[ La Providence, ou quand DIEU écoute la prière de ses enfants
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/La-Providence-ou-quand-DIEU-ecoute
      La Providence, ou quand DIEU écoute la prière de ses enfants

La Providence, ou quand DIEU écoute la prière de ses enfants

Le livre de Tobie que nous lisons à la messe en semaine ces jours-ci est d’une richesse incomparable. Je voudrais ici en lire le ch. 3 dont la liturgie nous livre quelques passages forts intéressants



Livre de Tobie 3,1-11.24-25

Tobie se mit à gémir et à prier en pleurant :
« Tu es juste, Seigneur, tous tes jugements sont justes, et tous tes chemins sont miséricorde, vérité, jugement.
Et maintenant, Seigneur, souviens-toi de moi ; ne me punis pas pour mes péchés, ne te rappelle pas mes fautes, ni celles de mes pères.
Nous n’avons pas obéi à tes commandements ; c’est pourquoi nous avons été livrés au pillage, à la déportation, à la mort, aux moqueries et aux injures de toutes les nations chez lesquelles tu nous as dispersés.
Oui, Seigneur, tes jugements sont sévères, parce que nous n’avons pas agi selon tes commandements et que nous n’avons pas eu devant toi une conduite loyale.
Et maintenant, Seigneur, agis à mon égard selon ta volonté ; ordonne que mon esprit soit reçu dans la paix, car pour moi, mieux vaut mourir que vivre. »
Le même jour, dans une ville du pays des Mèdes, il arriva aussi que Sara, fille de Ragouël, se fit insulter par une des servantes de son père.
Elle s’était mariée sept fois, mais un démon, appelé Asmodée, avait chaque fois tué le mari dès qu’il avait voulu s’unir à elle.
La servante accusait donc la jeune fille de cette faute ; elle lui disait : « Que jamais on ne voie sur terre un fils ou une fille nés de toi, meurtrière de tes maris !
Veux-tu donc me tuer, moi aussi, comme tu as déjà tué tes sept maris ? »
En entendant ces paroles, Sara monta dans la chambre du haut, et elle resta trois jours et trois nuits sans manger ni boire ;
elle faisait de longues prières, et elle implorait DIEU en versant des larmes pour être délivrée de ce déshonneur.
En ce temps-là, les prières de l’un et de l’autre furent agréées devant le DIEU Très-Haut dans sa gloire,
et le saint ange du Seigneur, Raphaël, fut envoyé pour les guérir l’un et l’autre, car leurs prières avaient été présentées en même temps devant le Seigneur.

* *
Une catéchèse sur la Providence

Ce passage est une magnifique catéchèse sur la Providence dont j’aimerais relever les grandes lignes :

- Remarquons tout d’abord que Tobie — Senior — et Sara ne se connaissent pas. Ils ne savent pas qu’ils prient ensemble le DIEU de leurs pères. Ils ne savent pas comment DIEU pourra répondre à leur supplication, ils ne connaissent pas la fin de leur histoire.

Évidemment, lorsque nous lisons le récit, celui-ci nous glisse à l’oreille que ces deux histoires malheureuses vont se rejoindre, de sorte que nous les voyons suivre leur destin sans trop de surprise. Nous lisons l’épisode comme un conte de Grimm... Quelle différence entre l’histoire de Tobie et Pinocchio ??? Pour nous, il est clair qu’ils vont se rencontrer à travers Tobie Junior et que le dénouement de l’intrigue sera heureuse.

Certes... Mais eux ne sont pas dans les ”petits papiers“ du conteur ! La seule chose qu’ils sachent, c’est que dans l’épreuve, ils supplient le Seigneur, sûrs d’être exaucés, mais comment ? Or c’est ici que le récit nous apprend ce qu’est la Providence.

* *
La Providence

Lorsqu’il nous arrive de supplier à notre tour, comment DIEU va-t-Il répondre à notre prière ? Nous ne le savons pas. Mais faisons mémoire de nos rencontres, celles qui nous ont marquées : tel frère ou telle sœur qui s’est trouvé(e) sur notre route et avec qui s’est noué un lien de qualité ; par qui nous a été soufflé la réponse à une question, ou donné une paix que nous attendions sans savoir d’où elle pourrait venir… Ce frère, cette sœur, elle aussi a prié, supplié. Elle aussi attendait une rencontre qui l’éclaire ou l’apaise. Lorsque la rencontre se fait, ignorants que nous sommes des Écritures, nous nous disons naïvement que « le hasard fait bien les choses »… Or Tobie et Sara sont là pour nous rappeler qu’il n’en est rien.

Toutes les rencontres de qualité qui nous ont fait grandir sont le fruit de la Providence. Le fruit de deux prières à qui le Seigneur a voulu répondre en les faisant se rencontrer. Ainsi un jeune homme cherchant à se marier rencontrera-t-il celle pour qui le mariage fut jusqu’alors un échec. Mais cette rencontre n’est pas fortuite : elle est le fruit de la prière de chacun.

Et qu’est-ce que l’Eucharistie, sinon la rencontre de Celui qui a prié le Père comme personne avant Lui et nous qui faisons aussi monter notre supplication ? Chaque sacrement est marquée du sceau de la Providence ! Chaque sacrement est une rencontre qui fait se rejoindre deux prières de supplication montées et reçues par le Père : celle du Christ et la mienne. C’est ce qui les marque de la joie, de la louange : DIEU a entendu ma prière, alors même qu’au moment où je la formulais, j’étais dans la détresse d’un avenir qui me semblait fermer, jusqu’à préférer la mort… Car Jésus aussi a prié, pour que la Vie triomphe, pour que tous ceux qui croient en Lui aient la Vie éternelle, et c’est vers Lui que les anges guideront mon pas.

* *
DIEU répond-Il à nos prières ?

Pour qui sait avoir des yeux pour voir, la Providence est partout dans notre vie. Ceux qui ne veulent pas la voir se réfugient sous l’ombre du hasard, mais c’est bien triste… Comme s’il y avait plus d’honneur à se débrouiller seul qu’à compter sur la bienveillance d’un autre…

J’ai peur que bien des chrétiens prient un peu comme dans le vide, avec des supplications qui se font de plus en plus timides à force de ne plus s’attendre à ce que DIEU y réponde. Quel dommage. Croire en la Providence n’enlève rien à l’existences, et la naïveté n’est pas chez ceux qu’on croit : tout au contraire, la Providence inscrit une joie, un courage, une paix dans nos existence qui ravit le cœur du Père. Et à ceux qui posent la question : « DIEU répond-Il à nos prières », Tobie et Sara sont là pour nous lancer, par delà les âges, un OUI franc et massif.

Comment répondra-t-Il ? Il ne le savent pas.
Ce qu’Il savent, c’est que le DIEU d’Abraham, Isaac et Jacob a répondu à la leur, et leur témoignage est le gage, pour ceux qui veulent bien l’entendre, qu’Il répondra d’autant plus à la nôtre qu’elle est portée par le Christ, notre Ami, qui avant nous a supplié le Père.

- La foi, c’est oser lire dans notre rencontre avec le Christ le fruit de la Providence portée par nos deux prières.
- L’espérance, c’est oser prier alors que nos histoires semblent être dans l’impasse, dans l’assurance que DIEU entend notre supplication.
- L’amour, c’est la manière dont DIEU va répondre et ce qui nous fera accueillir cette réponse.

Celui qui vit de la foi, de l’espérance et de l’amour, les anges se précipitent pour l’accompagner sur la route et pour guider ses pas.


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]