[ Dilatons notre cœur !
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Je-viens-rassembler-les-hommes-de

Dilatons notre cœur !

Homélie du 21e dimanche ordinaire de l’année C (22 août 2010)

• Livre d’Isaïe 66,18-21
« Je viens rassembler les hommes de toute nation
et de toute langue. Ils viendront et ils verront ma gloire »

• Psaume 117,1.2
« Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays ! »

• Lettre aux Hébreux 12,5-7.11-13
« Mon fils, ne néglige pas les leçons du Seigneur »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,22-30
« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite,
car beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. »

- lire l’intégralité des textes de ce jour



Je viens rassembler les hommes de toute nation
et de toute langue. Ils viendront et ils verront ma gloire

Le but de la vie chrétienne est l’entrée dans la Gloire de DIEU de tous les enfants des hommes.

« Quelle prétention ! », diront certains. Oui, si le christianisme est une religion comme les autres. Non, si elle ne vise rien d’autre que de permettre à tout homme de se réaliser pleinement et, ce faisant, de répondre à l’appel que DIEU a inscrit en nous depuis la fondation du monde.

Car pour le chrétien, la foi n’est pas un pur concept. Elle n’est pas là pour satisfaire le gargarisme de quelques théologiens intellectuels. Elle est là pour faire vivre l’homme, pour le mettre debout, face à DIEU et le préparer ainsi à sa rencontre éternelle avec DIEU dans sa Gloire. Ainsi, le christianisme, s’il est d’abord une révélation du vrai visage de DIEU, est indissociablement une révélation du vrai visage de l’homme. Le christianisme est à la fois une théologie et une anthropologie.

Saint Irénée, au IIe siècle, a écrit cette phrase admirable : « La Gloire de DIEU, c’est l’homme debout ! »

Que veut le DIEU des chrétiens ? La victoire sur les autres dieux ? L’instauration d’un népotisme écrasant toutes les autres croyances à son avantage ? Non. DIEU veut que l’homme soit debout, vivant. Et pour cela, il a voulu créer le Peuple de l’Alliance, c’est-à-dire la famille de tous ceux qui acceptent de devenir la lumière du monde à la suite des Patriarches et, ultimement, du Christ, pour inscrire au cœur de toute culture la primauté de l’amour et de l’espérance.

Il serait facile de montrer que l’Église n’a pas été “l’avaleuse de cultures” que présente l’opinion dominante... et ignorante. Bien au contraire, elle s’est laissée avaler par les cultures qu’elle a rencontrées, et les a travaillées de l’intérieur. Souvent pour s’opposer à l’hégémonie tyrannique des nations conquérantes.
Qu’il y ait eu des “brebis galeuses” dans le tas, c’est inévitable, et Jean-Paul II a très justement demandé pardon pour les débordements déplorables. Mais l’immense majorité des missionnaires et des évangélisateurs n’ont pas eu d’autre but que de vivre leur foi à travers un amour et une espérance qu’aucune civilisation n’avait su formuler avant de les rencontrer. Ce faisant, ils n’ont pas “ecclésialisé” le monde, mais ils l’ont évangélisé pour que les hommes se mettent debout et découvrent leur infinie dignité aux yeux de DIEU.

C’est ainsi que DIEU rassemble : non pas en parquant le monde dans un enclos, fût-il paradisiaque. Mais en élargissant le cœur du monde, en le fécondant de l’intérieur.

Rassembler les nations, pour DIEU comme pour l’Église, consiste bien plus à les féconder de l’intérieur ; à les illuminer selon leur culture propre, de sorte que les richesses de chacune serve au dialogue entre toutes. Là encore, Jean-Paul II, depuis la célèbre rencontre d’Assise du 27 octobre 1986, fut un prophète lumineux.

* *
Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays !

C’est ainsi que, sur la terre entière, résonne ce psaume, dans toutes les langues, tous les peuples et toutes les nations.

