[ Quand les cieux se déchirent pour illuminer la terre...
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Nouvel-article,573
        Quand les cieux se déchirent pour illuminer la terre...

Quand les cieux se déchirent pour illuminer la terre...

Homélie de la Nuit de la Nativité (24 décembre 2011)

• Livre d’Isaïe 9,1-6
« Le peuple qui marchait dans les ténèbres
a vu se lever une grande lumière. »

• Psaume 96(95),1-2a.2b-3.11-12.13
« Chantez au Seigneur un chant nouveau. »

• Lettre de saint Paul Apôtre à Tite 2,11-14
« La grâce de Dieu s’est manifestée
pour savoir attendre le bonheur que nous espérons. »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,26-38
« Je vous annonce une bonne nouvelle,
une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui vous est né un Sauveur dans la ville de David.
Il est le Messie, le Seigneur. »



- lire l’homélie de la Messe du Jour de la Nativité
- lire l’intégralité des textes de ce jour



Le peuple qui marchait dans les ténèbres
a vu se lever une grande lumière

Au XVIIIe siècle est née la philosophie des Lumières... Révolution de la pensée scientifique avec Galilée, Descartes, Leibnitz, Newton : c’était formidable : on pouvait expliquer le monde, élaborer des théories sur le fonctionnement de l’univers. On se disait : "Un jour, l’homme pourra tout comprendre, tout maîtriser par les sciences", ce sera la "fin de l’ignorance". Et puis on commence à réfléchir sur l’individu : "enfin, je n’ai plus besoin de l’autre" : le "sujet" peut décider par la raison, sans le joug des coutumes, des traditions : ce sont des hommes comme Locke, Rousseau, Kant. L’homme en tant qu’individu devient "libre", et le rôle de l’État devient de garantir cette liberté du sujet que Rousseau développera dans L’Émile. On allait forger une “Nouvelle Humanité”, plus unie, plus fraternelle, n’ayant plus qu’une seule volonté générale (toujours Rousseau dans le Contrat Social). On allait “tout connaître”, comme se donnait pour objectif l’Encyclopédie dont Diderot serait un des grands ouvriers...

En mettant la Raison à toutes les sauces, on est tombé dans l’idéologie la plus pure, dont la période jacobine de la Révolution Française fut un fruit redoutable. Germait alors l’idée de “Progrès” : plus la raison envahirait tout, plus l’homme deviendrait meilleur...

Le résultat, nous le voyons sous nos yeux : « Le monde est devenu un village », comme scande aujourd’hui le slogan. Un village où l’homme... a tout simplement disparu en tant que personne. La notion de peuple a disparu des mentalités, au profit de la Nation, c’est-à-dire de la toute puissance de l’État et la remise de soi sous la protection de l’État Providence. L’histoire, dans le fond, importe peu : seul l’avenir compte comme un espace infini à conquérir. Mais pour quoi ? À quelle fin ? Pour qui ? Nul n’est plus capable de le dire...

Et pourtant, le peuple n’est pas mort. Et c’est bien cela qui ennuie les politiques tout autant que les instances financières étatiques et mondiales. On voudrait tant que le “système” fonctionne ! Qu’il suffise de dire “Faites ceci ! Faites cela !” pour que les masses obéissent et soient "heureuses”. Les systèmes organisent des mondes inhumains, où nous devenons les esclaves consentants des nouveaux despotes que sont les argentiers du monde. “Consommez ! Consommez !”, disent-ils ! Le bonheur est dans la “consommation”. Et on les a tellement cru qu’on a même des organisme de “défense des consommateurs”...

Et pourtant... Pourtant, vous êtes là. Vous êtes là parce que vous sentez, même confusément, qu’il y a autre chose que la course effrénée à la consommation des derniers écrans 3D, des dernières PlayStation, des connexions thunderbolt plus rapides, de l’accumulation des données qui a tout simplement oublié qui est l’homme, dans sa simplicité, dans sa vulnérabilité, dans sa grandeur ; qui a oublié le primat de l’amour relégué aujourd’hui, dans les colonnes des journaux faciles, au rang des satisfactions hygiéniques, aux images people lamentables ; l’amour rendu au mutisme de la sphère privée qui fait que nos enfants sont formatés dans nos collèges et nos lycées sans qu’aucune place ne puisse plus être faite à l’essentiel. L’amour est devenu second, tant qu’il ne rapporte rien en terme d’argent. Même nous, nous sommes plus inquiets sur l’avenir professionnel de nos gamins que sur la qualité d’amour qu’ils seront capable de donner et de recevoir. Pas dans la tête, bien sûr ; mais dans les faits, c’est irréfutable !

