[ Qui est mon prochain ?
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Qui-est-mon-prochain

Qui est mon prochain ?

Homélie du 15e dimanche ordinaire de l’année C (11 juillet 2010)

• Livre du Deutéronome 30,10-14
« Elle est tout près de toi, cette Parole,
elle est dans ta bouche et dans ton cœur
afin que tu la mettes en pratique. »

• Psaume 66(65),1-3.4-5.6-7.16.20
« La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie. »

• Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 6,14-18
« Dieu a voulu que dans le Christ toute chose ait son accomplissement total. »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,1-12.17-20
« Lequel a été le prochain de l’homme qui était tombé entre les mains des bandits ? »

- lire l’intégralité des textes de ce jour



Elle est tout près de toi, cette Parole,
elle est dans ta bouche et dans ton cœur
afin que tu la mettes en pratique

Beaucoup de chrétiens disent : « Je ne comprends rien à la Bible... » Sans doute est-ce la faute des pasteurs qui ne l’enseignent pas assez, ne l’habitent pas assez, n’en rayonnent pas assez. Et pourtant. Cette Parole, qu’on appelle aussi l’Écriture, ou « la Loi » comme aiment la nommer des Psaumes comme celui d’aujourd’hui, ne parle que de DIEU et de nous ; de DIEU en nous...

Seulement nous sommes pressés. Et tout nous presse. Comme si le temps n’était pas une grâce... Le temps nous est donné pour passer de l’extérieur à l’intérieur de nous-mêmes. De l’agitation à l’inspiration. Car c’est dans le cœur que DIEU a déposé sa lumière : la lumière et de la Croix et de la Résurrection.

Une lumière d’inspiration qui ne nous dispense pas, mais au contraire nous invite instamment à méditer et proclamer cette Parole recueillie depuis des siècles par des milliers d’âmes qui ont fait cette même expérience : « La Parole est près de moi, dans ma bouche, dans mon cœur afin de la mettre en pratique... »
Saint Augustin disait, dans les Confessions : « Tu étais là, dans mon cœur, et c’est moi qui n’y étais pas. Tu étais à l’intérieur de moi, et moi, j’étais à l’extérieur de moi-même. »

Si je cours à l’extérieur de moi – avec toujours de bonnes raisons d’ailleurs –, cette Parole de DIEU me paraîtra toujours bien étrange, et étrangère... bien lointaine... Alors que c’est nous qui sommes devenus lointains... Lointains de nous-mêmes, lointains de DIEU, et lointains de nos frères...

* *
La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie

Pour trouver cette Parole, il faut prendre le chemin onéreux de notre intimité, avec tout ce qu’elle comprend de lumière et d’ombre, de richesse et de pauvreté. Mais c’est sur cette route que le Seigneur nous attend pour nous faire découvrir qui nous sommes, dans l’amour, la confiance et l’espérance. Ajoutons la patience.

La perfection de la Loi n’est pas une perfection institutionnelle ! Il ne s’agit pas d’instaurer une théocratie. Il s’agit de vivre. Vivre parfaitement, c’est-à-dire pleinement. Et la Parole de DIEU, la Loi, est parfaite parce qu’elle nous montrer le chemin qui nous fait passer de l’extérieur à l’intérieur de nous-mêmes. Un chemin de patience, de silence, de désert... (En hébreux, Désert se dit Midbar, c’est-à-dire le lieu d’où jaillit la parole... Ce mot a la même racine que le mot Medaber, qui veut dire Parler. Comme si la parole divine ne pouvait s’acquérir qu’au prix d’un long silence, semblable à celui qui tonne dans le désert...).

* *
Dieu a voulu que dans le Christ
toute chose ait son accomplissement total

Le Christ est celui en qui s’accomplit parfaitement la Loi, celui en qui la Parole naît du silence même de DIEU. Souvent, Jésus se rend au désert pour prier, c’est-à-dire au lieu où jaillit la Parole du Père.

Jésus est celui en qui le pèlerinage humain, qui va de l’extérieur vers l’intérieur, s’est achevé. Il est le Maître dont la Parole retentit en nous, et qui devient ainsi le signe voilé de sa divinité. Sa Parole est parfaite parce qu’elle donne vie, et la redonne encore dès qu’un cœur contrit se tourne vers Lui et, dans le silence, se laisse revivifier par elle.

Donc pour nous qui suivons le Christ, qui nous mettons à son école, le Christ est la source de la vie par sa Parole, celui en qui toute notre vie a son accomplissement. Un chemin enfin ouvert pour que l’homme, dans le silence du cœur, rencontre le Père et puisse, à son tour, se recueillir en lui-même. Non plus étranger à lui-même, mais proche, à l’intime de soi, à l’intime de DIEU. Et donc, en pleine vérité, à l’intime de ses frères.

* *
Lequel a été le prochain de l’homme
qui était tombé entre les mains des bandits ?

Alors voilà...
_ À la question : « Qui est mon prochain ? », Jésus répond :«  De qui es-tu, TOI, le prochain ? » Et ce faisant, il fait passer le pharisien à l’intérieur de lui-même et lui ouvre le chemin du Père et de ses frères.

Quand on accepte cette question de Jésus, nous le découvrons à l’intime de nous-mêmes, en pleine lumière intérieure. Notre histoire trouve son accomplissement, son sens, en 3 dimensions :
1/ Nous ne sommes plus étrangers à nous-mêmes. Nous pouvons nous regarder en vérité, nous aimer en vérité, à travers les zones de lumière comme à travers les zones d’ombre qui sont en nous. Nous aimer sous le regard du Chirst en qui notre vie trouve son accomplissement. Nous sommes notre propre prochain.
2/ Nous ne sommes plus des étrangers à DIEU. Nous sommes Fils et Fille de DIEU dont la Parole s’enracine en nous pour nous donner la vie. DIEU s’est fait notre prochain en venant jusqu’à nous pour nous livrer sa vie, et a fait de nous les prochains de DIEU : ceux qui le prient, restent avec lui à la Croix et participent avec Lui à sa résurrection.
3/ Nous ne sommes plus étrangers à nos frères, puisque, dans la vie du Christ, nous nous faisons leur prochain. La vérité intérieure que nous procure la présence du Christ à l’intime de nous-mêmes retentit à l’extérieur pour témoigner d’un amour qui donne la vie, relève ceux que leur histoire personnelle a terrassés, et vérifie la qualité de notre foi par les œuvres qu’elle génère.


Ainsi, cette semaine, découvrons-nous les prochains de DIEU ; soyons les prochains de nous-mêmes en nous regardant avec les yeux de DIEU, pour nous aimer nous-mêmes en vérité ; et que cet amour renouvelé rejaillisse dans un amour qui nous rende proches de tous ceux que le Seigneur mettra sur notre route et qui se trouvent terrassés par leur histoire.

C’est tout cela qui est contenu dans l’Eucharistie que nous célébrons ce dimanche. Sans elle, la Parole ne peut entrer en nous en plénitude. Par elle, cette Parole se fait nourriture sur le long chemin qui mène à l’intime de nous-mêmes et à l’intime de nos frères.

Alors notre vie, cette semaine, goûtera la joie d’un accomplissement que seule la Parole de DIEU, qui est parfaite car elle redonne vie, peut nous donner.

Bien à vous,

+ Père Alain


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]