[ DIEU ramène les captifs dans la joie
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/DIEU-ramene-les-captifs-dans-la
        DIEU ramène les captifs dans la joie

DIEU ramène les captifs dans la joie

Homélie du 2e dimanche de l’Avent (09 déc 2012 – Année C)

• Livre de Baruch 5,1-9
« Tu les avais vus partir à pied, emmenés par les ennemis,
et Dieu te les ramène, portés en triomphe

• Psaume 126(125),1-2ab.2cd-3.4-5.6.
« Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,
nous étions comme en rêve ! »

• Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 1,4-6.8-11
« Dans la droiture, vous marcherez sans trébucher
vers le jour du Christ »


• Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 3,1-6
« Tout homme verra le salut de Dieu. »

- lire l’intégralité des textes de ce jour




Tu les avais vus partir à pied, emmenés par les ennemis,
et Dieu te les ramène, portés en triomphe


Le temps de l’Avent se poursuit, avec une note très spéciale aujourd’hui : il ne s’agit pas seulement d’un temps où les hommes reviennent à DIEU, mais où DIEU Lui-même ramène les hommes à Jérusalem, leur mère.

Pourquoi revenir à DIEU ? Pour que DIEU nous ramène là où sont nos racines, là où nous pouvons faire l’expérience d’une vraie fraternité, là où nous comprenons que nous avons été engendrés pour la paixJérusalem signifie la Ville de la Paix —, et non pour la guerre.

* *
Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,
nous étions comme en rêve !


Ce retour est comme un rêve. Le rêve d’un peuple qui retrouve sa liberté, sa vie, son histoire et donc son identité. Tous ne reviennent pas, loin s’en faut, mais ceux qui reviennent ont conscience d’être porteurs de plus qu’eux-mêmes. Ils portent avec eux l’espérance de tout leur peuple. Par eux, c’est le peuple entier que le Seigneur ramène à Sion, à qui DIEU pardonne les péchés qui les avait fait Le rejeter.

* *
Dans la droiture, vous marcherez sans trébucher
vers le jour du Christ


Or c’est le même sentiment qui habite les apôtres lorsqu’ils rencontrent le Christ. Ce qu’ils vivent n’est pas pour eux-mêmes. Ils marchent vers le Jour du Christ, mais ce faisant, ce ne sont pas seulement eux qui marchent, mais tous ceux que le Christ leur confie.

C’est cette vision plus large que nous-mêmes que nous avons perdu ces quarante dernières années. Cette “anthropologie corporative”, c’est-à-dire qui comprend l’homme non pas comme un individu mais comme faisant partie d’un Corps : voilà ce qui anime toute âme religieuse. Un peu comme l’exprime cet adage : “Toute âme qui s’élève élève le monde.” Eh bien : Tout homme qui revient à DIEU fait revenir le monde à DIEU. Voilà le sens de l’Avent.

* *
Tout homme verra le salut de Dieu


Et c’est ainsi que tout homme verra le Salut de DIEU. Par nous, aujourd’hui, tout homme revient un peu plus vers le Seigneur, vers Jérusalem. Il faut que nos frères nous sentent en route, et joyeux de marcher. Le peuple que nous sommes n’est pas seulement en marche : il est de retour ! Voilà la Bonne Nouvelle qui réjouit Sion ! Souvenez-vous du père du Fils Prodigue qui attend son fils sur le perron de sa porte ; d’Isaac qui voit revenir son fils Jacob ; de Tobie voyant revenir son fils Tobie-“Junior”... Il faut essayer de percer ce mystère de l’attente de DIEU et son souci de les voir revenir là où sont leurs racines, afin d’accomplir leur vocation et porter un fruit qui demeure.

Faute d’avoir trouvé ce chemin du retour, la majorité de nos contemporains courent, trépignent, prisonniers qu’ils sont d’une mentalité productiviste qui s’est affranchie de toute promesse et qui ne vise plus le bonheur de ses enfants mais leur résultat. Nous ne visons pas un résultat, et c’est ce qui est le plus désarçonnant pour nos contemporains. Nous vivons simplement ce retour, comme un appel qui enfin retentit dans notre cœur, non pas pour nous-mêmes seulement mais pour tout homme dont nous portons, vous et moi, l’espérance la plus profonde de leur cœur à tous. Notre appel de Chrétiens trouve là toute sa force et sa beauté : nous marchons vers un lieu sur lequel nous n’aurons aucune prise, qui ne produira rien en termes commerciaux, mais qui portera un fruit unique, le seul qui demeure : celui de la Paix et de la Joie éprouvées dans la découverte d’un amour vécu jusqu’au bout.

C’est tout cela à quoi, frères et sœurs, nous nous préparons en ces jours bénis.

Que le Seigneur soit notre Lumière sur ce chemin de vie.

+ Père Alain


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]