[ L'Esprit Saint
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/L-Esprit-Saint

L’Esprit Saint


Source : www.prierenfamille.com

Avant de quitter ses disciples le jour de l’Ascension, Jésus a fait à ses apôtres cette promesse :
Je ne vous laisserai pas orphelins... Je prierai le Père,
et Il vous donnera un autre Défenseur pour être à jamais avec vous :
l’Esprit de Vérité, que le monde ne peut recevoir parce qu’il ne Le voit ni ne Le connaît.
Mais vous, vous Le connaissez, parce qu’Il demeure chez vous et qu’Il sera en vous...
Il vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.
(Jn 14, 18, 16-17, 25-26)
A la présence visible de Jésus-Christ sur la terre et à son action parmi nous, jusqu’à sa glorieuse Ascension dans le Ciel, succèdent maintenant le "règne" et l’action du Saint Esprit :
au matin de la Pentecôte, Il se manifeste visiblement en descendant sur les disciples de Jésus et prend possession de leurs coeurs.

Qui est le Saint Esprit ?

Lorsque nous chantons le Credo, à la messe du dimanche, nous faisons profession de croire que
le Saint Esprit est la Troisième Personne de la Très Sainte Trinité, qui procède du Père et du Fils.

Credo in Spiritum Sanctum, Je crois au Saint Esprit,
Dominum et vivificantem, qui est Seigneur et qui donne la vie,
qui ex Patre Filioque procedit. qui procède du Père et du Fils.
Qui cum Patre et Filio Avec le Père et le Fils,
simul adoratur et conglorificatur. Il reçoit même adoration et même gloire.
Qui locutus est per prophetas. Il a parlé par les prophètes
(symbole de Nicée)

- Le Saint Esprit est "Seigneur" :
nous avons à son égard le même devoir d’adoration qu’envers le Père et le Fils : "Avec le Père et le Fils, Il reçoit même adoration et même gloire".
- Le Saint Esprit donne la vie :
Il est l’Amour de Dieu qui se communique personnellement à chacun de nous pour lui donner la "vie de l’Esprit", pour établir dans l’âme fidèle le règne de la Vérité et de l’Amour.
- Le Saint Esprit procède du Père et du Fils :
Il est un éternel échange d’amour entre le Père et le Fils. C’est l’Esprit d’Amour.

Nous devons croire au Saint Esprit comme nous croyons au Père et au Fils, parce que
le Saint Esprit est véritablement Dieu comme le Père et le Fils,
égal en tout au Père et au Fils,
et qu’Il est un seul Dieu avec le Père et le Fils.
"Saint Esprit", tel est le nom propre de Celui que nous adorons et glorifions avec le Père et le Fils. L’Eglise l’a reçu du Seigneur et le professe dans le Baptême de ses nouveaux enfants. (CEC 691)

Esprit
Le mot "esprit" vient du latin spiritus : souffle (pneuma, en grec), nom emprunté aux phénomènes naturels du vent et de la respiration.
Le terme "Esprit" traduit le terme hébreu Ruah qui, dans son sens premier, signifie souffle, air, vent. Jésus utilise justement l’image sensible du vent pour suggérer à Nicodème la nouveauté transcendante de Celui qui est personnellement le Souffle de Dieu, l’Esprit divin (Jn 3, 5-8)."
(CEC 691)
Ce mot évoque l’envahissement d’une présence en profondeur (souffle), une expansion irrésistible (vent). Il tend toujours à désigner dans un être l’élément essentiel et insaisissable, ce qui le fait vivre et ce qui émane de lui sans qu’il le veuille, ce qui est le plus lui-même et ce dont il ne peut se rendre maître.
L’Ecriture Sainte attribue à la Troisième Personne divine le nom d’Esprit parce qu’Il est de toute éternité l’effusion d’amour du Père et du Fils, procédant de l’un et de l’autre comme d’un unique principe, en une sorte de "souffle" d’amour. L’Esprit, invisible, nous rappelle impérieusement que Dieu est Mystère :
Vraiment, Tu es un Dieu caché. (Is 45, 15)

