[ Le 2 novembre, jour des morts
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Le-2-novembre-jour-des-morts
      Le 2 novembre, jour des morts

Le 2 novembre, jour des morts

La journée du 2 novembre est une journée de mémoire et de prière pour nos défunts.

Quelques précisions à propos de ce jour particulier.



1. Sens de la journée du 2 novembre

Le 2 novembre est à la fois une journée de mémoire et une journée d’intercession.
On pense à tous ceux qui nous ont quittés et que l’on n’oublie pas. On prie pour eux, car ils ont besoin d’une purification pour être pleinement avec Dieu.

Notre prière peut les aider dans leur épreuve de purification, en vertu de ce qu’on appelle "la communion des saints". La communion des saints, c’est la communion de vie qui existe entre nous et ceux qui nous ont précédés. Il y a, dans le Christ une solidarité.

* *
2. Origine et histoire de la Journée de la commémoration des défunts

Pour que la Toussaint (le 1er novembre, instituée en France en 835), garde son caractère propre et qu’elle ne soit pas une journée des morts, saint Odilon, abbé de Cluny (vers l’an 1000), impose à tous ses monastères la commémoration des défunts par une messe solennelle le 2 novembre.
Cette journée n’est pas appelée Journée de prière pour les défunts, mais "commémoraison" des défunts. À cette époque ou la doctrine du purgatoire n’est pas encore élaborée comme à la fin XIIème siècle, il s’agit plus de faire mémoire des morts que de prier pour eux.

Pour en savoir plus à propos du Purgatoire, ici.

* *
3. La messe du jour des morts

Le jour liturgique de prière pour les défunts n’est pas la fête de la Toussaint, mais le lendemain le 2 novembre. Les lectures pour cette messe peuvent être choisies librement dans le Lectionnaire. Il y a de nombreuses lectures possibles.

Les personnes ayant connu un deuil pendant l’année sont invitées particulièrement à participer à cette célébration.

Beaucoup de paroisses envoient une lettre personnelle d’invitation aux familles qui ont participé aux obsèques d’un des leurs au cours de l’année.

Au moment de la prière universelle, on nomme les morts de l’année, et l’on allume pour chaque mois de l’année une flamme au cierge pascal. C’est un geste symbolique : il exprime la foi en la résurrection par la participation à la résurrection du Christ.


D’après cybercure.cef.fr, extrait légèrement revu.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]