[ La porte étroite...
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/La-porte-etroite

La porte étroite...

Homélie du 22e dimanche du Temps Ordinaire (Année C)

• Livre d’Isaïe 66,18-21
« Les messagers de mon peuple
annonceront ma gloire parmi les nations. »

• Psaume 117(116),1.2
« Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays. »

• Lettre aux Hébreux 12,5-7.11-13
« Quand on s’est repris grâce à la leçon,
plus tard, on trouve la paix et l’on devient juste. »

• Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,22-30
« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. »

- lire l’intégralité des textes de ce jour




Les messagers de mon peuple
annonceront ma gloire parmi les nations


Très belle finale du Livre d’Isaïe : à quoi reconnaît-on que l’on appartient au peuple de DIEU ? À ce que l’on annonce sa Gloire, c’est-à-dire sa présence [1] aux nations. Pour les Juifs de tradition rabbinique, cette annonce appartient aux temps messianiques : ce sera le rôle du Messie de manifester la Gloire de DIEU au monde comme une “évidence” [2]. Pour les chrétiens, cette annonce appartient à leur mission propre ; une mission inscrite dans leur chair, puisqu’elle jaillit comme un débordement de leur être filial. L’annonce de la Nouvelle Alliance est une annonce charnelle, c’est-à-dire qu’elle procède de tout leur être.

Il ne s’agit ni d’annoncer une doctrine, ni de vendre un produit, mais de témoigner de ce que nous sommes : les hommes et des femmes en qui DIEU en Personne vit et œuvre par son Amour. Ce témoignage est celui d’une fidélité à nous-mêmes, à DIEU et à l’Église. C’est en tant que fils et filles de l’Église que nous sommes constitués témoins et messagers de l’Évangile, un Évangile qui s’inscrit en nous comme un signe, un sacrement qui renvoie toujours à un au-delà de nous-mêmes qui nous appelle à nous dépasser. Sinon, comme le dit Jésus, que faisons-nous de différent de ce que font les païens ? On confond la charité avec le “care [3], le “soin”, et dès lors quand on rencontre quelqu’un qui ne va pas bien, il nous semble plus naturel de lui suggérer d’aller s’acheter une nouvelle paire de chaussure que d’aller prier... De lui suggérer de “positiver” plutôt que de louer le Seigneur comme nous y invite pourtant joyeusement le Psaume...

* *
Quand on s’est repris grâce à la leçon du Seigneur,
plus tard, on trouve la paix et l’on devient juste


Parce que s’il est une chose que même les chrétiens ont tendance à oublier, c’est que pour être charnellement des messagers du Salut, il faut soi-même se laisser sauver par DIEU. Or le Salut ne passe pas par des voies de tout repos...

La meilleure preuve ? Nous tenons à nos projets humains plus qu’aux projets de DIEU, plus qu’au projet du Christ. C’est le réflexe du pécheur : on se bâtit tel plan, on se donne telle mission, on se choisit telle ou telle personne pour former un cercle d’amis et l’on se braque quand le plan est invalidé ; quand la mission contrecarrée ; quand une personne surgit dans le cercle et à qui on va faire payer cher une présence qu’on ne lui accorde pas... Alors même que le plan est invalidé par le Seigneur ; que la mission est contrecarrée par le Seigneur ; que cette personne est menée là par le Seigneur...

Car ce qui nous fait mal nous frappe toujours là où nous voulions précisément ne pas être frappés ; et par les personnes à qui nous refusons que le Seigneur passe par elles pour mettre à l’épreuve nos projets même les plus généreux... Cela peut nous entraîner très loin dans le mal-être, jusqu’à faire naître en nous la haine, même au cœur de nos familles... de nos couples... de nos communautés...

Alors qu’il n’y a qu’un seul et unique moyen de vaincre l’épreuve que DIEU Lui-même nous propose : la glorification de DIEU. C’est-à-dire, si l’on a bien compris ce que nous disions à propos d’Isaïe, être capable de reconnaître immédiatement la présence de DIEU, sa Gloire, sa KaVoD qui est là pour nous indiquer le chemin alors même que celui-ci semble se dérober sous nos pieds. Alors qu’en réalité, le chemin que nous nous étions donné ne nous permettait pas d’accéder à la porte étroite du Royaume.

* *
Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite


Car il me semble que l’évangile d’aujourd’hui nous oblige à une autre interprétation que celle que l’on donne habituellement. La porte étroite pourrait bien être l’entrebâillement d’un Salut que, par notre seule volonté de tout contrôler, nous nous sommes tout simplement interdit ! Un salut qui s’ouvre humblement devant nous alors même que nous en avons perdu le chemin... Raison pour laquelle le Seigneur, violemment, nous contrecarre par des moyens qui nous font mal, mais qui sont seuls capables de nous remettre dans la bonne direction !

Et le plus étonnant, ici, c’est que Lui-même, en Christ, a ouvert le vrai chemin par des voies d’une terrible difficulté : il a accepté d’abandonner le rang qui l’égalait à DIEU ; il a accepté d’être trahi par ses propres amis ; d’être mis en croix par ses propres frères... Il n’a eu recours à aucun artifice de la richesse ; a vaincu tous les pièges du pouvoir : Il était premier en toute chose et s’est fait dernier en toute chose pour nous ouvrir le chemin qui mène à l’étroite porte, certes, mais une porte ouverte alors même que tous nos chemins de pécheurs ne mènent qu’à des portes closes...

L’Eucharistie d’aujourd’hui est la porte étroite, mais ouverte. Si j’ai donc, aujourd’hui, un projet qui s’écroule ; si j’ai aujourd’hui une personne que je considère comme ennemie ; si aujourd’hui je porte en moi un mal-être parce que le chemin que j’ai choisi m’échappe, aussi généreux soit-il, que cette Eucharistie me fasse proclamer : "Gloire à DIEU !". Pour que la lumière de DIEU se dévoile enfin et me redresse, me donne le courage dont j’ai besoin pour renoncer ce à quoi le Seigneur veut que je renonce pour mon Salut. Pour que je devienne enfin ce messager de la Gloire de DIEU dont le monde a tant besoin, là où, à cause de mes richesses, de mes certitudes ou de mes choix irréfléchis, je ne suis plus que le témoin de moi-même en train de me projeter sur une porte close.

Dans cette épreuve, je ne suis pas seul. Nous terminerons cette messe par le chant de l’Ave Maria, parce que c’est au cœur de l’épreuve que Marie nous est donnée. Jésus ne nous l’a pas donné dans la joie de la résurrection ; il ne nous l’a pas donnée dans la ferveur de Noël, mais dans la tragédie de la Croix. C’est sur la Croix qu’il nous dit : "Voici ta mère !", et c’est pour qu’elle puisse être notre soutien sur le chemin qui, seul, nous mène à la porte étroite, certes, mais ouverte sur le Salut du monde.

Voici, en guise de “bonus”, le témoignage d’un homme qui a vécu cette "leçon du Seigneur" à travers le décès de sa femme. Cyril est l’initiateur de l’association “Aimer et Servir” que nous mettons en place sur la paroisse en lien avec le Service Evangélique des Malades (SEM)

Avec mon affection fraternelle,

+ Père Alain.

Notes

[1Le mot Gloire, KaVoD, ne signifie pas bibliquement un quelconque “prestige ”mais le mode par lequel DIEU manifeste sa présence

[2rappelez-vous sur cette question l’homélie de dimanche dernier (ici)

[3Le care est un courant éthique américain qui réfléchit la place du souci pour autrui (sollicitude, soin, cœur, attentions, prévenance, etc. Autant de termes rendant la polysémie du mot care)

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]