[ Mais qui est Jésus ? (III)
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Mais-qui-est-Jesus-III

Mais qui est Jésus ? (III)

Lorsque Pierre et Jean courent au tombeau du Christ, que cherchent-ils ? Que vont-ils découvrir ?

Les évangiles nous transmettent le témoignage bouleversé – et bouleversant – de ces hommes découvrant, les premiers, la route de la résurrection qui mène au Père.

- IVe partie



Le Christ ressuscité

Le Christ est donc apparu bien vivant, non seulement aux apôtres mais même, rapporte saint Paul, à 500 disciples à la fois (1Co 15,6)...

Que nous disent les évangiles ?

• Matthieu et Marc ne s’attardent pas. Leur catéchèse a montré respectivement que Jésus était le nouveau Moïse, et qu’il était le Fils de Dieu.

• Luc et Jean sont plus bavards... On peut résumer les choses en 3 points :

1. Tout d’abord, la résurrection est l’expérience d’un tombeau vide. On imagine le bouleversement des disciples, qui ne savent que penser. De ce point de vue, les quatre évangiles sont d’accords, à quelques détails près (cf. Mt 28,1-8 ; Mc 16,1-8 ; Lc 24,1-11 ; Jn 20,1-10).

2. Ensuite, Jésus se manifeste vivant à ses disciples, mais il n’est jamais reconnaissable à priori.
- Marie-Madeleine ne le reconnaît pas, si ce n’est au moment où il l’appelle par son nom (Jn 20,14-16)
- Les disciples d’Emmaüs, tout en ayant le cœur brûlant alors qu’il leur explique les Écritures, n’imaginent pas une seule seconde que ce personnage puisse être Jésus. Ils le reconnaissent cependant à la fraction du pain (Lc 24,30-32).
- Apparaissant aux apôtres, dont on peut comprendre le trouble, Jésus leur dit : « Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os, et vous constatez que j’en ai. » ; et il va même jusqu’à leur demander : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé. Il le prit et le mangea devant eux. » (Lc 24,39-42)
- Thomas, le plus intrépide des apôtres, le seul à oser sortir alors que les autres étaient reclus par peur des juifs, sera invité par Jésus à porter son doigt dans la marque des clous et la main dans le côté transpercé...
- Enfin, alors que les apôtres sont retournés en Galilée et qu’ils sont sur le lac en train de pêcher, Jésus se présente sur la berge et leur demande de lancer les filets à droite de la barque : 153 poissons s’y prennent ! Jean reconnaît le Seigneur et Pierre plonge à l’eau pour le rejoindre. Réunis sur le rivage, ils partagent le pain et les poissons que Jésus leur donne.

Notons enfin qu’au cours de ces apparitions, Jésus ne semble guère encombré des murs ni des distances à franchir... De plus, il apparaît et disparaît avec une facilité déconcertante !...

3. Enfin, ce relèvement d’entre les morts n’a pas pour finalité de reprendre la vie parmi les disciples.
- Lorsque Marie Madeleine se jette à ses pieds pour les embrasser (cf. Mt 28,9), Jésus lui dit : « Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon DIEU et votre DIEU. » (Jn 20,17)
- Alors que Marc avait été peu loquace sur les apparitions, il n’omet pas de mentionner l’ascension du Christ : « Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. » (Mc 16,19)
- Quant à Luc, il précise que cette ascension a lieu depuis Bethanie : « Tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au ciel. » (Lc 24,51)

=> Il s’agit donc bien pour le Christ :
- d’un relèvement d’entre les morts (Ac 17,3.31 ; 26,31 ; Rm 1,4 ; 4,24 ; 6,4 ; etc.) ;
- d’un réveil du sommeil de la mort (Ps 12,4) ;
- d’une toute nouvelle et première naissance d’entre les morts (Col 1,18 ; Ap 1,5), précédant en cela toute créature (Col 1,15)...

* *
Passer de ce monde au Père

Lorsque saint Jean parle de la résurrection du Christ, il ne parle pas de passer d’un monde à un autre, mais de passer « de ce monde à son Père » (Jn 13,1).

« Passer au Père », voici la plus splendide expression de la Vie éternelle, comme d’une vie filiale, debout, non repliée sur elle-même et totalement ouverte sur l’infini.

À une époque où nous découvrons que le monde quantique dépasse largement nos dimensions de l’espace et du temps, il faut imaginer la Vie de l’Au-delà comme une vie dans la dimension du Père...
Un peu comme ce qui se passe lorsqu’un lieu est imprégné d’histoire. Quand nous revenons dans un lieu où se sont déroulées de beaux épisodes familiaux, la mémoire nous envahit et vient raviver la flamme de notre cœur : c’est un peu cela, le monde à la dimension du Père...

Et cette dimension commence dès cette vie, si nous le désirons. Comme elle a habité la vie du Christ, d’où émanait son rayonnement ; qui faisait de lui un homme d’une exceptionnelle plénitude.
La présence du Père dans la vie de Jésus fut la source de sa totale liberté, de son entière implication dans la vie des hommes de son temps et de son charisme auprès d’eux.

Côtoyer Jésus, c’était sentir en soi le désir de vivre comme Lui, de découvrir le Père, de vivre une profonde intimité avec le Père.

Le Christ ressuscité était transparent du Père. Son relèvement d’entre les morts ne fut possible que dans le cadre de cette intimité insondable, dont les apôtres comprirent, à la lumière de l’Esprit, qu’elle plongeait ses racines dans une éternité qui remontait au-delà même de la Création et subsistait dans un accomplissement sans fin.

Ainsi, Jésus Christ, par sa résurrection d’entre les morts, se présentait comme le Fils éternel, transparent du Père, dans l’intimité de l’Esprit Saint.

* *

Oui... Pierre et Jean avaient raison de courir à perdre haleine jusqu’au tombeau vide... C’était là qu’ils allaient découvrir un nouveau désir, un espace creusé en eux par le Christ que seule la relation au Père allait combler.

Pierre et Jean courant au tombeau, ce sont les deux premiers fils prodigues accourant dans les bras ouverts du Père, dès lors que Jésus, ayant pris sur lui leur péché, leur avait à nouveau ouvert les portes du Royaume du Père...

À l’Église désormais de laisser le passage ouvert pour tous les hommes de ce monde...

Reste à se demander : au milieu de tout cela, comment peut-on dire que Jésus était DIEU ?

- Lire la suite

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]