[ La Nativité, Prémice du Royaume qui vient
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/La-Nativite-Premice-du-Royaume-qui
        La Nativité, Prémice du Royaume qui vient

La Nativité, Prémice du Royaume qui vient

Homélie du 3e dimanche du Temps de l’Avent (Année A)

Livre d’Isaïe 35,1-6.10
« Prenez courage, ne craignez pas.
Voici votre Dieu.
Il vient lui-même et va vous sauver. »

Psaume 146(145),7.8.9ab.10a
« Le Seigneur
ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes. »

Lettre de saint Jacques 5,7-10
« Frères, prenez pour modèles d’endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,2-11
« Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. »

- lire l’intégralité des textes de ce jour




La liturgie de ce dimanche invitent à la patience. Mais n’oublions pas qu’il n’y a que les impatients qui savent ce qu’est la patience ! D’où la question d’aujourd’hui, dix jours avant Noël : Sommes-nous impatients que DIEU vienne ?

Il ne s’agit pas d’être impatient de fêter le réveillon ou d’ouvrir les cadeaux de Noël. Ne sait réellement célébrer Noël que celui qui attend avec impatience la venue du Christ dans la Gloire, ce dont la fête de Noël fait mémoire à l’avance.

Dès l’époque du prophète Isaïe, les Juifs commencent à attendre impatiemment un libérateur. Cette attente sera on-ne-peut plus vive à l’époque du Christ, et elle le reste chez les Juifs pieux qui attendent la génération assez pure qui pourra engendrer le Messie et permettra à tous les Juifs de se rassembler à Jérusalem pour pouvoir y étudier la Torah en paix. Mais chez les chrétiens, en particulier occidentaux ? Sommes-nous impatients que Jésus vienne — et non pas “revienne” —, et déjà faisons-nous en sorte de lui offrir notre vie pour Le laisser venir et agir par nous en ce monde ?

Facile à voir : si nous sommes tellement bien installés que nous préférons signifier à DIEU de repasser un peu plus tard, c’est mauvais signe. Si nous sommes tellement attachés à ceux que nous aimons que nous préférons dire au Seigneur de ne pas trop hâter l’Avènement du Royaume qui pourrait bien signifier une séparation qui nous reste inenvisageable, c’est mauvais signe.

C’est en effet le signe que nous ne sommes pas prêts à célébrer Noël dans sa signification profonde, c’est-à-dire dans les arrhes que constitue cette naissance, à savoir un changement radical de nos objectifs purement humains et un bouleversement non moins radical de la vie de ce monde-ci. Car il est bien gentil de regarder de haut Hérode le Grand ou son fils Hérode Antipas qui chercheront l’un et l’autre à tuer Jésus, le premier dès sa naissance et le second au cours de sa vie publique : ni l’un ni l’autre n’était prêt au changement, c’est tout. Sommes-nous si différents ? Il est bien facile de condamner les Romains qui ont mis à mort Jésus sur l’instigation des Sadducéens : ceux-ci voulaient simplement éviter que l’ordre du monde ne soit perturbé de sorte de perdre chacun leur statut, leur pouvoir et leur bien-être. Sommes-nous si différents ?

Je nous invite, dans ces dix jours, à réfléchir en famille à l’offrande — au sacrifice — qui fera de Noël prochain non pas simplement une “fête de famille” où le “petit Jésus” sera invité à sagement rester dans sa crèche sans brailler pour qu’on puisse manger les huîtres et ouvrir les cadeaux tranquillement, mais une occasion de manifester notre impatience de passer avec Lui dans le Royaume, de sorte que nous sortions de notre propre aveuglement, de notre propre surdité et de notre propre mutisme pour être ce soir-là de vrais témoins de l’accomplissement réel du Royaume.

- Je rêve, le soir de Noël, que nos familles rentrent de la messe et, paisiblement, prennent un temps conséquent pour prier devant la crèche — et pas seulement un “Je vous salue Marie” pour se donner bonne conscience avant de se précipiter sur la nourriture —, qui nous fasse marquer en famille cette attente commune de la Venue en Gloire du Messie dont la Nativité n’est que le prémice.
- Je rêve, pendant l’inévitable repas qui suivra, que nos conversations soient spirituelles, faites de bienveillance et de compassion, en signe que le Royaume est déjà en train de s’accomplir entre nous.
- Je rêve, enfin, que le lendemain matin, nous nous rendions à nouveau à la messe du Jour de Noël pour entendre comment cette Nativité s’inscrit dans le formidable mouvement d’Incarnation qui nous fait reconnaître dans cet enfant le Verbe fait Chair pour le Salut du monde, de sorte que les aveugles voient, les sourds entendent, les muets parlent et que les morts ressuscitent.

Je sais, je sais. Ce n’est qu’un rêve que vos prêtres essayeront pour leur part de faire advenir à la réalité en votre nom à tous, puisque l’Eucharistie que nous célébrons ce matin, comme celles que nous célébrerons la Nuit et le Jour de Noël, ont pour vertu essentielle de nous unir en un seul Corps pour que là où un saint passe, DIEU passe avec lui pour illuminer le Corps entier de l’Église au cœur de ce monde éteint. Puissions-nous être quelques-uns à porter humblement cette mission de Noël qui permettra à cet événement de porter réellement les fruits qu’il promet, et que les prophètes ont porté dans la foi, que Jésus est venu accomplir dans l’amour et que l’Église garde et transmet comme l’espérance la plus profonde inscrite au cœur du genre humain lorsque celui-ci ose se recevoir de la Bonté de DIEU.

Avec mon affection fraternelle,

† Père Alain.


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]