[ Le Feu de l'Amour
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Le-Feu-de-l-Amour

Le Feu de l’Amour

Homélie du 3e dimanche de Carême (Année C)

• Livre de l’Exode 3,1-8a.13-15
« Le buisson brûlait sans se consumer. »

• Psaume Psaume 103(102),1-2.3-4.6-7.8.11
« Fort est son amour pour qui le craint ! »

• Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 10,1-6.10-12
« Celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber. »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,1-9
« Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. »

- lire l’intégralité des textes de ce jour




Le buisson brûlait sans se consumer


Reprenons l’étonnement de Moïse : « Pourquoi le buisson ne brûle-t-il pas ? » Et bien parce qu’il s’agit d’un “buisson de Vie”, un buisson habité par la Vie. La vie comme la mort est un feu, mais là où la mort donne la mort à ce qu’elle brûle, la vie, elle, donne la vie à ce qu’elle brûle.

L’image est celle de l’homme : biologiquement parlant, nous sommes habités par un feu permanent — ne dit-on pas qu’on “brûle” des calories ? —, mais de ce feu jaillit la vie. Parce que le feu est une “énergie”, c’est-à-dire en grec une “œuvre qui agit du dedans”. Voilà : la mort est un feu qui agit du dehors alors que la Vie est un feu qui agit du dedans.

Eh bien : ce buisson est habité par la Vie. Et c’est la raison pour laquelle il ne se consume pas.

* *
Fort est son amour pour qui le craint !


L’amour de DIEU n’agit pas de l’extérieur : il agit de l’intérieur. L’amour de DIEU est une “énergie”, comme aiment à l’appeler nos frères orthodoxes.

Mais agir de l’intérieur, c’est aussi unir de l’intérieur. L’énergie de l’amour n’est pas une “pile” que DIEU mettrait à notre disposition. Elle est l’énergie de la rencontre, l’énergie qui procède — comme toute énergie — d’un travail. Le travail de l’amour d’agapè, c’est-à-dire l’amour de volonté qui fait le choix de se donner.

Aujourd’hui, on voudrait que l’amour, pour être vrai, soit “spontané”. C’est vrai de l’éros. Mais cet éros ne suffit pas. Il faut qu’il soit canalisé par l’amour d’agapè, sans quoi il devient vite comme une batterie en surchauffe, et le feu se transforme en feu de mort...

Cet amour d’agapè est celui dont DIEU vit. Il est DIEU en travail permanent — DIEU ne dort jamais, dit un psaume —, de sorte que lorsqu’il rencontre un homme (ou une femme) qui accepte de recevoir de Lui cette énergie de l’amour d’agapè, jaillit un fruit inattendu qui a pour nom : l’amour d’amitié. Et c’est du cœur de cette expérience de l’amour d’amitié que le psalmiste peut s’écrier : Fort est son amour d’agapè pour qui le craint ! . Comme un étonnement qui est du même ordre que celui de Moïse devant le Buisson ardent.

* *
Celui qui se croit solide,
qu’il fasse attention à ne pas tomber


Éclairés par ce que nous venons de comprendre, que veut dire Paul ? Simplement que l’homme réduit à lui-même ne peut pas connaître l’amour d’amitié. Il se l’interdit, de sorte que sa vie devient tragique. Il se croit fort, il se croit indestructible, mais il n’est qu’un enfant.

C’est là toute la différence entre la philosophie franc-maçonne et la foi chrétienne, ou même toute religion. Le Franc-Maçon n’est pas un imbécile — leurs entretiens et leurs réunions, du moins à un certain niveau, sont profondément philosophique, et eux aussi dissertent sur l’amour —, mais il se croit solide. Le Franc-Maçon est un homme — tiens... dans les loges, il n’y a jamais de parité ni de mixité... étrange que nul ne leur en fasse la remarque — qui est en quête de sens, mais pas en quête de Salut. Alors que le sentiment religieux naît précisément de la quête de Salut. Sans doute pour éprouver cette quête a-t-on besoin de sortir de l’impression de sécurité que confère l’argent qui semble pouvoir tout promettre, alors que l’argent est un feu, certes, mais qui consume tout ce qu’il touche ! L’argent est un feu de mort lorsqu’il est laissé à lui-même. L’argent isole, comme Picsou qui, dans le fond, est un canard bien malheureux, seul, immensément riche, mais seul, réduisant ses neveux à de purs esclaves à sa botte...

