[ On n'achète pas la foi chez Picard !
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/On-n-achete-pas-la-foi-chez-Picard

On n’achète pas la foi chez Picard !

• Livre d’Isaïe 35,1-6.10
« Dites aux gens qui s’affolent : “Voici votre Dieu !
Il vient lui-même et va vous sauver.
Alors s’ouvriront les yeux des aveugles
et les oreilles des sourds. »

• Psaume 146(145),7-10
« Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés »

• Lettre de saint Jacques 5,7-10
« Frères, en attendant la venue du Seigneur,
ayez de la patience. »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,2-11
« Allez rapporter à Jean
ce que vous entendez et voyez :
Les aveugles voient, les boiteux marchent,
les lépreux sont purifiés, les sourds entendent »

- lire l’intégralité des textes de ce jour



Dites aux gens qui s’affolent : “Voici votre DIEU !
Il vient lui-même et va vous sauver.
Alors s’ouvriront les yeux des aveugles
et les oreilles des sourds

Écoutez bien. Il n’est pas dit : "Les aveugles voient, donc DIEU vient...", mais exactement l’inverse : "Dites qu’Il vient, et les aveugles verront, les sourds entendront, etc."

C’est la grande vertu de l’espérance : elle ouvre les yeux, les oreilles, relève les boiteux. C’est vrai pour le bébé : un enfant ne marcherait pas si personne ne lui disait : "Je viens pour toi" ! Et c’est aussi vrai pour tout adulte.

Car quel est le but d’ouvrir les yeux, les oreilles, de marcher ? Voir pour voir ? Entendre pour entendre ? N’importe quoi ? Non. Le paradoxe, c’est que les yeux sont faits pour voir l’invisible ! Et les oreilles pour entendre l’inaudible... Étrange, n’est-ce pas ? Il n’empêche.

Voir l’invisible demande de prendre le temps de regarder, d’observer. Entendre l’inaudible demande de prendre le temps d’écouter. Sans quoi les yeux s’ennuient sur le superficiel, et les oreilles quêtent en vain des sons de tambours pour faire vibrer un tas de chair et d’os bien lourds et terriblement las à force de ne porter qu’un tas de viande flasque et sans âme.

Voir l’invisible, écouter l’inaudible s’apprend, à la suite d’un appel. Regarder comment l’amour ouvre les yeux des amoureux ! Ils voient l’invisible, dès lors que l’un d’entre eux a appelé l’autre à l’amour...

Il ne s’agit donc pas seulement de dire que DIEU vient. Il faut aussi dire : "DIEU t’appelle !, comme Il m’appelle". Et là, le boiteux se lève, le sourd entend, l’aveugle voit et le muet parle.

On est dans une tout autre dynamique que celle du simple “miracle miraculeux”... Si je vois un aveugle être guéri sans voir l’invisible, je serai vite las d’attendre. Mais si je vois un aveugle être guéri et que perçoit le signe qui est derrière, alors le vrai miracle n’est pas celui qui touche l’aveugle, mais celui qui me touche, moi !

* *
Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés

De qui s’agit-il ? De qui parle le psalmiste ? De lui, bien sûr ! Nul ne peut écrire de telles paroles s’il n’a été lui-même guéri : l’aveugle, c’est d’abord lui, et c’est tous ceux qui chantent ce psaume à l’appel de DIEU.

Pour écrire ce poème, l’auteur a entendu un jour quelqu’un, son père, sa mère, son ami, son frère... lui dire : « Voici ton DIEU. Il vient Lui-même pour te sauver ! » Alors ses yeux se sont dessillés pour attendre le Seigneur ; alors a commencé un nouveau chemin : le patient chemin de l’espérance dans la foi...

Car être guéri n’est pas un aboutissement ! C’est un commencement, qui nous introduit dans le grand mystère de la patience.

* *
Frères, en attendant la venue du Seigneur,
ayez de la patience

Extraordinaire temps de l’Avent qui nous fait crier au monde : « Voici le Seigneur qui vient ! », non pas comme s’Il n’était pas encore venu :«  Il est déjà venu pour moi, et Il vient pour toi, Il t’appelle ! »

C’est cela, “faire de la catéchèse”, “témoigner”, rendre compte de sa foi... Mais ce n’est pas du tout cuit, du congelé à mettre au micro-onde ou du prêt à porter... On n’achète pas la foi chez Picard ! Désolé... On ne trouvera pas d’hyper-marché où trouver l’espérance lyophilisée, ni l’amour en barquette.

Cela se trouve chez l’artisan du coin. Et quand on passe commande, il faut s’armer de patience, car la livraison est tellement personnalisée qu’il faut bien tout une vie et de nombreuses visites d’amitié à cet artisan pour que son ouvrage s’ajuste à notre attente. Il n’est peut-être pas anodin que Jésus ait été charpentier...

Certes, M. IKEA vous livrera un meuble tout fait, prêt à monter. Mais M. IKEA ne vous connaît pas. Il n’y a rien d’invisible derrière ses meubles en kit... C’est du fonctionnel, de l’apparence de chêne ou de noyer sur une structure de planches en lamellé-collé... c’est-à-dire du bois mort... Alors que l’artisan vous livre, lui, un bois vivant, qui va accompagner votre vie, votre histoire, et que vous pourrez léguer aux générations qui viendront...

De quoi hériteront-elles ? De ce que notre patience aura semé d’invisible dans les recoins de notre existence. Et cela ne s’achète pas par un simple clic de souris...

* *
Allez rapporter à Jean
ce que vous entendez et voyez :
Les aveugles voient, les boiteux marchent,
les lépreux sont purifiés, les sourds entendent

C’est tout cela que Jésus répond à Jean lorsque celui-ci Lui demande : « Es-Tu celui qui doit venir ? » Il ne lui dit pas : “Regarde : je fais des miracles ! Youpi !”

Il lui dit : Regarde l’invisible ! Entend l’inaudible ! Et tu reconnaîtra l’Agneau de DIEU que tu attends avec impatience. Mais les seuls qui savent ce qu’être patient veut dire ne sont-ils pas justement ceux qui sont impatients ?

DIEU est impatient de nous sauver. C’est pourquoi Lui-même patiente, infiniment. C’est là un des mystères de Noël les plus profonds : DIEU ne vient pas comme un Zeus lançant ses éclairs, mais comme un enfant qui prendra le temps de grandir, pour apprendre à lire l’invisible et écouter l’inaudible qui se trouve en chacun de nous, parce que DIEU a déposé en nous un mystère qui ne se viole jamais. À cela se reconnaît l’amour qui guérit et qui fait des miracles : il se met à notre écoute pour s’ajuster parfaitement à chacun et nous donner de vivre en accord avec l’espérance que nous portons au plus profond de nous-mêmes.

Avec mon affection fraternelle,

+ Père Alain

2 réactions


15 décembre 2010 17:30, par Ouellette

Bonsoir,
Un grand merci pour ce site et en particulier pour les homélies.
Je les lis et relis et elles m’aident beaucoup à avancer.
Merci Père !
Joyeuse attente qui nous conduit vers Noël !

Dominique

- repondre message

  • 17 décembre 2010 17:43, par Père Alain Dumont

    Merci à vous pour vos encouragements. La prière de toute notre communauté vous accompagne. Bonne route vers Noël.

    -  répondre

 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]