[ En 2017, un nouveau Missel
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/En-2017-un-nouveau-Missel
      En 2017, un nouveau Missel

En 2017, un nouveau Missel

On ne dira (peut-être) plus « j’ai péché, oui, j’ai vraiment péché », mais « c’est ma faute, c’est ma très grande faute ». Une nouvelle traduction du Missel romain, plus fidèle au texte latin d’origine, est en cours.

Explications de Mgr Aubertin, archevêque de Tours, à KTO.



Mgr Bernard-Nicolas Aubertin, archevêque de Tours, est président de la Commission des épiscopats Francophones pour les Textes Liturgiques. Il a présenté aux évêques Français ce samedi 7 novembre 2015 l’avancée des travaux sur la nouvelle traduction du Missel Romain depuis le latin, demandée par la Congrégation pour le Culte Divin à Rome. Un vote définitif du texte aura lieu à la prochaine assemblée plénière en mars 2016, avant une entrée en vigueur probable au Carême 2017.

* * *
Comment se passe le travail de traduction ?
Entretien avec un des traducteurs

De façon générale, nous traduisons, puis nous demandons au Vatican d’approuver. Si le Vatican approuve, tant mieux, et s’il fait des remarques, on y remédie. Les traductions sont élaborées et sont ensuite soumises, pour approbation, à la fois la Congrégation et aux évêques des différents pays francophones. Il en résulte un va-et-vient entre la commission des traducteurs, la Congrégation et les évêques pour aboutir à un texte qui fasse consensus.

La Commission des traducteurs travaille bien sûr à partir du texte latin officiel (seul point de référence) mais en considérant aussi la traduction française existante et une traduction littérale du Missale romanum établie par une équipe canadienne de traducteurs.

Dans notre équipe, chacun a un ordinateur avec le texte latin à traduire, le texte de Vatican II en langue vernaculaire, et le texte auquel on aboutit. On discute sur les façons de traduire, parfois on lit ou on chante à haute voix pour mieux se rendre compte du résultat, et si l’on ne parvient pas à se mettre d’accord - parfois après une heure de débats - on indique un petit signe « $ » dans la marge. Nous avons une secrétaire qui écrit au fur et à mesure les propositions, et c’est en fait la seule à avoir un clavier !

Nous travaillons depuis 5 ans à la traduction du missel, entreprise qui n’avait pas été menée depuis 50 ans. Chaque ensemble de langue a ses traducteurs ; en tant que francophones, nous traduisons un missel qui servira dans toute la francophonie (France, Belgique, Luxembourg, Afrique, Maghreb, Québec) pendant les 50 prochaines années.

Les membres de la commission des traducteurs doivent être fidèles au texte latin original, mais ils doivent aussi tenir compte des contraintes propres à la langue française et au fait que la traduction devra être utilisée pour la proclamation publique, et éventuellement pour le chant. Ils doivent aussi tenir compte des sensibilités langagières propres à chacun des pays de la francophonie.

Certains textes du Missel de Vatican II remontent au IVe siècle : ils ont donc été écrits dans un latin rhétorique, très orné et très difficile à traduire sans que cela soit ridicule.

Nous sommes là aussi pour vérifier que la traduction soit adaptée au français parlé dans des pays, qui ne sont pas toujours la France : nous sommes une commission internationale, avec des Français, un Belge, un Canadien... Malheureusement, il n’y a pas d’Africain, mais tous les évêques francophones africains participent car nous leur envoyons nos traductions, qu’ils annotent et qu’ils critiquent. C’est à eux que nous demandons approbation avant d’envoyer le texte à Rome sur CD. Nous avons reçu 1000 demandes d’amendements pour 1400 pages de latin.

Allez-vous signer la traduction du missel ?

Non. Personne ne sera cité. C’est anonyme, comme si la traduction était « tombée du ciel ». C’est quand même intéressant de dire qu’on élabore des traductions sur lesquelles on a une autorité réelle.

Propos recueillis par Ruggero Gambacurta-Scopello - publié le 29/01/2014


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]