sur les fameuses “cellules-souches embryonnaires”... La Méchante, quoi ! Avec un grand “M” ! L’autre, qui me veut du mal... moi, qui suis le Gentil, avec un grand “G”.

Oui, l’Église est tombée dans le panneau, encore que pour des raisons totalement différentes de ce que la bêtise de l’ignorance brandit contre elle. Mais passons. Mais elle, au moins, a tiré la leçon :
- elle travaille d’arrache-pied à l’œcuménisme ;
- elle scolarise à elle seule plus d’enfants que toutes les institutions étatique d’enseignement dans le monde ;
- elle s’occupe des lépreux ; mieux : elle vit avec eux ! Ce qu’aucun de nos généreux “Gentils” n’est capable de faire !!!
- Elle encourage la recherche, notamment sur les cellules-souches adultes, dont personne ne parle dans les médias officiels ;
- elle soutient la famille...
- elle demande pardon au monde (un pardon que les “gentils” lui refusent, d’ailleurs, en toute “justice”). Citez-moi une seule institution civile qui a osé demander pardon pour ses fautes (pas pour ses “erreurs”, ce qui est autre chose)...

Mais voyez comme nous sommes devenus pervers : nous ne voulons pas de cette repentance-là. Ce que veut ce monde, c’est la justice sans miséricorde ! C’est une institution infaillible ; une institution neutre ; une institution souverainement lisse... tellement que le prix à payer est que cette institution ne peut être qu’inhumaine sous couvert de grands idéaux de “progrès”. C’est de l’idéologie pure, de la virtualité cauchemardesque comme on l’aime sur nos écrans, destructrice de la réalité, destructrice de la personne humaine.

* *

Car la grandeur de l’homme n’est pas de ne jamais tomber, mais de savoir se relever. DIEU ne demande pas à l’homme d’être “gentil”, mais d’être vrai : reconnaître cette “méchanceté” qui reste tapie en lui, et de se repentir, de se relever.

Mieux encore : quand j’entends, ou que je travaille avec un partenaire avec qui ne je suis pas d’accord, surtout si j’ai un pouvoir sur lui, toujours avoir le réflexe de “sauver sa proposition”, comme dit saint Ignace de Loyola. Toujours chercher le côté positif de sa position, et la faire sienne, avant que de corriger sa “méchanceté” [3].

Or c’est précisément ce que fait le Seigneur qui montre au pécheur le chemin. Comment ? Non en lui disant : "Tu es le méchant et je suis le gentil”, mais en venant jusqu’à lui, jusqu’à nous, en Christ ; non pour nous manifester sa générosité de loin : le généreux est dangereux, parce qu’il exerce toujours un pouvoir sur l’“autre”. Le généreux est encore un “gentil”... DIEU n’est pas généreux : il vient vivre avec nous ; il vient prendre sur lui notre mal. Sans être “méchant”, il prend sur lui les conséquences terrible de notre méchanceté pour nous inviter à la repentance de sorte de nous faire accéder avec Lui à la vraie Vie, au Royaume.

Alors aujourd’hui,
- Toi qui te sens méchant dans ton cœur, toi qui le sais, qui le reconnais, heureux es-tu ! Sois dans la joie ! C’est pour toi que le Seigneur est venu.
- Toi qui te sens nikel-chrome dans ton cœur, malheureux es-tu, car tu n’as pas besoin d’être sauvé. Ô, bien sûr, tu te dis que tu n’as pas tué, que tu n’as pas volé (ou en tout cas que tu n’as pas été pris en flagrant-délie) ; que tu n’es pas Ben-Laden ni un terroriste... Et que ce que tu fais est animé de grands idéaux ! C’est sans doute vrai, et pourtant, tu te fourres le doigt dans l’œil jusqu’à l’os !

La question n’est pas de se comparer à des personnages pires que toi pour te conforter dans ta gentillesse. La question est de te comparer au Christ, qui sauve la proposition de tous, et d’abord ceux et celles qui se reconnaissent “Méchants”. Alors, de qui sauves-tu la proposition chaque jour parmi tes adversaires, voire tes ennemis ? Fais-cela, et tu découvrira peut-être comment le Christ fait aussi cela pour toi.

Se comparer au Christ : c’est cela, « revêtir les mêmes dispositions du Christ », comme le demande saint Paul. C’est une question de vérité, et donc de liberté.Pour reprendre le titre d’un ouvrage bien connu : « Cessez d’être gentils, soyez vrais ! », dans la lumière du Christ.

Avec mon affection fraternelle,

+ Père Alain


Notes

[1Pierre Descouvemont, Guide des difficultés de la vie quotidienne, Sarment Jubilé (1996) p. 120.

[2Pour ceux qui auraient l’honnêteté de vouloir s’informer un minimum avant de juger, cliquer ici ou ici

[3Nous ne parlons pas ici des problèmes dus à des pathologies graves ! Si on est en face d’un pervers paranoïaque, il faut le faire soigner. Mais sans jamais perdre de vue sa dimension humaine, toute défigurée qu’elle soit sous le masque de la maladie.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]