Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/La-chair-de-DIEU-et-la-chair-de-l.html
Accueil  LE CŒUR DE LA PAROISSE  La messe du dimanche  Les Homélies du Dimanche   La chair de DIEU et la chair de l’homme...

La chair de DIEU et la chair de l’homme...

Homélie du Jour de Noël, le 25 décembre (2011)

• Livre d’Isaïe 52,7-10
« Éclatez en cris de joie, ruines de Jérusalem,
car le Seigneur a consolé son peuple,
il rachète Jérusalem ! »

• Psaume 98(97),1.2-3ab.3cd-4.5-6
« Chantez au Seigneur un chant nouveau
car il a fait des merveilles. »

• Lettre aux Hébreux 1,1-6
« Dans les derniers temps, aujourd’hui,
DIEU nous a parlé par ce Fils
qu’il a établi héritier de toutes choses
et par qui il a créé les mondes. »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,1-18
« Au commencement était le Verbe,
et le Verbe s’est fait chair. »



Éclatez en cris de joie, ruines de Jérusalem,
car le Seigneur a consolé son peuple,
il rachète Jérusalem !


Émerveillement du Prophète ! Le Salut tant attendu est advenu : DIEU console son peuple. Comment le console-t-Il ? En lui donnant la paix.

Heureuse sagesse de l’homme qui sait que la paix vient de DIEU ! Heureux homme qui sait s’en réjouir ! Je vous rappelle que la joie vient toujours de ce qu’un désir est accompli qui nous fait franchir une étape dans notre vie [1]. Vous ne pouvez donc éclater en cris de joie que si vous avez un désir en vous. Or un désir vient par une promesse qui elle-même répond à un besoin inscrit en notre nature. Lorsque DIEU promet la paix, c’est parce que l’homme a besoin de paix. Le paradoxe vient de ce que l’homme ne sait pas comment créer la paix autrement que par la guerre (si vis pacem, para bellum !) : toute l’histoire tourne autour de cette problématique que le philosophe Hegel appelait la dialectique du Maître-Esclave. Or la seule manière de sortir de ce cercle dialectique, c’est l’amour !

DIEU va donc peu à peu éduquer son peuple à l’amour. D’abord par les commandements : « Tu aimeras le Seigneur ton DIEU de toute ta force et de tout ton esprit, et tu aimeras ton prochain comme toi-même ! ». C’est un premier pas, mais qui ne suffit pas. Il faut ensuite ritualiser cet amour, c’est-à-dire le faire passer par la vérité de la chair. Il ne suffit pas d’avoir de bonnes intentions, ni même d’édicter les plus belles lois si aucun décret ne vient aider à les appliquer. Or les décrets qui accompagnent la loi de l’amour sont le rites. Aujourd’hui, nous déritualisons tout, sous prétexte de sincérité et de liberté. Résultat : nous restons des gamins, des amateurs, et nous sommes plus que jamais manipulables. Parce que nous sommes prisonnier du monde des “idées”. Dans ce monde, que vous soyez animiste, chrétien, bouddhiste ou musulman n’a aucune importance : tout se vaut ! Et celui qui gagne est celui qui règne sur les idées ! C’est le grand fantasme de la Franc-Maçonnerie, née dans le grand siècle des Lumières au XVIIIe siècle.

Alors ? DIEU allait-Il en rester au monde des idées ? “Mes petits enfants, il faut être sage et vous aimer les uns les autres !" ? Non. Il fallait aller plus loin. Tout un ensemble de rites, en particulier sacrificiels, est mis en place par Moïse, appliqué par David... mais là encore, cela ne suffit pas. Car on peut pervertir le rite. Il faut donc aller encore plus loin : il faut inscrire cet amour dans... la chair. Le rite l’y a préparée, mais il faut ici une parole plus nette pour accompagner ce rite. Et là, ce sera le rôle des prophètes.

Osée, tout d’abord, qui révèlera que DIEU aime son peuple comme un époux aime son épouse ! Révolutionnaire ! Jamais nulle part on a parlé de DIEU ainsi ! Et là encore, le peuple a du mal à comprendre. Il faut du temps. Il faut la sagesse, et les Livres de Sagesse vont méditer ce mystère, en particulier à travers le Livre du Cantique des Cantiques, et à travers les Psaumes comme celui que nous avons entendu ce matin, et qui garde la mémoire vigilante : « chantez au Seigneur un chant nouveau car il a fait des merveilles ! ». Mais cela ne suffit encore pas.

Pour aller jusqu’au bout de cette révélation d’un DIEU qu’il fallait aimer comme on aimerait son prochain, il fallait que DIEU Lui-même prenne chair.

* *
Dans les derniers temps, aujourd’hui,
DIEU nous a parlé par ce Fils
qu’il a établi héritier de toutes choses
et par qui il a créé les mondes.


Là, c’est toute la stupéfaction du Nouveau Testament. Il y a un homme qui, il y a 2000 ans, était comme transparent de DIEU. Non pas par une grandiloquence humaine, non pas par la puissance de ses miracles, non ! Mais par les paroles et les gestes de VIE qui émanaient de Lui. Jamais cet homme n’a pu être convaincu d’un quelconque geste de mort, d’une quelconque parole de mort, c’est-à-dire de péché. La chose est tellement unique que, dans le mystère de sa mort et de sa résurrection, ils ont compris qu’ils voyaient DIEU en personne, une Personne en DIEU qui avait... pris chair. Qu’est-ce que ça voulait dire ?!?