* *
Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir


En tout cas, celui qui se croit solide court un grand danger : celui de ne pas porter le fruit que DIEU, qui l’anime et le soutient dans l’être, attend de lui.

Quel est ce fruit ? Celui de l’amour d’amitié qui naît de la rencontre de la Source de tout amour et de celui en qui jaillit cette source. Ou, pour reprendre les images d’aujourd’hui, l’amour d’amitié qui naît de ce Feu divin de l’amour d’agapè qui s’épanouit en amour d’amitié, c’est-à-dire dans la rencontre intime de DIEU avec l’homme religieux.

Lorsque le propriétaire décide de couper le figuier, ce n’est pas parce qu’il est déçu, mais parce qu’il se sent trahi ! Il n’a pas nourri le figuier comme un exploitant, mais comme un Père, comme un Ami. Il y a mis toute son énergie, tout son amour d’agapè, et il n’en reçoit aucun retour d’amour, aucun retour d’amitié. Une amitié qui n’est pas le recouvrement d’une dette — encore qu’être en dette d’amour n’est ni honteux, ni inhumain, au contraire : être en dette d’amour, c’est entrer dans la dynamique du Salut : j’ai besoin d’être Sauvé, et pour cela, j’ai besoin d’être aimé. Je ne suis pas en manque, je suis en dette : voilà ce qui est le cœur de la vertu de religion —, mais l’accomplissement d’un vrai travail conjoint de l’amour d’agapè de DIEU et de l’amour d’agapè de l’homme pour que naisse entre eux, gratuitement, comme une grâce surabondante, l’amour d’amitié.

Voilà, frères et sœur, ce que DIEU attend de vous et de moi : de rendre amour pour amour, pour reprendre les termes de sainte Marguerite-Marie Alacoque. Non pas pour avoir une vie austère qui expie les péchés, mais pour ouvrir un espace à l’amour d’amitié qui surgit comme une grâce. C’est à cet amour qu’aspirent les jeunes générations quand elle dit qu’elle croit en “l’amour spontané”. Mais elle est naïve, de la même naïveté qui nous fait croire que lorsqu’un virtuose se met au piano, l’exercice paraît “facile” ; ou comme lorsqu’un champion de patinage artistique nous donne l’impression d’une grâce esthétique naturelle, nous faisant ignorer les heures et les jours de travail incalculables qui sont derrière et qui lui permet de nous offrir, pour seulement quelques minutes, des instants de légèreté...

Le Carême n’est pas autre chose. Il est ce travail de l’amour d’agapè que DIEU nous demande de vivre librement, volontairement, pour qu’à Pâques naisse la joie de la Rencontre entre deux amis. La foi est, profondément, ce travail de l’amour d’agapè visant l’amour d’amitié comme une espérance. Foi, Espérance et Amour : voilà le cœur de l’énergie divine que DIEU dépose en nous pour que nous puissions le vivre entre nous. « Aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés » (Jn 13,34). Voilà comment nous répondons à l’Espérance de DIEU, une espérance qui déborde sur chacun de nous, en particulier dans le lieu privilégié du couple, du mariage qui devient, comme le disait Jean-Paul II, le “premier de tous les sacrements”, celui qui, par excellence, s’ouvre sur la Vie comme un feu qui ne consume pas, Le Feu de l’Amour qui dure depuis toute éternité, contrairement à une série américaine qui parle “des feux de l’amour”, mais qui, loin d’être éternelle, est plutôt interminable !!!

Avec mon affection fraternelle,

+ Père Alain.


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]