[ Je suis le BEAU Pasteur
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Je-suis-le-BEAU-Pasteur

Je suis le BEAU Pasteur

• Livre des Actes des Apôtres 4,8-12
« Interrogés aujourd’hui
pour avoir fait du bien à un infirme,
on nous demande comment cet homme a été sauvé. »

• Psaume 118(117),1.4.8-9.22-23.28-29
« Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! »

• Première lettre de saint Jean 3,1-2
« Bien-aimés, dès maintenant,
nous sommes enfants de Dieu »

• Évangile de Jésus-Christ
selon saint Jean 10,11-18
« Je suis le bon pasteur, le vrai berger »

- lire l’intégralité des textes de ce jour



Interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme,
on nous demande comment cet homme a été sauvé


Ce verset résume normalement toute la vie du chrétien. Non que nous “fassions du bien” — cela n’est normalement pas le propre de la vie chrétienne —, mais le bien que nous faisons, nous le puisons en Jésus, dans le Christ ressuscité. Le bien que nous faisons, nous l’inscrivons dans une préparation à un avenir plus grand, plus haut, plus large et plus profond qui s’appelle la Vie Divine.

Nous ne faisons pas “le bien pour le bien”. Nous faisons le bien que DIEU nous inspire, et là, il s’agit de prier. D’où l’importance du Notre Père : "Que ta volonté soit faite".

C’est du cœur de cette inspiration que nous pouvons chanter : Rendez grâce au Seigneur car Il est bon !. Parce qu’Il fait de nous, non seulement des chrétiens debout, mais il nous fait goûter la joie d’être en communion avec Lui en prémices d’éternité. Et c’est précisément ainsi qu’on reconnaît qu’on est enfant de DIEU.

* *
Je suis le bon pasteur, le vrai berger


Je voudrais ici faire une rectification importante : l’évangile n’écrit pas “bon pasteur”, mais “beau pasteur”, et c’est tout autre chose.

Le problème est qu’on a oublié aujourd’hui ce que veut dire la “beauté”. On en a fait une catégorie esthétique, ce qu’elle n’est pas. Être beau, aujourd’hui, signifie “suivre des canons de séduction”. Encore une fois, on a fait de la beauté une valeur marchande, et parfois une monnaie d’échange...

Dans l’Antiquité, était beau ce qui était cohérent. Était beau ce qui était harmonieux. Nos anciens contemplaient le cosmos et le trouvaient beau parce qu’ils décelaient derrière cette voute céleste une “raison” organisatrice. On n’était pas dans le désordre, et cela était beau. C’est d’ailleurs ainsi qu’il faudrait traduire le premier chapitre de la Genèse : “Et DIEU vit que cela était beau” !

Dès lors, nous suivons le beau pasteur, non parce qu’il a une esthétique séduisante (!), mais parce qu’il y a une cohérence, une harmonie intérieure qui ne peut que nous attirer à Lui, non sous l’emprise de la séduction, mais parce que lorsqu’on suit un être aussi beau, cette beauté rejaillit sur nous et nous fait advenir à nous-mêmes... En ce sens, le prince Michtine avait raison : “La beauté sauvera le monde” [1]

Ce que nous vivons ces jours n’est ni bon, ni beau. Il n’y a que mauvaise foi séduction, de tous les bords. Alors un conseil pour garder la paix dans une semaine qui ne fera que jeter de l’huile sur le feu : plutôt que de vous le ver le matin en allumant la radio, allumez donc deux bougies et prenez dix minutes de silence. Uniquement pour laisser le Beau Pasteur vous éclairer sur l’essentiel, là où les accrocs du pouvoir ne trouvent leur raison d’être qu’en enténébrant la vie de leurs formules toutes faites et blessantes. Tel est le monde... Mais telle n’est ni l’Église, ni son Pasteur.

Ne tombons pas dans le piège diabolique qui ne vise qu’à diviser. On a pu parler de la “beauté du diable”, mais c’est un contre sens fâcheux : le diable n’est pas beau, tout lumineux qu’il soit. Et ceux qu’il séduit, par le goût du pouvoir et de la revanche ne sont pas beaux non plus. Et le monde qu’ils enfantent l’est encore moins. C’est la raison pour laquelle seule la beauté sauvera le monde, une beauté qui vient de DIEU, par le Beau Pasteur, et par les beaux chrétiens — et non les “bons chrétiens” —.

Nous savons ce qu’il nous reste à faire.

Ne vous agitez pas cette semaine ! Ce serait vain et contreproductif. Allez voter en conscience, et quel que soit le résultat, restez en DIEU ! Le monde a besoin de sages, pas de cerveaux excités. Le combat à mener n’est pas celui qu’on croit : il a commencé il y a 2000 ans, et la victoire lui a été assurée. Là est la source de nos engagements et de notre courage. N’allons pas prendre les tactiques de nos détracteurs : la victoire, alors, changerait de camp ! Restons vrais, restons beaux. Alors nous saurons quoi faire, avec l’énergie de la VIE qui est infiniment plus puissante que celle du désespoir !

Avec mon affection fraternelle,

+ Père Alain.


Notes

[1Dostoïevski, L’Idiot

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]