[ Le Dimanche des Rameaux et de la Passion
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Le-Dimanche-des-Rameaux-et-de-la

Le Dimanche des Rameaux et de la Passion

Ce dimanche, depuis les origines de l’Église et dans le monde entier, les chrétiens acclament le Christ entrant à Jérusalem pour y vivre sa Passion et manifester la victoire de l’amour sur la mort.



Le Dimanche des Rameaux et de la Passion se célèbre le Dimanche qui précède Pâques.

Sens de la fête

Ce dimanche commémore deux événements.
- Il correspond, d’une part, à l’entrée solennelle de Jésus à Jérusalem où il fut acclamé par une foule agitant des palmes.
- D’autre part, ce dimanche commémore la Passion du Christ et sa mort sur la croix.

Ce dimanche des Rameaux est le début de la « Semaine sainte ».

Histoire

Le dimanche des Rameaux rappelle l’entrée triomphale de Jésus-Christ à Jérusalem (Mt 21,1-9 ; Mc 11,1-10 ; Lc 19,28-40. L’évangile de Jean est lu le Vendredi Saint, Jn 12,12-15).

L’Évangile raconte qu’à proximité de la fête de la Pâque juive, Jésus décide de faire une entrée solennelle à Jérusalem. Il organise son entrée en envoyant deux disciples chercher un ânon, monture modeste comme l’avait annoncé le prophète Isaïe pour montrer le caractère humble et pacifique de son règne.

Il entre à Jérusalem sur cette monture pour se manifester publiquement comme le messie que les juifs attendaient. Une foule nombreuse venue à Jérusalem pour la fête l’accueille en déposant des vêtements sur son chemin et en agitant des branches coupées aux arbres.

Dès le IVe siècle, la liturgie de Jérusalem aime revivre l’événement : les chrétiens se rendent au Mont des Oliviers et entrent à Jérusalem en acclamant le Christ Sauveur, avec des palmes à la main.

Dès le IXe siècle, toute l’Église a adopté cette coutume et accomplit ce jour-là la bénédiction des rameaux et la procession des fidèles.

C’est ainsi qu’aujourd’hui encore, on se rend à l’église où l’on reçoit habituellement des rameaux coupés. Ces rameaux verdoyants sont le signe de la vie que ni le froid de l’hiver ni la longueur de la nuit ne peuvent étouffer. On les ramène alors pour les déposer sur les tombes et les exposer à l’intérieur des maisons.

Non pas un rite magique,
mais un signe fort apposé dans nos maisons

Il ne s’agit pas d’un rite magique, mais d’un signe que les chrétiens placent en évidence chez eux pour rappeler que leur existence est avant tout marquée par le surgissement de la vie : la Résurrection.

Le chrétiens sait que la mort n’a plus le dernier mot depuis que le Christ Jésus l’a traversée. Cela illumine la vie d’une famille, invite à l’espérance inconditionnelle et à une remise de nous-même entre les mains de DIEU.


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]