[ La femme, le serpent et le dragon (I)
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/La-femme-le-serpent-et-le-dragon

La femme, le serpent et le dragon (I)

Symboles de la Bible 1

Quel est donc ce « dragon » dont nous parle l’Apocalypse ? Curieux récits dont on se demande parfois s’ils ne seraient pas mieux classés parmi les contes de Grimm, ou les Nouvelles d’Edgar Po… Et pourtant non ! Il suffit de connaître les symboles bibliques pour entendre ce que ce texte exprime, ce que cette Parole a à nous dire.

- La femme, le serpent et le dragon (II)


De Genèse 3 à Apocalypse 11, à l’occasion de la fête de l’Assomption 2009


LE SERPENT, SYMBOLE DE LA SAGESSE DES NATIONS

Pour comprendre un adulte, il faut toujours se rappeler quelle a été son enfance. Même chose pour le dragon. Un jour, le dragon a été… un serpent.

Le serpent, dans le Moyen-Orient du 1er millénaire avant Jésus-Christ, est le symbole de la sagesse. Parce que le serpent a droit de vie et de mort : il accorde la vie ou condamne à mort qui il veut. L’uræus, le cobra femelle dressé et prêt à l’attaque que porte le Pharaon égyptien sur sa couronne, en est le meilleur exemple : le roi d’Égypte est le maître de sagesse de son peuple et exerce le droit de vie ou de mort. Considéré aussi comme l’œil de Râ, il représente la déesse Ouadjet qui protège le roi et symbolise l’inondation nécessaire à la vie. L’uræus a donc une double fonction : destructrice et protectrice.

* *
Une lutte de pouvoir autour de la connaissance du Bien et du Mal

Cette sagesse symbolisée par le serpent, la Bible la nomme : « Sagesse des nations » ou « Sagesse du monde » , par opposition à la « Sagesse de Dieu ».
Toutes deux se combattent sur le sujet de la connaissance du Bien et du Mal, c’est-à-dire, ultimement, sur le droit de vie ou de mort. Cette lutte est celle du pouvoir. Tel le serpent de la coiffe de Pharaon, « Connaître le bien et le mal », c’est être « comme des dieux » afin de s’octroyer le droit de vie ou de mort sur toute chose.

C’est autour de cette question absolue que se joue tout combat de pouvoir ! Entre le serpent et Dieu, une lutte s’engage.

* *
Le péché : se laisser séduire par la Sagesse des nations

Ce que la Bible nomme péché n’est autre que l’acte par lequel l’homme, séduit par la Sagesse des nations, s’émancipe du commandement de Dieu (cf. 1Co 1,18-29).

Le péché, c’est donc le refus qu’un autre impose des normes “morales”, dirait-on aujourd’hui, c’est-à-dire qu’il y ait un Bien et un Mal objectifs auxquels nos actes doivent rendre des comptes. Ceci est insupportable à la Sagesse des nations.

Dans le fond, le péché procède d’une mesquinerie incroyable !
Il met la main sur une vie qu’il ne sait qu’extorquer à travers la menace d’une mise à mort. Le péché ne sait pas donner la vie. L’homme ne sait pas donner la vie ; au mieux, il la transmet. Seul Dieu est capable de donner et de soutenir la vie. Mais le cœur du péché consiste à oublier ce préliminaire pour se mentir à soi-même et se croire le maître de la vie. Ce que Dante appelle : la « Divine Comédie ».

Il ne s’agit pas uniquement d’une querelle de “religions”. Revendiquant le pouvoir de vie et de mort, le péché est meurtrier à travers la tentative de justifier ce pouvoir face à qui s’oppose à lui : l’autre, ou Dieu. C’est ce qu’exprime saint Paul lorsqu’il écrit : « Par un seul homme, Adam, le péché est entré dans le monde, et par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, du fait que tous ont péché. » (Rm 5,12). Le serpent est donc loin d’être neutre… Saint Jean dit même qu’il fut homicide dès le commencement (cf. Jn 8,44).

* *
Une problématique très contemporaine

Ne croyons pas que la question soit obsolète !
Aujourd’hui, le même combat se joue à travers ce qu’on appelle l’« éthique de situation ». La pensée unique dit : « Il n’y a pas de morale fixe ; il n’y a pas de vérité en soi ; il n’y a que des situations qui, au moment où elles se présentent, me dictent ce qui est bien et ce qui est mal. Selon les époques, selon les circonstances, la vérité n’est pas toujours la même pour tous, et donc le bien et le mal peuvent changer. »

Dès lors, la mentalité contragestive, la légalisation de l’avortement, la revendication de l’euthanasie… tout cela constitue ce que Jean-Paul II appelait la « culture de mort » que l’humanisme gnostique résume ainsi : « L’homme est seul à décider ce qui est Bien et ce qui est Mal. Tel est son pouvoir et sa dignité. Il est dieu à la place de Dieu. »
C’est ce que la Révolution française a tenté d’imposer à travers le Culte de la Raison.


- La femme, le serpent et le dragon (II)

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]