[ Écouter la Torah de Vie
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Ecouter-la-Torah-de-Vie

Écouter la Torah de Vie

Homélie du 15e dimanche du Temps Ordinaire (Année C)

• Livre du Deutéronome 30,10-14
« Écoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses ordres et ses commandements inscrits dans ce livre de la Loi »

• Psaume 19(18),8.9.10.11
« La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie »

• Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,15-20
« Le Christ est l’image du Dieu invisible, le premier-né par rapport à toute créature »

• Évangile de Jésus-Christ
selon saint Luc 10,25-37
« Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme qui était tombé entre les mains des bandits ? »

- lire l’intégralité des textes de ce jour




Écoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses ordres et ses commandements inscrits dans ce livre de la Loi


Qui n’a pas chanté un jour "Écoute, écoute, surtout ne fais pas de bruit" ? Le problème, c’est qu’on est d’accord pour faire "chut", mais quant à "écouter", l’exercice passe en général aux oubliettes...

Que faut-il écouter ? C’est simple : les ordre et les commandements de Dieu inscrits dans la Torah de Moïse.

Pourquoi faut-il écouter ? Parce que seule la Torah nous fait nous déplacer intérieurement, alors que sans elle, nous nous installons dans nos certitudes qu’on appelle aujourd’hui nos "valeurs". Dire : "J’ai des valeurs" signifie aujourd’hui : "Je suis libre de faire ce que je veux, moi tout seul !"

Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse... avaient tous des valeurs ! Mais ils se sont mis à l’écoute de la Torah — quand bien même elle n’était pas encore écrite, mais ils la vivaient dans leur cœur, nous disent les rabbins —, c’est-à-dire à l’écoute des commandements de Dieu, et ils se sont laissés déplacer.

Qu’y ont-ils gagné ? La Vie !

* *
La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie


Si la Torah de Dieu est "parfaite", ce n’est en rien une question esthétique ou d’une perfection aseptisée. Il s’agit d’une perfection liée à la fécondité. Tu veux vivre ? Écoute, c’est-à-dire étudie la Torah !

Je sais ce que vous allez me dire : "Tous les matins, je lis mon Prions en Église, ou mon Magnificat". C’est déjà pas si mal, mais le problème, c’est que ce genre de lecture méditative nous ramène encore aux "valeurs", à "mes valeurs". La preuve ? Quand la Parole de Dieu me parle de choses étranges comme de “la colère de Dieu", ou des Égyptiens noyés dans la Mer Rouge, etc., la première réaction est de dire : "ça, ce n’est pas "mon" Dieu", c’est-à-dire le Dieu auquel j’ai envie de croire, Celui qui me conforte dans "mes" valeurs.

Comment la Torah de Dieu devient-elle Torah de Vie ? En me révélant quelque chose de terrible : "mes" valeurs, en fait, je ne les suis même pas. Oh, si un peu, quand tout va bien comme "Je" le voudrais, mais quand mon prochain, comme dit l’évangile, ne s’accorde pas à mon humeur, attention !!! Critique, regard de travers ou de haut... Et on se justifie, on en appelle à l’acquiescement de l’autre : "Ne croyez-vous pas que j’ai raison, tout de même !!!"

Vous entendez ? Toujours "Moi", toujours "Je". Comme un recroquevillement de soi sur soi. Et j’en meurs. Alors que la Torah, si je l’étudie en vérité, va me dévisser de mes valeurs pour me les faire revisiter. Pour me faire aller au-delà de moi-même. Et si je m’accroche à la Torah, elle me redonnera vie, elle me redonnera des valeurs, mais en les ayant purifiées de mes petitesses, de ma soif de reconnaissance, de mon péché. Et alors, elle m’ouvrira les yeux pour reconnaître le Christ.

* *
Le Christ est l’image du Dieu invisible,
le premier-né par rapport à toute créature


C’est alors — comme ce fut le cas pour saint Paul qui a été "dévissé" de ses certitudes morbides sur le chemin de Damas — que je découvrirai en Christ l’Image, l’Icône du DIEU invisible. C’est alors que je me découvrirai le "prochain" du Christ, celui qu’Il est venu sauver de ses prétentions à vouloir toujours avoir raison sur tout, et surtout avoir raison...

Comment ? En nous ouvrant le chemin de la vraie Vie, de la Vie éternelle : le chemin de la croix, de l’abandon de soi au Père. Mais là encore, nous ne sommes pas au niveau des valeurs, sinon, nous dirons automatiquement : "Ce n’est pas réaliste !", ou pire : "Je fais ce que je peux"... Encore le "Je" qui ne regarde que "Moi".

Disons-le autrement, quitte à choquer : c’est très beau de s’engager à tout va, de faire ceci, de faire cela. Mais si cela t’ôte le temps que tu devrais prendre pour étudier la Torah et son accomplissement dans l’Évangile, tu feras de l’activisme, c’est-à-dire que tu te fuiras toi-même tout en te disant : "JE suis en accord avec mes valeurs". Ok, mais où est DIEU dans tout ça ? Réduit à un pourvoyeur de morale.

* *
Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme ?


Nous oublions trop souvent d’où part cette parabole : elle part de la Torah ! Et elle ne me parle donc pas d’abord de moi, mais de DIEU ! De DIEU qui, le premier, a fait de l’homme, sa créature, son "prochain". Et c’est là où nous sommes "déplacés" : en nus remettant devant une réalité que nous n’avons pas l’habitude de suffisamment considérer.

Si le Christ est l’Icône du DIEU invisible, ce n’est pas de la pure "dogmatique", ou de la théologie de grands clercs. Jésus nous dit quelque chose de DIEU comme notre Père qui nous reconnaît comme son "prochain". Et c’est en tant que "prochain" de DIEU, du Père par le Fils, que nous sommes invités à écouter la Torah de Vie pour y trouver DIEU et pour laisser DIEU nous trouver sur cette route des valeurs où nous sommes exsangues !

Alors que devrions-nous faire ? D’abord il faudra que nous reprenions nos études bibliques de la semaine. Cette année, sans doute irons-nous étudier l’épître aux Hébreux, parce qu’elle nous fait revisiter tout l’Ancien Testament à la lumière du Christ et de son sacrifice pour notre Salut. Mais peut-être faudrait-il aussi que nous travaillions à une école du dimanche, consacrée à cette étude. En tout cas, il y a quelque chose à penser, pour que nous nous engagions dans l’écoute de la Torah, à l’écoute de DIEU qui nous déplacera en communauté et nous faire découvrir que l’essentiel n’est pas d’abord dans nos "valeurs", mais dans la Vie qui ne manquera pas de jaillir de cette étude : c’est elle qui nous conduira à vivre une Eucharistie plus vraie.

Et puis n’oublions pas le pèlerinage à Jérusalem pour ceux qui le pourront. En 2014, il aura lieu du 3 au 13 juin.

Bonne semaine à tous,

Avec mon affection fraternelle,

+ Père Alain.


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]