[ Qu'est-ce que la vérité ?
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Qu-est-ce-que-la-verite

Qu’est-ce que la vérité ?

Homélie pour la célébration de la Passion du Seigneur (22 avril 2011)

• Livre d’Isaïe 52, 13-15 ; 53, 1-12
« Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche. »

• Psaume 30,2ab.6,12,13-14ad,15-16,17.25
« Moi, je suis sûr de toi, Seigneur,
je dis : “Tu es mon Dieu !” »

• Lettre de la lettre aux Hébreux 4,14-16 ; 5,7-9
« Parce qu’il s’est soumis en tout, il a été exaucé »

• La Passion de Notre Seigneur de Jésus-Christ
selon saint Jean 18,1-40 ; 19,1-42
« Qu’est-ce que la vérité ? »

- lire l’intégralité des textes de ce jour



Maltraité, il s’humilie,
Il n’ouvre pas la bouche

Nous sommes là devant le Grand Mystère qui bouleverse toutes les convenances, jette les religions dans la crise et laisse bouche bée les grands de ce monde : le Serviteur de Dieu révèle la vérité de son identité en s’effaçant devant ses détracteurs.

Oui, la vérité. C’est elle qui se présente à nous au moment où nous célébrons la Passion de Notre Seigneur. Mais « Qu’est-ce que la vérité ? »

Posée ainsi, abstraitement, aucune réponse ne saurait être donnée. Nul ne s’émeut devant une telle question, et Pilate ne sa pose d’ailleurs que pour s’en laver les mains… et le Christ a suffisamment de charité pour ne rien répliquer. Poser cette question, c’est déjà être absent de la réponse. Si la question avait été : « Es-tu la vérité ? », nul doute qu’une réponse serait survenue. Pourquoi ? Parce que dans cette question se tient une inquiétude qui ouvre mon attention à une réponse qui peut bouleverser ma vie.

Nous confondons trop « vérité » et « évidence ». L’évidence ne fait pas grandir : elle n’appelle aucune adhésion, n’appelle pas notre liberté, et donc ne touche pas ce qui est vital. Dire : « 2 + 2 = 4 », c’est dire non une vérité, mais une évidence, au moins dans le monde euclidien qui est celui de notre expérience commune. Les idéologies s’appuient non sur des vérités, mais sur ce qu’elles présentent comme des évidences, non négociables, et qui imposent surtout la démission de la liberté humaine. Et ultimement, elles se passent de l’homme concret : que vous et moi existions ou non ne changera jamais le fait que « 2 + 2 = 4 »…

La vérité, elle, fait toujours appel à notre liberté. La vérité n’est telle que si elle rend libre, et c’est ce que Jésus dit en toute lettre en Jn 8,32. Pourquoi ? Parce qu’elle appelle une adhésion, c’est-à-dire un engagement. La vérité est communication, elle est une relation. Elle ne saurait donc s’imposer, pas plus que le Christ ne saurait s’imposer devant le refus des hommes qui le renvoient sur lui-même. Devant le refus, la vérité s’efface toujours. C’est à cela qu’on la reconnaît : à sa noblesse, à son humilité. Elle aurait, certes, des arguments à opposer au refus, mais la vérité ne cherche pas à convaincre : elle cherche à entrer en relation.

* *
Moi, je suis sûr de toi, Seigneur, je dis : “Tu es mon Dieu !”

Et d’une certaine manière, la vérité accepte de mourir pour rester pleinement elle-même : le psaume que nous entendons ce soir revêt les mots de la vérité qui, tout en s’effaçant dans la mort, ne cesse pourtant d’espérer. Personne ne donnera sa vie pour défendre que « 2 + 2 = 4 ». En revanche, on donnera sa vie pour qu’une liberté puisse naître.

* *
Parce qu’il s’est soumis en tout,
il a été exaucé

En définitive, comme le dit très bien l’épître aux Hébreux, la vérité est soumise. C’est pourquoi la vérité rime avec l’amour. « Soyez soumis les uns aux autres », dit Saint Paul. Nous n’aimons guère cela, parce que nous n’aimons pas la vérité. Quant à la soumission à Dieu, si nous la comprenons comme une démission de notre liberté, c’est que nous ne parlons tout simplement pas de Dieu, mais d’une idéologie.

La vérité ne demande pas la soumission : c’est elle qui se soumet. Et lorsqu’elle entre en relation avec celui qui la reçoit, elle trouve là son exhaussement.

Mais alors ? Si la vérité est aussi fragile, où est donc sa supériorité ?

* *
Qu’est-ce que la vérité ?

La supériorité de la vérité vient de ce qu’elle ne se passe pas de nous. La vérité requiert notre consentement, a besoin de nous au sens où elle a besoin de notre collaboration à travers un acte de confiance. Que savons-nous de nous-mêmes, en vérité, qui n’ait été une collaboration avec la confiance ? Nous disons que nous sommes nés tel jour, et nous pensons que c’est vrai… parce que nous avons confiance en nos parents. Que cette confiance disparaisse et nos parents ne pourront que s’effacer devant notre refus.

Alors, la vérité se présente ce soir à nous dans le récit de la Passion. Écoutons le récit et contemplons la manière dont Jésus s’efface devant le refus de ceux qui refusent d’entrer en relation avec lui. En Dieu, aucune évidence, car Il se renierait Lui-même, Lui qui veut justement qu’advienne en chacun la liberté humaine, le choix de l’adhésion. Si Dieu est évidence, alors nous sommes tous morts ! Si Dieu est Vérité, alors nous voici rendus à notre liberté, et appelés au dialogue. Les saints ont tous été des êtres de dialogue avec Dieu, de sorte qu’ils sont devenus transparents de Dieu. En Jésus, ce dialogue avec le Père est total ; la rencontre avec le Père est totale, de sorte que, dans une liberté souveraine, seul Jésus peut avouer : « Je suis la vérité ».

Avec toute mon affection fraternelle,

+ Père Alain


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]