[ Notre-Dame des Douleurs
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Notre-Dame-des-Douleurs

Notre-Dame des Douleurs

Le 15 septembre, lendemain de la fête de la Croix Glorieuse, l’Église médite le mystère de Marie au pied de la croix.

Un texte du XIIe siècle d’une grande profondeur nous fait entrer, à partir de la compassion qui habite toute mère affrontée à la souffrance de son enfant, dans le cœur de Marie.

Où l’on comprend que le mystère de Marie s’éclaire pleinement à la lumière de la condition féminine et maternelle ; en même temps qu’il lui ouvre un horizon spirituel inattendu : le cœur de la femme, plus que tout autre, est rendu capable de rencontrer le cœur de DIEU.


15 septembre – NOTRE DAME DES DOULEURS
Traité de Baudouin de Ford (XIIe siècle)

On voit souvent une mère compatissante souffrir un plus grand tourment de la maladie de son fils que le fils ne souffre lui-même de son mal. C’est l’amour qui fait cela ; l’amour, qui verse dans la personne qui aime la douleur de l’autre.
Ce faisant, il augmente [cette douleur], si bien que l’on souffre davantage par compassion à la douleur de l’autre, que cet autre ne souffre de sa propre douleur. Et plus d’une fois, on voudrait même assumer seul toute la douteur, pour que l’autre n’en ait aucune.

Dans la souffrance de compassion à la douleur d’autrui, l’âme qui souffre ainsi par compassion se trouve en quelque sorte partagée : elle est à la fois loin d’elle-même et en elle-même. Car, lorsqu’elle voit souffrir celui qu’elle aime, elle se prête à lui, dans son désir de communion à sa souffrance ; elle s’épanche en-dehors d’elle-même et, par l’empressement de sa compassion, elle s’unit à lui pour souffrir à sa place. Elle s’arrange, en quelque sorte, pour passer en lui ; elle se verse en lui par l’élan de sa compassion, et vit pour ainsi dire en celui dont elle ressent le tourment.

En ce sens, le vieillard Syméon, après avoir ainsi prophétisé sur le Christ : « Cet enfant amènera la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israel, il sera un signe de contradiction », ajoute aussitôt à l’adresse de la bienheureuse Vierge : « Et un glaive transpercera ton âme ».

La Mère de Dieu, assurément, a aimé plus que tous, elle qui, plus que tous, a été aimée. De même, elle a tellement compati à la mort de son fils qu’elle a, pour ainsi dire, vraiment subi cette mort.
La grandeur de son amour a été la mesure de sa douleur : aimant son fils plus qu’elle-même, elle a ressenti au plus intime de son âme la douleur des blessures que lui, il a reçues dans son corps. La passion elle-même du Christ a été pour elle son propre martyre.

En effet, la chair du Christ était la sienne en quelque sorte : chair tirée de sa chair. Elle a davantage aimé, dans le Christ, cette chair qu’il avait reçue d’elle, qu’elle ne l’a aimée dans sa propre personne.
Et elle a d’autant plus ressenti la douleur qu’elle aimait davantage ;

Elle a souffert davantage dans son âme qu’un martyr ne souffre dans son corps ; aussi brille-t-elle du privilège singulier d’un glorieux martyre. Les autres martyrs ont été rendus parfaits par le martyre de leur propre mort ; mais elle, elle a fourni de sa chair la chair qui-devait souffrir pour le salut du monde. Et, durant la passion du Christ, en raison de cette passion, la force de la douleur a tellement investi son âme, que, rendue parfaite par un martyre vécu comme à travers le Christ, on peut penser qu’après le Christ, c’est elle qui a mérité la gloire suprême du martyre.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]