[ Dimanche de l'Épiphanie du Seigneur
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/EPIPHANIE-DU-SEIGNEUR

Dimanche de l’Épiphanie du Seigneur

• Livre d’Isaïe 60,1-6
« Debout, Jérusalem ! Resplendis : elle est venue, ta lumière »

• Psaume 72,2.7-8.10-11.12-13
« Tous les rois se prosterneront devant lui »

• Lettre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens 3,2-3.5-6
« Les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 2,1-12
« Tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui,
et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »



Suivre une étoile

Épiphanie veut dire en grec Manifestation.

L’historicité de l’épisode évangélique ne nous intéresse pas aujourd’hui. Cherchons plutôt sa signification comme tel.

Qui sont les mages ? Des hommes versés dans l’astronomie, l’astrologie, autant de sciences portées par de nombreuses cultures dans l’Antiquité, en particulier à Babylone.
Leur présence a une signification : ils représentent la Sagesse des Nations réconciliée avec DIEU dans l’honnêteté et l’humilité ; celle qui sait ne pas pouvoir se suffire à elle-même, prête à s’ouvrir à plus grand qu’elle-même.

Notre Occident a du mal à trouver DIEU, non parce qu’il a moins de sagesse, mais parce qu’il est tellement sûr de lui-même qu’il ne laissera personne le détrôner de sa suffisance... Il est l’Hérode du temps du Christ, prêt à sacrifier des vies innocentes pour garder les privilèges de sa position. Quelle dérision !

Regardons bien : les mages s’approchent sans fanfare ni trompette ; ils cherchent humblement la lumière, une lumière qu’ils suivent à travers cet astre mystérieux qui guide leur chemin.Une fois arrivés, que voient-ils ? Un enfant, qui est l’ épiphanie de DIEU  et devant qui ils se prosternent.

Se prosterner devant un enfant... Se prosterner devant tout homme... simplement parce qu’il recèle en lui quelque chose d’ineffable, d’infini... Il faut être sage pour déceler cela, et pas forcément chrétien, comme en témoignent deux contemporains athées :
- Karl Rogers, psychothérapeute américain : « Toute mon expérience de thérapeute m’a montré que le fond de l’homme est bon. ».
- André Malraux : « Nous avons à révéler aux hommes les grandeurs qu’ils ont en eux. »

Le chrétien, lui, est appelé à prolonger cette découverte : chaque homme, surtout s’il est baptisé, est une épiphanie de DIEU .

Pour cela, il faut déjà, comme les mages, nous mettre en route vers Jésus, et le laisser rayonner le Père. « Qui m’a vu a vu le Père », dira-t-il plus tard.
Puis faire que ce rayonnement déborde pour faire de nous des étoiles sur le chemin de nos frères et sœurs en recherche.

* *
Être une étoile

Comment briller ? En étant fidèle au Christ et en le laissant rayonner à travers nous en aimant DIEU de tout notre cœur et en aimant nos frères et sœurs en vérité.

On reproche beaucoup aux chrétiens leur "hypocrisie"... Ce reproche est justifié vis-à-vis de tout chrétien qui se laisse aller à la critique. Celui qui critique l’autre est toujours hypocrite. La critique, c’est Hérode qui est tapi en nous, prêt à sévir pour ne pas être détrôné.

On reconnaît le vrai chrétien à sa capacité à valoriser son prochain. La valorisation est la mise en valeur de l’autre pour qu’il grandisse dans l’estime de lui-même, et vive. Ici, aucune place n’existe pour l’hypocrisie. C’est d’amour qu’il est question.
D’ailleurs, lorsque DIEU nous regarde, c’est toujours pour nous mettre en valeur. Et notre valeur est si grande qu’il juge que nous sommes dignes de l’abriter en nous ! C’est là tout le sens du baptême : la reconnaissance de la grandeur infinie de l’homme en qui DIEU vient demeurer...

Dès lors, dans une communauté chrétienne véritable, composée de baptisés, nous devrions être en état perpétuel de veille.
- D’une part en aimant DIEU à travers des actes concrets de prière et d’adoration (je rappelle que le Saint Sacrement est exposé tous les vendredis de 18h00 à 18h30 avant la messe du soir) ;
- D’autre part en révélant à nos frères et sœurs comment ils manifestent DIEU, comment ils sont, pour nous, une épiphanie de DIEU !

Vous voyez quelle joie et quel bonheur nous attendent si nous vivons honnêtement dans ce regard d’amour ?

* *

Ainsi, cette semaine, dans le droit fils de la fête de l’Épiphanie, nous allons essayer de ne jamais nous coucher le soir sans présenter au Seigneur au moins une personne à qui nous aurons révélé une valeur, simplement pour lui permettre de grandir.

Cela vaut tous les ors, toutes les myrrhes et tous les encens du monde !
Et ce n’est pas autre chose que le rayonnement quotidien et concret de l’Eucharistie en chacune de nos existences.

Une communauté capable de vivre cela fait de toute l’Église une épiphanie de DIEU .

+ Père Alain


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]