C’est ainsi que, lorsqu’un chrétien d’Occident qui se rend en Chine, ou au Zimbabwé, ou en Papouasie, est accueilli par ses frères, il se sent chez lui sur toute la terre.

C’est ainsi que les chants du grand Sud répondent à ceux du grand Nord, et que la prière des chrétiens de l’Est appelle chaque matin celle des chrétiens de l’Ouest.

Voilà comment DIEU rassemble les nations : en faisant de la terre entière le lieu d’un chant et d’une prière qui s’élèvent vers Lui d’une seule voix, d’un seul élan d’amour, de foi et d’espérance.

* *
Mon fils, ne néglige pas les leçons du Seigneur

Il n’en reste pas moins que de témoigner de cette foi qui relève l’homme et le met en marche est un véritable travail, onéreux. Il passe par l’homme pécheur qui doit apprendre de DIEU ce qu’aimer en vérité veut dire. Les leçons du Seigneur, si dures qu’elles paraissent parfois, sont autant de signes d’un amour véritable qui nous prend au sérieux pour nous mettre debout.

Nous rêvons parfois, fous que nous sommes, que DIEU, bonne pâte, se contente un jour de nous prendre tous en paquets pour nous emmener dans son Paradis quelle qu’ait été la qualité de nos existences. Mais c’est faire fi de la miséricorde que de croire au “Paradis des paquets” !

N’entreront au Paradis que les cœurs travaillés, façonnés élargis, voire même déchirés par l’amour. Là est le secret de la « porte étroite »...

* *
Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite,
car beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas

Tel est le paradoxe : pour entrer par la porte étroite, il faut élargir son cœur, c’est-à-dire vivre pleinement, vivre de grandes choses, désirer le meilleur et y travailler de toutes ses forces, s’y livrer corps et âme.

Nous vivons trop sur nos peurs riquiqui. Nous voudrions faire grand, « mais il y a ceci, mais il y a cela... » Le monde nous recouvre de « ceci » et de « cela », et nous nous recroquevillons sur nos petits univers, toujours les mêmes : petite maison, grande télé, méga ordinateur, brave chien ou gentil chat... pour ne rien dire de la piscine et du poisson rouge... Bien que le poisson rouge ait un intérêt : il nous rappelle que, si nous n’y prenons garde, nous aussi, nous sommes prisonniers d’un bocal dont l’eau n’est pas changée tous les jours...

Passer par la porte étroite ? Pour cela, dilater notre cœur. Avoir la foi jusqu’à la folie. Là où nous sommes plantés, dans nos familles, nos villages, notre quartier, notre paroisse. Et combattre pour cela de toutes nos forces nos tentations d’exister à travers nos mesquineries et nos petits pouvoirs désastreux.
Le philosophe Bertrand Vergely écrivait : « Quand les hommes ne font pas de grandes choses, ils font de terribles choses. Quand ce n’est pas leur cœur qui est grand, c’est leur cruauté qui l’est. » (1)

Et découvrir ce paradoxe : choisir de passer par la porte étroite, c’est découvrir que, pour un cœur dilaté par les leçons du Seigneur, c’est-à-dire par le travail de sa grâce, le Paradis est ouvert au grand vent : le Paradis n’a pas de porte... Mais cela, nous le verrons une autre fois.

Sainte semaine à tous,

Avec toute mon affection,

+ Père Alain.

Exercice de la semaine :
En puisant dans l’Eucharistie de ce dimanche, et la prière quotidienne,
- dilater notre cœur,
- chanter le Seigneur en communion avec nos frères et sœurs de toutes les nations...
- et aspirer au Paradis pour toutes les nations que DIEU veut introduire dans sa Gloire en mettant hommes et femmes debout à travers les leçons qu’Il leur donne. À commencer par nous.

—  — — —

(1) Bertrand Vergely, Petite philosophie pour jours tristes, Milan (2003), p.57.


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]