Saint
- La Sainte Ecriture L’appelle Saint parce que, étant l’Amour du Père et du Fils, Il est l’Amour premier et suprême qui pousse et conduit les âmes à la sainteté, c’est-à-dire l’Amour de Dieu.
Il faut noter que ces mots, Saint, Esprit, peuvent s’appliquer aussi bien au Père et au Fils : tous deux sont Esprits, tous deux sont Saints, et nous faisons profession de croire que Dieu est Esprit.
"Esprit" et "Saint" sont des attributs divins communs aux Trois Personnes divines.
Mais, en joignant les deux termes, l’Ecriture, la liturgie et le langage théologique désignent la Personne ineffable de l’Esprit Saint, sans équivoque possible avec les deux autres emplois des termes "esprit" et "saint". (CEC 691)

Qu’est-ce qui va distinguer la Troisième Personne de la Sainte Trinité
des deux autres ?
Bien que tous les attributs divins (éternité, toute-puissance, science, immensité, justice, bonté, miséricorde ... ) soient communs à chacune des Personnes divines, cependant on attribue habituellement :
la Puissance au Père, parce qu’Il est la source de toute origine,
la Sagesse au Fils, parce qu’Il est le Verbe (la Parole ) du Père,
la Bonté et la Sainteté au Saint Esprit, parce qu’Il est l’Amour du Père et du Fils.
(Catéchisme du Concile de Trente)

Dans la Sainte Trinité, le Père et le Fils se manifestent par des oeuvres extérieures :
Dieu le Père se manifeste par la Création,
Dieu le Fils par l’Incarnation et la Rédemption ;
mais nulle oeuvre extérieure, visible, ne nous révèle de la même manière le Saint Esprit.
Son oeuvre est intérieure (ce qui fait que souvent le Saint Esprit est moins bien perçu) : c’est notre sanctification.

Les différents noms et symboles donnés à l’Esprit Saint

Pour nous aider à bien comprendre l’action de l’Esprit Saint,
la Sainte Ecriture Lui attribue en propre différents termes et symboles.

Les appellations de l’Esprit Saint
Jésus, lorsqu’Il annonce et promet la venue de l’Esprit Saint, Le nomme le "Paraclet", littéralement "Celui qui est appelé auprès", ad-vocatus (Jn 14, 16. 26 ; 15, 26 ; 16, 7).
"Paraclet" est traduit habituellement par "Consolateur", Jésus étant le premier consolateur.
Le Seigneur Lui-même appelle l’Esprit Saint "l’Esprit de Vérité" (Jn 16, 13)
Outre son nom propre, qui est le plus employé dans les Actes des apôtres et les Epîtres, on trouve chez saint Paul les appellations :
l’Esprit de la promesse (Ga, 3, 14 ; Ep 1, 13),
l’Esprit d’adoption (Rm 8, 15 ; Ga 4, 6),
l’Esprit du Seigneur (2 Co 3, 17),
l’Esprit de Dieu (Rm 8, 9. 14 ; 15, 19 ; 1 Co 6, 11 ; 7, 40) et, chez saint Pierre,
l’Esprit de gloire (1, P 4, 14). (CEC 692-693)

Les symboles de l’Esprit Saint
L’eau (CEC 694), l’onction (CEC 695), le feu (CEC 696), la nuée et la lumière (CEC 697), le sceau (CEC 698), la main(CEC 699), le doigt (CEC 700), la colombe (CEC 701).

L’action de l’Esprit Saint

Le Saint Esprit est descendu visiblement sur la terre à deux reprises :
le jour du Baptême de Notre-Seigneur sous la forme d’une colombe, (Mt 3, 16)
et le jour de la Pentecôte, sous la forme de langues de feu. (Ac 2, 1-6)
Mais habituellement son action reste invisible à nos yeux.