* *
Au commencement était le Verbe,
et le Verbe s’est fait chair

La chair a un rôle étonnant : elle est le lieu où s’éprouve la vérité de la VIE. Elle est le lieu qui vérifie la justesse des idées. Les idées n’aiment pas la chair : elles la tournent en dérision, la rendent pornographique pour la réduire au silence, ou plus exactement pour réduire la chair en esclavage, en particulier concernant le “plaisir”. Plaisir des sens dont l’homme moderne proclame qu’il est un droit hygiénique !!!

Or la chair n’est pas objet de droit. Elle est objet de contemplation. Elle est objet de crainte. Elle est objet d’admiration. Car dans la chair se livre l’âme en sa vérité.

Vous voulez savoir qui est DIEU ? Qui est ce petit enfant dont nous venons de fêter encore une fois la naissance ? Regardez-Le dans sa chair d’homme : dans ce qu’il a éprouvé en Lui-même, ses tressaillements, ses joies, ses peurs, son courage, sa noblesse, son audace ! Tout cela passe par sa chair !

Vous voulez savoir qui vous êtes ? Regardez ce que vous faites de votre chair. Si elle n’est pour vous qu’un service d’hygiène ; si elle doit être au service de vos plaisirs ; si vous la négligez ; si vous n’inscrivez pas dans la chair ce que vous voulez transmettre à vos enfants, ce que vous voulez traduire à votre conjoint, alors vous êtes complètement esclave de votre péché. Si en revanche votre chair prend acte de vos paroles, si votre chair est féconde, si vous lui laissez porter la VIE, alors vous êtes libres. Alors oui, bien sûr, une telle chair est exigente. Elle ne se laisse pas prendre et goûter n’importe comment : il faut apprendre à l’écouter, il faut souvent réfréner nos idées désincarnées, nos envies spontanées ; il faut sortir d’une vie en amateur. Bref, la chair nous apprend quelque chose de vital : on ne vérifie la qualité de sa vie qu’en se donnant dans la chair.

Or cela ne touche pas que la sphère privée : cela touche la sphère publique et politique. Vous voulez savoir pour qui voter ? Votez pour le candidat qui se livrera dans sa chair. Pas pour celui qui manipulera les idées avec le plus de verve.

Vous voulez savoir quel est le vrai DIEU ? Le vrai DIEU est celui qui se livre en la chair ! Comme si la Création tout entière, depuis son commencement, n’avait été faite que pour révéler la vérité même qui est en DIEU ! Comme si DIEU, qui est souverainement libre, avait voulu inscrire la Vérité éternelle dans cette chair à laquelle, vous et moi, participons !

Allez ! Regardez-vous ! Regardez vos mains : elles sont le lieu de la VIE, parce qu’en elles se vérifie cette VIE ! Regardez la Croix : elle est la vérité de DIEU parce qu’en elle se vérifie le don d’une VIE qui n’a aucune idée du mal et qui se livre à qui veut la tuer !

Le voilà, cet enfant ! Voilà le véritable commencement ! Voilà ce qui nous fait relire le commencement de l’Univers, de sa vocation à son accomplissement ! Et voilà ce que nous célébrons sur nos autels, qui ritualisent la VIE comme un Don, comme un Amour, pour que l’un et l’autre restent dans notre mémoire et passent dans notre chair.

La communion, c’est la chair de DIEU, la chair féconde de VIE qui passe dans notre chair pour la rendre féconde à son tour et lui faire porter la VIE ! Malheureuse humanité qui a cru maîtriser la fécondité en rendant stérile les femmes plutôt que d’apprendre à écouter leur corps ! Plutôt que d’apprendre la patience de l’amour ! Mais heureuse humanité qui a appris de DIEU ce qu’aimer voulait dire, d’abord entre époux, puis des parents aux enfants, puis des frères vers leurs frères, puis de l’ami vers son ami.

Tout cela est un mystère de chair ! Tout cela est une révélation inscrite dans l’accomplissement des temps en Jésus Christ, notre Sauveur !

DIEU a pris chair de notre chair !
DIEU a rendu la chair à son accomplissement, qui est de porter la vérité de la VIE, qui est de porter la lumière de la divinité qui s’inscrit, par la chair, en tout homme qui écoute la Parole de DIEU et se met à la suite de Jésus. « Tu aimeras ton DIEU de tout ton être et tu aimeras ton prochain comme toi-même ! » Tout est déjà dit dans cet enfant, tout sera accompli dans sa chair crucifiée, tout sera transmis de cette vérité de l’amour sur les autels, dans les églises où nous viendrons, chaque semaine, communier au Mystère de la VIE que DIEU veut nous transmettre en vérité : une vérité de CHAIR !

Joyeux Noël à tous !

+ Père Alain


Notes

[1Si l’accomplissement d’un désir ne provoque pas de joie, c’est que c’était un caprice. Or un caprice non seulement ne nous fait franchir aucune étape dans nos vie, mais de plus nous fait régresser à l’étape infantile et esclavagiste

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.