[ L'Inquisition : réalité historique contre clichés
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/L-Inquisition-realite-historique
        L’Inquisition : réalité historique contre clichés

L’Inquisition : réalité historique contre clichés

Attention aux clichés et aux visions simplistes. Les réalités historiques de l’époque sont toujours beaucoup plus complexes que les résumés parfois polémiques de certains livres d’histoire.


Source : Jean Sévillat, Historiquement correct, « L’Inquisition, une justice approuvée par l’opinion », Perrin (2003), p. 60-63, extraits remis en page.


Rappelons la chronologie.

L’iconographie utilisée dans tous les manuels d’histoire amplifie la légende noire de l’Inquisition, lancée par les encyclopédistes au XVIIIe siècle. Les tableaux de Jean-Paul Laurens – peintre qui eut son heure de gloire aux beaux jours de la IIIe République – ne montrent que cachots ténébreux et victimes pantelantes affaissées aux pieds de moines sadiques. En 2001, une revue présente le « Livre noir de l’Inquisition », accompagné de ce sous-titre « Chasse aux sorcières et aux cathares. Portrait d’un fanatique : Torquemada. La torture et l’aveu. » Sur les dix-sept illustrations du dossier, sept représentent un bûcher ou une scène de torture. Par un étrange raccourci, l’ensemble se clôt sur une allusion à l’action de l’armée française pendant la guerre d’Algérie [1].

Parce qu’elle est totalement antinomique, du moins en matière religieuse, avec l’esprit contemporain, non seulement l’Inquisition est aujourd’hui inintelligible, mais elle prête de plus le flanc à tous les amalgames. En réalité, le même mot recouvre des réalités extrêmement diverses, dont la durée s’étale sur six siècles ! Il n’y eut pas une Inquisition mais trois,

Du strict point de vue historique, les confondre n’a pas de sens.


L’INQUISITION MÉDIÉVALE

Juridiction indépendante, parallèle à la justice civile, l’Inquisition médiévale est une institution d’Église. Ses agents ne dépendent que du pape : les évêques doivent seulement leur faciliter la tâche.

La procédure qu’ils ont à appliquer n’a pas été définie par la constitution Excommunicamus. C’est empiriquement, et avec de grandes disparités selon les régions, que des règles se sont fixées. Désignés parmi les prêtres expérimentés, les inquisiteurs (on dirait aujourd’hui : les enquêteurs) doivent avoir une solide formation théologique et posséder les dispositions psychologiques adéquates.
Il existe de nombreux cas d’inquisiteurs qui ont été punis ou révoqués parce qu’ils ont failli à leur responsabilité. L’exemple le plus célèbre est celui de Robert LeBougre qui officie dans le nord de la France : en 1233, ce dominicain prononce des sentences si sévères qu’elles amènent trois évêques à protester auprès du pape. Suspendu, le fautif retrouve ses pouvoirs six ans plus tard, mais recommence à appliquer une méthode particulièrement brutale ; en 1241, ii est démis de ses fonctions et condamné à la prison perpétuelle.

  • La mission de l’inquisiteur est ponctuelle. Arrivé dans une localité qui lui a été désignée, il commence par une prédication générale exposant la doctrine de l’Eglise avant d’énumérer les propositions hérétiques.
  • L’inquisiteur publie ensuite deux édits.
    • Le premier, l’édit de foi, oblige les fidèles, sous peine d’excommunication, à dénoncer les hérétiques et leurs complices. C’est la rupture matérielle avec les lois de l’Eglise qui est coupable : si l’erreur ne s’exprime pas extérieurement, il n’y a pas matière à procès.
    • Le second, l’édit de grâce, accorde un délai de quinze à trente jour aux hérétiques pour se rétracter afin d’être pardonnés. Ce délai expiré, l’hérétique présumé est justiciable du tribunal inquisitorial.

UNE PROCÉDURE EXIGENTE

C’est ici que la réalité historique bouscule les clichés.
L’image de l’Inquisition est si négative que tout un chacun s’imagine qu’elle constitue le règne de l’arbitraire. C’est exactement l’inverse : l’Inquisition est une justice méthodique, formaliste et paperassière souvent beaucoup plus tempérée que la justice civile :

  • Détenu en prison préventive ou restant libre, l’accusé a le droit de produire des témoins à décharge, de récuser ses juges et même, en cas d’appel, de récuser l’inquisiteur lui-même.
  • Au cours de son procès, il bénéficie d’un défenseur.
  • Le premier interrogatoire a lieu en présence de prud’hommes, jury local constitué de clercs et de laïcs dont l’avis est entendu avant la sentence.
  • Afin d’éviter des représailles, le nom des dénonciateurs est tenu secret, mais l’inquisiteur doit les communiquer aux assesseurs du procès qui ont à contrôler la véracité des accusations.
  • Les accusés ont le droit de fournir préalablement le nom de ceux qui auraient un motif de leur nuire, ce qui est une manière de récuser leur déposition.
  • En cas de faux témoignage, la sanction prévue équivaut à la peine encourue par l’accusé. Certains inquisiteurs préfèrent révéler l’identité des accusateurs, et procéder à une confrontation contradictoire.
  • Si l’accusé maintient ses dénégations, il subit un interrogatoire complet dont le but est de recueillir ses aveux.

NÉCESSITÉ DE L’AVEU

En 1235, le concile régional de Narbonne demande que la condamnation soit portée exclusivement après un aveu formel, ou au vu de preuves irréfutables. Mieux vaut, estime l’assemblée, relâcher un coupable que condamner un innocent.

Pour obtenir cet aveu, la contrainte peut être utilisée : soit par la prolongation de l’emprisonnement), soit par la privation de nourriture, soit enfin par la torture. Longtemps l’Église y a été hostile.
En 886, le pape Nicolas ler déclarait que ce moyen « n’était admis ni par les lois humaines ni par les lois divines, car l’aveu doit être spontané ». Au XIIe siècle, le décret de Gratien, une compilation de droit canonique, reprend cette condamnation.
Mais au XIIIe siècle, le développement du droit romain provoque le rétablissement de la torture dans la justice civile. En 1252, Innocent IV autorise de même son usage par les tribunaux ecclésiastiques, à des conditions précises : la victime ne doit risquer ni la mutilation ni la mort ; l’évêque du lieu doit avoir donné son accord ; et les aveux exprimés doivent être renouvelés librement pour être-valables.

À l’issue de la procédure, et après consultation du jury, la sentence est prononcée au cours d’une assemblée publique appelée sermo generalis. Cette cérémonie solennelle réunit l’évêque, le clergé, les autorités civiles, les parents et amis du condamné. Après célébration de la messe, un sermon est prononcé. Les acquittés sont libérés, puis on annonce les peines infligées aux coupables.


Lire la suite : L’Inquisition, principes de discernement

Notes

[1L’Histoire, novembre 2001


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]