Son action depuis la Création jusqu’à la Pentecôte
Invisible, il lui a fallu, pour se manifester, passer par un intermédiaire "sensible", que l’on puisse voir et entendre : c’est Lui qui a inspiré les auteurs sacrés et qui a parlé par les Prophètes (Credo)
Aucune prophétie de l’Ecriture n’est affaire d’interprétation humaine,
car jamais prophétie ne fut proférée par une volonté humaine ;
c’est poussés par l’Esprit Saint que des hommes ont parlé de la part de Dieu. (2 P 1, 21)
C’est sa puissance qui a couvert de son ombre la Vierge Marie et l’a rendue Mère de Jésus (Lc 1, 35).
C’est Lui enfin qui, sous la forme d’une colombe, descendit sur le Christ lors de son baptême (Lc 3 ; 22),
le conduisit au désert (Lc 4,1) et le guida dans toute sa vie apostolique :
L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction.
Il m’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres,
proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le retour à la vue,
rendre la liberté aux opprimés,
proclamer une année de grâce du Seigneur. (Lc 4, 18, citant Is 61, 1-2)

L’Esprit Saint achève l’oeuvre de formation des Apôtres et de l’Eglise
Mais c’est surtout au jour de la Pentecôte que l’Esprit Saint inaugure l’empire qu’Il va exercer sur les âmes, en remplissant les Apôtres de Lumière et de Force.
Il vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. (Jn 14, 26)
C’est dans l’Esprit Saint que l’Eglise est baptisée au Cénacle :
Jean a baptisé dans l’eau, mais vous, sous peu de jours, vous serez baptisés dans l’Esprit Saint. (Ac 1, 5)
Voir >>> La Pentecôte et la naissance de l’Eglise (347).
Son action dans l’Eglise
Le Saint Esprit garde l’Eglise dans la vérité, l’assurant de l’infaillibilité doctrinale lui permettant de continuer la mission de Jésus.
Il la gouverne, la dirige et la guide, la sanctifie et la soutient dans ses épreuves et dans ses luttes.
Prenez garde au troupeau sur lequel l’Esprit Saint vous a établis évêques,
pour paître l’Eglise du Seigneur qu’il s’est acquise par son propre sang. (Ac 20, 28)
Un signe indubitable de cette protection divine de l’Eglise peut se voir dans ses 2000 ans d’existence ! Fait unique dans l’histoire : aucune société humaine n’a jamais pu durer aussi longtemps.

Son action dans nos âmes
L’oeuvre du Saint Esprit n’est pas extérieure. Son action se passe à l’intérieur de nos âmes : c’est notre sanctification.
Soyez saints, parce que je suis Saint, Moi, le Seigneur votre Dieu. (Lv 19, 2)
Le Saint Esprit, c’est Dieu présent et agissant dans nos âmes, invisiblement mais réellement. C’est l’amour de Dieu qui se manifeste personnellement à chacun de nous, établissant en l’âme fidèle le règne de la vérité et de l’amour.
Il y répand la vie spirituelle, la vie de l’Esprit :
- Il augmente et renforce la vie surnaturelle - la vie divine - que nous avons reçue au Baptême,
- Il nous aide à nous repentir de nos fautes et nous accorde la rémission des péchés,
- Il nous aide à éviter le mal et surtout à faire le bien.
Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai au-dedans de vous un esprit nouveau.
J’ôterai de votre chair le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair.
Je mettrai au-dedans de vous mon Esprit,
et je ferai que vous suivrez mes ordonnances, que vous observerez mes lois et les pratiquerez.
Vous habiterez le pays que j’ai donné à vos pères,
vous serez mon peuple, et moi, je serai votre Dieu. (Ez 36, 26-28)
Le Saint Esprit agit en nous, non seulement en éclairant les intelligences, mais en purifiant et en échauffant les coeurs : l’Eglise L’appelle la "lumière des coeurs".
C’est encore Lui qui nous apprend comment adorer Dieu en esprit et en vérité. ( Jn 4, 24)
Sans le souffle et l’inspiration de cet Esprit de Sainteté, nous ne pouvons rien faire qui mérite la vie éternelle.
Cette question du "mérite" demande une précision :
si nos bonnes actions ne sont pas faites par amour pour Dieu (ce qui suppose d’être en état de grâce) et en union avec le sacrifice de Jésus sur la Croix, elles n’ont pas, par elles-mêmes, de quoi "mériter" le Ciel : c’est pourquoi nous avons besoin de cet Esprit d’Amour.