Eh bien ! La nuit de Noël est là comme une Lumière sur un chemin qui, pour ignoré qu’il soit, n’a pourtant pas disparu. Beaucoup d’autres lanternes s’allument ce soir : dans nos villes et nos villages, elles évoquent toutes le Père Noël et les cadeaux à consommer ! Toutes ces lumières sont infernales : elles ne suscitent que le bruit et l’agitation pour n’ouvrir que sur du néant...

Parce que pour voir cette Lumière, il faut faire silence. Le silence, aujourd’hui, s’est évanoui... Élever un enfant, c’est le stimuler de tous les côtés, à tout moment : travail, occupations sans nombre, télévision allumée au moindre soubresaut d’ennui... Et l’on s’étonne qu’ils soient agités ? Qu’ils aient tous les symptômes de l’hyperactivité ? Allons donc ! Quels sont les espaces où ils pourront trouver, dans nos familles, le silence indispensable pour revenir à soi, pour reprendre conscience de soi, pour respirer, lever le nez du guidon ?

Car la paix, frères et sœurs, la vraie, ne germe que dans le silence. Un silence qui se fait écoute d’un autre, reconnaissance d’un autre dont j’ai vitalement besoin pour exister, pour grandir en liberté et en vérité.

* *
Chantez au Seigneur
un chant nouveau

Qui chante encore aujourd’hui ? Les chorales sont nombreuses dans la région, et c’est tant mieux. Mais écoutons-nous seulement les paroles que nous chantons ? Ou n’est-ce encore que distraction et occupation d’un temps qui nous est devenu insupportable parce qu’il ne s’y passe plus aucune rencontre véritable, aucun éblouissement, aucune joie ?

Celui qui chante véritablement chante à partir du silence. Et c’est en contemplant le silence sidéral que la Bible voit DIEU en surgir pour rejoindre son peuple. Qui ne fait pas silence ne pourra pas chanter, ce soir, pour exprimer le grand mystère d’un DIEU qui déchire les cieux pour venir nous offrir l’accomplissement de ce que nous attendons au plus profond de nous-mêmes.

* *
La grâce de Dieu s’est manifestée
pour savoir attendre le bonheur que nous espérons

Nous attendons tous le bonheur. Mais nous ne le trouvons pas parce que nous avons recouvert le silence de nos bruit infernaux, de nos courses folles et nous avons noyé la Lumière de DIEU de nos scintillements misérables et superficiels. Avez-vous seulement fait le silence dans vos familles avant de venir ? Avez-vous préparé ces fêtes dans un recueillement qui prélude à toute rencontre véritable, amoureuse, essentielle ; de ces rencontres qui nous préparent au bonheur et nous font le reconnaître quand il se présente devant nous ?

* *
Je vous annonce une bonne nouvelle,
une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui vous est né un Sauveur dans la ville de David.
Il est le Messie, le Seigneur

Alors maintenant, tout de suite, je vous propose de vivre un profond silence. Rentrez en vous, regardez-vous en vérité : Qui je suis ? Où est-ce que je suis encore en train de courir ? Qui est-ce que j’attends vraiment ? Où est ma vie ? Où est ma mort ? Où est DIEU ?

Ce n’est que là, jaillissant dans ce silence qui nous ouvre à la grandeur cosmique de notre vocation, que nous pourrons entendre les paroles de l’Ange et nous rendre compte que la Nativité n’est pas une affaire de petit baigneur qu’on dépose dans la crèche, mais le déchirement des Cieux, lorsque DIEU Lui-même descend jusqu’à nous pour nous offrir de VIVRE, pleinement, réellement, jusqu’à nous refaire découvrir que nous appartenons à un Peuple, une Famille qui n’est rien de moins que la Famille de DIEU.

Avec mon affection fraternelle,

+ Père Alain


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]