[ Dieu n'est pas comptable
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Dieu-n-est-pas-comptable

Dieu n’est pas comptable

Homélie du 25e dimanche du Temps Ordinaire



La justice des hommes calcule le salaire au prorata du nombre d’heures travaillées. La justice de Dieu le calcule sur le seul fait d’avoir répondu honnêtement à l’appel du Maître, fut-ce tardivement. Or une telle parabole, pour choquante qu’elle paraisse, travaille pourtant à notre salut.

La difficulté vient du fait que, n’analysant le fonctionnement du monde que du seul point de vue comptable, nous avons la fâcheuse tendance à reporter cette vision sur le Royaume de Dieu : nous y recevrions le salaire correspondant au nombre d’œuvres bonnes que nous aurions — ou non — posées. Ne parle-t-on pas d’ailleurs à ce propos, depuis Platon, de « rétribution » ? Sauf que cette vision est juste païenne : les Égyptiens avaient la même, comme le bouddhisme, le taoïsme, l’islam, etc., chacun à sa manière. Même un athée, évoquant une justice immanente, parle encore de justice comptable.

Jésus, Lui, nous place sur un plan complètement différent : celui de la chair. Cette parabole présente en effet le Maître comme un père. Quel père comptabiliserait l’héritage qu’il lègue à ses enfants au prorata de leurs œuvres ? Et si l’un d’entre eux, entendant un appel soudain après cinquante ans d’errance, se met au travail avec fruit : lui donnera-t-il un legs moindre par rapport à ses frères et sœurs le moment venu ? Sa joie ne sera-t-elle pas au comble de voir son fils enfin debout et vivant ? Malheureuse fratrie qui, dès lors, se mettrait à jalouser ce frère pour la misérable raison qu’elle se sentirait lésée pécuniairement !

Dans un monde géré par des comptables, la jalousie préside plus souvent qu’à son tour aux rapports entre individus ; et depuis Caïn et Abel, nous savons qu’elle mène au meurtre. Dans un monde illuminé par la foi comme seule vraie richesse, c’est la louange qui jaillit chaque fois qu’un pécheur se relève à l’appel du Christ, fut-ce tardivement. Au second — c’est-à-dire à nous — d’illuminer le premier pour que tous s’ouvrent à la joie du Royaume.


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]