L’Esprit Saint vient en nous avec ses sept Dons :
la Crainte de Dieu, la Piété, la Science, la Force, le Conseil, l’Intelligence et la Sagesse.
Par ses Dons, Il produit en nous des vertus que saint Paul appelle les fruits du Saint Esprit :
la charité, la joie, la paix, la patience, la longanimité (ou grandeur d’âme), la bonté, la bénignité,
la mansuétude, la foi ou fidélité, la modestie, la continence et la chasteté. (Ga 5, 22-23)

Nos devoirs envers le Saint Esprit

1 - L’adoration, comme pour le Père et le Fils, puisqu’il est avec eux un seul et même Dieu.
"Avec le Père et le Fils, Il reçoit même adoration et même gloire". (Credo)

2 - La reconnaissance :
Qu’as-tu, que tu n’aies reçu ?
Et si tu l’as reçu, pourquoi te vanter comme si tu ne l’avais pas reçu ? (1 Co 4, 7)
Si nous pensions sérieusement que tout ce que nous possédons dans l’ordre spirituel nous est donné, que nous le devons à la bonté divine, à la libéralité de l’Esprit Saint, nous serions plus humbles et plus modestes dans nos pensées et nos sentiments sur nous-mêmes, pour ne placer toute notre espérance que dans le secours de Dieu.

3 - La fidélité et la docilité à ses inspirations, y rester attentif et les suivre avec soin, souples sous sa direction comme l’argile dans la main du potier (Jr 18, 6).
Cet "Esprit de vérité", le monde ne peut Le recevoir parce qu’il ne Le voit ni ne Le connaît (Jn 14, 17). seuls savent Le reconnaître ceux qui acceptent de se laisser guider par Lui, qui Lui sont soumis, qui reçoivent avec docilité et avec joie sa lumière, son inspiration, son mouvement. En un mot, ceux qui L’adorent et Le prient.
Si nous voulons travailler à notre sanctification, restons à l’écoute de cet Esprit de Sainteté, "doux hôte de l’âme" (Veni Sancte Spiritus), laissons-nous guider par ses inspirations, répondons généreusement à ses invitations au bien...
Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont enfants de Dieu. (Rm 8, 14)

4 - Respecter notre corps, temple de l’Esprit Saint, en nous conservant dans une grande pureté.
Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui demeure en vous,
qui vous vient de Dieu, et que vous n’êtes point à vous-mêmes ?
Car vous avez été rachetés à grand prix.
Glorifiez Dieu, et portez-le dans votre corps. (1 Co 6, 19.20)
C’est par notre docilité que nous contribuerons à sanctifier chaque jour davantage le temple de notre âme, où Il demeure et se plaît à recevoir notre adoration.

5 - Invoquer sa lumière et sa force avant nos principales actions, une décision à prendre, un entretien difficile, et avant de recevoir les sacrements.
Nous pouvons alors Le prier avec le Veni Sancte Spiritus (343) ou le Veni Creator (342).
Pensons aussi à la Neuvaine au Saint Esprit (340), entre l’Ascension et la Pentecôte,
ou encore pour préparer une importante prise de décision.

Pour mieux comprendre ce qu’est cette grande réalité invisible et son action dans notre âme, rien ne vaut des comparaisons concrètes. Les Pères de l’Eglise nous en proposent une, particulièrement parlante : l’image de l’eau (350).


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]