[ Renaître de nos cendres...
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Renaitre-de-nos-cendres

Renaître de nos cendres...

Le dicton nous dit qu’il n’y a pas de fumée sans feu, disons aussi qu’il n’y a pas de cendres sans feu ! C’est le constat de notre vie humaine ! Le temps du carême et le temps pascal nous proposent de faire le constat inverse pour mieux comprendre que le feu, c’est Dieu et que nous n’avons pas à en avoir peur.

Ainsi ces temps commencent-ils par le Mercredi des Cendres et finiront par la Pentecôte où le feu de l’Esprit-Saint nous est donné.



L’histoire commence à la création, c’est avec la poussière (la cendre) de la terre que l’homme est créé par Dieu et, parce que l’homme a désobéi à son créateur, il se condamne à mourir et ainsi à retourner à la cendre en étant enterré. « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière ». Cette situation ne plaît ni à l’homme, ni à Dieu qui cherchera toujours à se fidéliser les humains pour lesquels il prépare une place auprès de Lui dans les cieux. Le peuple choisi par Dieu n’aura de cesse de chercher ailleurs un sens à sa vie. Malgré les épreuves (comme les 40 années dans le désert) et les prophéties (Moïse parle à Dieu devant un buisson qui brûle sans se consumer), l’homme ne change pas et son salut ne viendra que de l’amour indéfectible de son créateur. Dieu lui-même deviendra cendres en naissant parmi les hommes : Jésus, Fils du Dieu immortel, devient mortel pour être le premier mort à ne pas rester dans la cendre du tombeau.

Pâques est donc la lumière de notre feu. La Résurrection de Jésus-Christ est la promesse faite aux hommes que la malédiction de départ ne restera pas un tas de cendres. Comme pour Moïse le feu brûle, non pour consumer, mais pour éclairer et donner aux hommes la direction à suivre vers l’Espérance définitive.

Notre feu éclaire, mais que brûle t-il : le bois de la croix, symbole de nos péchés qui devraient nous condamner et que Dieu utilise pour nous racheter à la mort. La vie renaît des cendres.

Ainsi, marqué de cendres au mercredi qui ouvre le carême, nous vivons 40 jours pour redevenir des fidèles du Seigneur (40, comme le peuple puis le Christ lui même au désert), éclairé par la foi en la Résurrection qui donne sens à notre condition mortelle comme au sacrifice de la Croix. Nous arrivons donc, naturellement, au jour de Pentecôte (50 jours après Pâques) pour accueillir le feu de l’Esprit-Saint que le Seigneur nous a envoyé, comme il la promis lors de son ascension.

Il fallait toute cette pédagogie pour que nous n’ayons pas peur de nous brûler à ce feu, qui n’est pas celui qui doit nous réduire en cendres à cause de nos fautes, mais celui de l’amour de Dieu prêt à nous pardonner pour que, comme lui, nous redevenions éternels.


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]