[ Professer sa foi
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Professer-sa-foi

Professer sa foi

Homélie du 5e dimanche de Pâques (Année A) — 18 mai 2014

Livre des Actes des Apôtres 6,1-7
« La parole du Seigneur était féconde, le nombre des disciples se multipliait fortement à Jérusalem. »

Psaume 33(32),1.2b-3a.4-5.18-19
« Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
Il est fidèle en tout ce qu’il fait. »


Première lettre de saint Pierre Apôtre 2,4-9
« Frères, approchez-vous du Christ Jésus : Il est la Pierre Vivante que DIEU a choisie parce qu’Il en connaît la valeur. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,1-12
« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Croyez ce que je vous dis : je suis dans le Père, et le Père est en moi. »

- lire l’intégralité des textes de ce dimanche




Aujourd’hui est le jour de la Profession de Foi pour une partie des jeunes de 6e de notre paroisse — l’autre partie la fera à Givry la semaine prochaine.

* * *

Professer sa foi, cela ne veut pas dire : "énoncer des valeurs", comme "Je crois en l’amitié, en la fraternité, la liberté, la justice", que sais-je encore ? Pas besoin d’être chrétien pour ça ! Je ne connais personne qui ne cherche pas, d’une manière ou d’une autre, à vivre d’amitié, de fraternité, de liberté ou de justice.

Professer sa foi, pour un chrétien, c’est dire que l’on met sa foi en quelqu’un, ce qui n’est pas la même chose. Ce quelqu’un a pour nom Jésus, que les apôtres ont reconnu comme le Christ, c’est-à-dire le Sauveur du monde, DIEU en Personne qui a traversé la mort pour ouvrir à tous ceux qui croient en Lui le chemin qui mène au Père de toute vie.

C’est prodigieux ! Les apôtres ont suivi un homme pendant trois années ; ils L’ont écouté, L’ont vu agir — il n’était pas un agitateur de foules ! Il ne rassemblait pas les gens dans un stade pour les haranguer ou les endoctriner. À part le moment où il a fallu nourrir les foules avec 5 pains et 2 poissons, tous les miracles qu’il a fait étaient discrets, peu nombreux ; comme de simples signes, des indices que Jésus laissait derrière lui et auxquels personne ne comprenaient rien ! Donc ce n’était pas la peine d’en faire des tonnes. Cela n’aurait eu pour conséquences qu’exciter les foules et de les mener à la catastrophe —, ont mangé et bu avec Lui ; puis ils L’ont vu mourir, avant que de Le voir à nouveau vivant, mais pour le voir disparaître à nouveau, 40 jours plus tard, le jour de l’Ascension, peu avant la Pentecôte où ils ont fait, ensemble, l’expérience de l’effusion de l’Esprit Saint. Ils ont été saisis par le Mystère, saisis par l’amour premier de DIEU ; ils se sont découverts frères et sœurs du Christ, amis du Christ, libres par le Christ, justifiés par le Christ ! Tout ce à quoi tout homme aspire, voilà que le Jour de la Pentecôte, ils en découvraient la source en Jésus, et enfin, ils comprenaient qu’il était DIEU en personne, venu accomplir l’Alliance scellée avec les hommes en la figure d’Abraham, le Père des croyants.

Alors ils ont professé leur foi, libres de toute peur, parce que le Christ était leur ami, qu’Il vivait désormais en eux. « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi ! », criait saint Paul ! Et parce que les foules voyaient bien qu’ils étaient habités par DIEU, elles se disaient : « Voilà le chemin de la liberté, de la justice, de la fraternité ! » Jésus l’avait dit avant de mourir : « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’on vous reconnaîtra pour mes disciples. »

Mais cet amour, ce n’était pas "cui-cui les p’tits oiseaux" ! Ce n’était pas le Peace and Love de ces charmants hippies des années 1960 qui croyaient avoir trouvé le paradis en fumant des joins et en se shootant au LSD pour tenter de vivre leurs rêves qui viraient vite en cauchemars... Tout en accusant le monde entier d’être la source de leurs problèmes affectifs. Le chrétien ne donne pas de leçons. Le chrétien n’accuse pas les autres des maux de la planète. Le chrétien ne proclame pas "Faites l’amour, pas la guerre !"... Non. Le chrétien vit de la présence du Christ en lui-même, comme on porte son ami en soi ; comme on puise en cette amitié le courage de se dépasser, d’aller jusqu’au bout de soi ; le courage de s’engager dans la société non pas pour affronter des adversaires mais pour être des artisans de Vie. En particulier là où la mort menace de toute part. Le chrétien est comme un geyser d’eau qui jaillit en plein milieu du désert ; comme un cierge qui porte la lumière du Christ en plein milieu des noirs tunnels de l’existence. Le chrétien est un prophète qui proclame à qui veut l’entendre : « Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ; Il est fidèle en tout ce qu’il fait ! Frères, approchez-vous du Christ Jésus : Il est la Pierre Vivante que DIEU a choisie parce qu’Il en connaît la valeur. ». Un chrétien, c’est un disciple du Christ qui ne cesse d’écouter et de ré-écouter sa parole, parce qu’elle est féconde, cette parole. Au milieu d’un monde où la parole est vaine, trop souvent utilisée pour mentir ou pour prendre le pouvoir, la Parole du Christ Jésus porte la Vie, et la Vie éternelle. Cela demande de scruter cette Parole, en Église, ensemble. Demandez à vos pasteurs de vous ouvrir les chemins de la Parole, de la Bible ! Insistez ! Ne les laissez pas vous dire qu’il y a autre chose à faire de plus important ! Bottez-leur l’arrière train ! Faites ce que vous voulez, mais scrutez la Parole, parce qu’elle est une Parole de Vie ! Elle est la Vie en Personne, parce qu’elle est la Parole même du Christ Jésus en qui vous apprenez peu à peu à mettre votre foi.

Alors vous découvrirez à quel point Jésus est le chemin, la vérité et la vie. Vous découvrirez toujours plus intimement comment Jésus est dans le Père et comment le Père est en Lui ; et par Lui, Jésus, comment le Père est en vous.

Cela, personne ne pourra le faire à votre place. Ce que j’espère, c’est qu’au milieu de toutes les sollicitations du monde, vous saurez garder une place dans votre vie pour participer à la vie commune des disciples, rassemblés en Église pour entendre ensemble cette Parole et la mettre en pratique. Aujourd’hui, la Parole de Jésus est remise entre vos mains. Il vous revient de la garder ou de la perdre ; de la proclamer ou de la taire ; de la vivre ou de l’oublier. Choisissez la vie !

Amen !

+ Père Alain

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]