[ L'Esprit Saint nous rend Apôtres
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/L-Esprit-Saint-nous-rend-Apotres
        L’Esprit Saint nous rend Apôtres

L’Esprit Saint nous rend Apôtres

• Livre des Actes des Apôtres 2,1-11
« Ils furent tous remplis de l’Esprit Saint. »

• Psaume 104(103),1ab.24ac.29bc-30.31.34
« Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur ! »

• Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,8-17
« Si, par l’Esprit, vous tuez les désordres
de l’homme pécheur, vous vivrez.” »

• Évangile de Jésus-Christ
selon saint Jean 14,15-16.23b-26
« Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ;
mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui,
nous irons demeurer auprès de lui. »


- lire l’intégralité des textes de ce jour




Ils furent tous remplis de l’Esprit Saint


Moment extraordinaire de l’effusion de l’Esprit Saint sur l’Église naissante ! Qui devrait, aujourd’hui, c’est-à-dire 2000 ans après cet événement, renouveler l’émerveillement d’être nous-mêmes visités par ce même Esprit.

Le fruit de l’Esprit, à cette époque, était de faire parler les apôtres "en langues". C’était le besoin du moment. Aujourd’hui, les besoins sont autres, mais ce n’est pas moins l’Esprit qui agit. Il ne s’agit peut-être plus de "parler en langues" — encore que... —, mais bien de nous sentir apôtres à notre tour, sans complexe, sans honte et sans peur du qu’en dira-t-on.

Être "Apôtre", c’est se sentir "envoyé", non pas pour admonester une doctrine mais pour témoigner de l’amour dont nous sommes aimés, un amour qui nous libère de nos revendications de "toute puissance" pour nous rendre désormais capables d’accomplir nos désirs les plus profonds. La vie chrétienne, habitée par l’Esprit du Père et du Fils, est une vie dont la parole est libérée pour pouvoir exprimer nos projets les plus forts, les plus intimes, forgés à l’écoute de l’Esprit et non à la mesure des félicitations ou des reproches du monde.

Être rempli de l’Esprit Saint, c’est cela : se mettre à son écoute, Lui qui nous montrera comment Jésus a su accomplir son désir le plus intime : ouvrir aux hommes le chemin de la Vie, une Vie qui se révèle alors éternelle. Ce faisant, il éveille en nous le même désir, à accomplir ici et maintenant, dans l’histoire qui est la nôtre aujourd’hui, animée par la foi et par l’espérance. Quoi qu’il arrive, comme pour Jésus dont les combats n’ont pas été moindres que les nôtres et qui n’a pas cherché la reconnaissance du monde [1], il s’agit de trouver en nous ce désir profond et de le mettre en œuvre, dans l’amour. Voilà ce que le Père attend de nous en nous envoyant son Esprit.

C’est alors que nous pouvons, avec le psalmiste, chanter : "Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur !" Car qui est animé par l’Esprit de DIEU ne cesse d’être émerveillé par les richesses de sa grâce et par la liberté qu’il procure à chacun de ses enfants.

* *
Si, par l’Esprit, vous tuez les désordres
de l’homme pécheur, vous vivrez


Reste qu’il faut combattre en nous cette propension à nous croire seuls à la barre de nos existences. Comme si nous avions toujours quelque chose à nous prouver ou à prouver au monde pour nous sentir exister. Là n’est pas l’amour, et surtout là est notre péché dans sa dimension la plus fondamentale qui consiste à transgresser le commandement du Christ : "Aimez-vos les uns les autres comme je vous ai aimés", c’est-à-dire sans attendre des autres une reconnaissance égoïste et éphémère.

Encore une fois, il s’agit avant tout de Vivre, avec un grand "V", c’est-à-dire d’ordonner chaque seconde de notre existence, non pas à "rendre service" mais à donner la Vie. C’est là une entreprise de tous les instants, de sorte que si la mort vient interrompre le cours de notre existence terrestre, cette Vie semée puisse non seulement continuer son office ici-bas, mais nous permette de nous retirer pour entrer sans crainte dans le mystère même de cette Vie qui est en DIEU. Cette Vie dont l’Esprit Saint nous donne de goûter dès maintenant les arrhes en tuant en nous les désordres de l’homme pécheur.

* *
Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ;
mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui,
nous irons demeurer auprès de lui


Tout est là. Notre désir le plus profond doit s’ordonner sur l’amour à l’égard du Christ, en premier. Sans cela, nous serons peut-être plein de bonne volonté, mais nous resterons habités par le doute : un doute de nous-mêmes sur nous-mêmes et sur la qualité de l’œuvre que nous aurons essayé d’accomplir.

Alors notre existence peut être humble, s’être passée dans le rayon de nos seuls villages, et alors ? Un village peut être un lieu où DIEU aura eu plaisir à y établir son Temple, et alors ce village brillera d’un feu invisible pour le monde, mais qui manifestera la joie du Père de voir ses enfants animés de son Esprit qui leur aura fait parler la plus belle de toutes les langues : celle de l’amour qui donne la Vie. C’est à cette langue parlée que se reconnaît l’Apôtre du Christ.

Belle fête de Pentecôte,

+ Père Alain


Notes

[1Lorsque les foules voulaient le faire roi, ne s’en dégageait-il pas systématiquement ? Il ne cherchait pas à monter un "mouvement", mais à accomplir sa mission reçue exclusivement du Père

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]