[ Le dimanche de l'Alliance
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Le-dimanche-de-l-Alliance

Le dimanche de l’Alliance

Homélie du 5e dimanche du Temps Ordinaire (Année A)

Livre d’Isaïe 58,7-10
« Si tu appelles, le Seigneur répondra
si tu donnes de bon cœur
à celui qui a faim
Alors ta lumière
se lèvera dans les ténèbres. »


Psaume 112(111),1a.4.5a.6.7-8a.9
« Heureux qui craint le Seigneur !
Lumière des cœurs droits,
il s’est levé dans les ténèbres »


Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 2,1-5
« Que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,13-16
« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. »

- lire l’intégralité des textes de cette nui




Si tu appelles, le Seigneur répondra
si tu donnes de bon cœur à celui qui a faim
Alors ta lumière se lèvera dans les ténèbres


"Si tu dénoues les liens de servitude", disait un chant du siècle dernier... Oui, et non.
- Oui parce qu’il ne s’agit pas seulement d’aimer le Seigneur son DIEU de tout son cœur et de toute sa force ; il faut aussi aimer son prochain comme soi-même, rappellent les deux plus grands commandements de l’Ancien Testament.
- Non, parce que le prophète Isaïe ne commence pas par là. Il commence par : Si tu appelles, le Seigneur répondra. Donc le premier mouvement n’est pas d’abord social, mais religieux, et il est très important de ne pas inverser ces deux pôles, comme l’a fait ce qu’on a appelé la "Théologie de la Libération".

Pourquoi ? Parce qu’à inverser ces deux moments, on passe d’une religion de la grâce à une religion du mérite ; de la compassion à la générosité. On dit au Seigneur : "Regarde, j’ai donné de bon cœur à celui qui a faim” ; je suis “dans les cordes” : on se justifie devant DIEU, or, nous rappelle saint Paul, c’est DIEU qui justifie. Le chrétien ne se reconnaît pas à ce qu’il est généreux — la générosité, dit Jean Vanier, c’est encore toi qui donnes ; tu es le puissant face au pauvre... Mais que reçois-tu, toi, de lui ? Qu’a-t-il à te donner dont tu as tellement besoin parce que toi aussi, et peut-être toi d’abord, tu es pauvre ?—. Un chrétien se reconnaît à ce qu’il se sait pécheur et que tout ce qu’il entreprend procède de ce qu’il reçoit de DIEU qu’il rencontre chaque jour en lui-même, dans la prière humble qui lui fait aimer DIEU et son prochain ; qui lui fait faire le premier pas et qui lui fait abandonner toute critique.

Si tu critiques ton frère ou ta sœur, tu noues des liens de servitude. Si tu as de la haine pour ton frère ou ta sœur, tu es ténèbre dans la lumière. Si tu te prévaux de tes œuvres en disant : "Moi j’ai raison", tu affadis le sel que DIEU a mis en toi. Pourquoi ? Parce que le monde tourne autour de toi : "je suis généreux" ; "il va voir ce qu’il va voir !" ; "je ne veux plus entendre parler de lui ou d’elle !" ; "c’est un crétin" ; etc. Tout cela, bien sûr, “au nom de la foi”, parce que "moi, j’ai raison", "moi, j’ai tout compris !"... Mais quelle tristesse...

* * *
Que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes
mais sur la puissance de Dieu


Le chrétien n’est pas celui qui se présente comme généreux mais comme craignant DIEU, comme dit le Psaume. Non pas au sens de la peur, mais dans la conscience que DIEU seul est la source de tout ce que je suis et ce que je fais ; une source à laquelle il est indispensable que je vienne puiser chaque jour, comme autrefois on allait chercher l’eau à la source chaque jour... Désolé, la grâce ne coule pas au robinet... Il faut encore aller la puiser dans le puits qui est dans le jardin de DIEU... Et Seigneur, qu’ils sont beaux les pas de ceux qui, chaque jour, marchent sur le chemin intérieur et humble pour aller à puiser à ce puits ! Car lorsqu’ils reviennent, ils distribuent humblement l’eau de la grâce, sans un mot plus haut que l’autre car ils savent le prix de cette eau dont seul DIEU a le pouvoir de la transformer en vin de l’Alliance éternelle.

* * *
Vous êtes le sel de la terre,
vous êtes la lumière du monde


Le "vin de l’Alliance"... Cette semaine, de millions d’hommes et de femmes vont fêter la Saint Valentin que les marchands ont transformé en vaste opération commerciale, dans l’exaltation du sentiment amoureux. Car s’il est une observation commune aujourd’hui, c’est que l’on est moins amoureux de quelqu’un qu’on n’est amoureux du sentiment amoureux. On est amoureux du bien-être que procure le sentiment amoureux.
Alors que faire ? Dénoncer ? Cela ne sert pas à grand chose... Il faut témoigner de la joie à laquelle conduit la fidélité dans l’amour, et en particulier dans l’amour conjugal. L’amour conjugal n’existe, dit le docteur Jean Lemaire, qu’avec la volonté de durer. Non pas une volonté qui s’appuie sur la seule force de l’homme, mais qui s’appuie sur la grâce de DIEU qui nous fait nous dépasser soi-même pour l’autre. L’autre que je reçois tel qu’il est, telle qu’elle est et dont chaque jour de notre vie commune nous fait grandir, traversant ensemble les épreuves, nous réjouissant ensemble des moindres signes de croissance et bâtissant entre nous une amitié unique qui rayonne sur toutes les autres relations dans le monde. Qui devient, année après année, le témoin d’une fidélité possible et belle à l’image de la fidélité de l’amour de DIEU pour tout homme.
Une fidélité qui ne procède pas d’une volonté humaine, mais simplement de la grâce de DIEU. Aujourd’hui, ceux qui vont s’avancer à l’occasion de leur jubilé de mariage ne sont pas là pour donner des leçons, mais pour témoigner de la grâce de DIEU. La fidélité chrétienne se puise à la source d’un amour qui n’est pas d’abord généreux, mais pauvre. Un amour pauvre qui se laisse toucher par la pauvreté de l’autre avec lequel / laquelle nous allons ensemble puiser à la source de la grâce, tout étonné que ce qui soit puisé ne soit pas de l’eau, mais... du vin... le vin qui réjouit le cœur de l’homme, comme dit l’Écriture, et que DIEU donne en abondance. Un vin qui coule depuis l’autel de la Croix du Christ et qui fait rayonner notre vie de couple comme une lumière de midi ; qui nous fait savourer le sel de l’existence, et dont les jubilés sont des étapes symboliques importantes, puisqu’ils nous rappellent que ce qui est essentiel dans l’amour n’est pas tant le nombre des années traversées ensemble que leur fécondité, quelle qu’elle soit.

Que ceux donc qui cette année célèbrent un jubilé de leur pauvre amour, qui n’a à transmettre que la richesse qu’ils sont allés puiser chaque jour au puits de DIEU s’avancent donc et consacrent cet amour et leur famille à celui qui leur en a ouvert la source : le Cœur de Jésus transpercé sur la Croix d’où coule le vin de la Vie éternelle. Qu’ils revivent humblement la consécration faite ensemble de leur vie le jour de leur mariage. Nous les accompagnons dans cette prière.

Avec mon affection fraternelle,

† Père Alain Dumont

Texte de la prière de consécration des familles au Cœur de Jésus à l’occasion du Dimanche de l’Alliance :


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]