[ Rendez à DIEU ce qui est à DIEU
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Rendez-a-DIEU-ce-qui-est-a-DIEU

Rendez à DIEU ce qui est à DIEU

Homélie du 29e dimanche du Temps Ordinaire A (16 octobre 2011)

•Livre d’Isaïe 25,6-10a
« Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre »

• Psaume 96(95),1.3.4-5.7-8.9-10a.10c
« Le Seigneur est roi ! »

• Lettre de saint Paul Apôtre
aux Thessaloniciens 1,1-5b
« Frères bien-aimés de Dieu,
vous avez été choisis par Lui. »


• Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 22,15-21
« Rendez donc à César ce qui est à César,
et à Dieu ce qui est à Dieu. »

- lire l’intégralité des textes de ce jour



Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre

Comme le dira le psaume, la grande originalité du peuple d’Israël a été de proclamer DIEU comme Roi, de manière absolue. Les première conséquences ne se firent pas attendre : d’une part, dans une Antiquité où l’on divinisait tout ce qui échappait au pouvoir de l’homme (le soleil, les étoiles, la terre, la fécondité, la guerre, la justice, la morale, etc.), ce tout petit peuple fut posé par DIEU comme David devant Goliath pour affirmer qu’il n’y avait qu’un seul DIEU : le DIEU d’Abraham, Isaac et Jacob.

Ce faisant, ils refusèrent de la même manière et à leur corps défendant, de se prosterner devant les grands de ce monde comme devant des dieux, des « idoles ». Cela leur valut d’enrichir leur histoire, notamment au moment de l’Exil, de figures de martyrs célèbres comme Daniel et ses frères tenant tête à Nabuchodonosor, ou plus tard Judas Maccabée faisant face à Antiochus Épiphane, etc.

Dans le même sens, tous les moments les moins glorieux de l’histoire d’Israël sont interprétés dans la Bible comme la conséquence de l’oubli de la royauté absolue et jalouse du DIEU d’Abraham, Isaac et Jacob sur ce peuple qui, de manière tout à fait inattendue, a vraiment aidé le monde à se libérer de ses idoles et de tout le contexte plus ou moins magique qui les entoure.

Reste que cette notion de DIEU Roi devait être purifiée avec le temps. Car en définitive, de quelle royauté parlait-on ? La première intuition d’une royauté différente du modèle humain naît avec Samuel : DIEU est Roi, mais pas à la manière des nations. Le peuple, pourtant, n’est pas encore prêt à le comprendre, raison pour laquelle Samuel est contraint d’oindre Saül, puis David : pour donner une figure royale humaine à ce peuple encore incapable d’envisager la royauté autrement que la manière dont le monde l’avait universellement mise en place : un régime politique.

Mais enfin : une chose était cependant acquise : de DIEU, il n’y en avait aucun autre véritable que Celui d’Israël, et cela seul constitue le trésor le plus précieux de ce tout petit peuple au milieu des nations. Un trésor qu’il ne perdra jamais, fut-ce au prix d’épreuves terribles,, de pressions considérables imposées par les nations, sans compter les remontrances virulentes de DIEU Lui-même lorsque la justice n’était pas exercée. Quoi qu’il en soit, comme le psalmiste, ils aimaient proclamer jusque dans leurs prières : « Le Seigneur est ROI ! ». Cela seul constituait — et constitue encore aujourd’hui — toute leur fierté.

* *
Frères bien-aimés de Dieu,
vous avez été choisis par Lui

Mais qu’est-ce que la véritable Royauté ? Voilà la question qui devra attendre le christianisme pour trouver réponse. « Mon royaume n’est pas de ce monde », dira Jésus. Car ici, il y a un renversement absolu qui se produit.

Il ne s’agit pas de fonder un régime politique. C’est de Vie et de Lumière qu’il est question. Le Roi, le vrai Roi, n’est pas celui qui trône, mais celui qui rayonne. Non pas celui qui applique ses idées, mais celui qui se soumet à la vérité de la chair. Non pas celui qui dirige, mais celui qui appelle. Non pas un rond-de-cuir anonyme, mais un père qui s’engage et qui marche en avant ; un héros dont on se dit que, de répondre à son appel, on ne sera jamais perdu, jamais abandonné, jamais trahi. Parce que le lien qu’il institue n’est pas idéologique, n’est pas manipulateur : c’est un lien de chair, un lien de vérité, un lien du sang.

* *
Rendez donc à César ce qui est à César,
et à Dieu ce qui est à Dieu

César, c’est le monde. C’est la royauté du monde. C’est le pouvoir politique dont DIEU s’est, de toujours, affranchi. Le véritable ROI, c’est celui qui tient la Vie entre ses mains, non pour la retenir à Lui, mais pour la dispenser à tout être qu’il appelle à l’existence.

Les hommes peuvent bien se diviniser : penser qu’ils ont tout compris, qu’ils ont des réponses à tout, qu’ils vont établir le royaume “parfait”. Malheureusement, nous entrons dans des mois où nous allons être plongés sous un flot bavard d’inepties idéologiques prônées par des Césars qui se prendront tous pour les sauveurs du monde, mais qui ne sauront jamais bâtir qu’un monde proprement inhumain, fait de lois, de normes purement fonctionnelles et de cases dans lesquelles tout un chacun sera prié de rentrer pour filer dans le rang. En échange : la consommation de loisirs et le mutisme imposé au nom de l’idéologie choisie. Charmant !

Mais nous savons, nous, où est la vraie royauté. Notre critère de discernement sera celui que, de manière définitive, le Christ nous laisse en ce dimanche : Rendez à DIEU ce qui est à DIEU. Soyons nous-mêmes des êtres de vie, et non des démagogues déblatérant des fadaises, encourageant les guerres intestines plutôt que de susciter des hommes de paix et de réconciliation.

Car enfin, rendre à DIEU ce qui est à DIEU, c’est recevoir de Lui la VIE, et par elle, la véritable Paix : celle que Lui seul sait nous laisser pour faire de nous des hommes vivants, engagés, livrés et debout. Jusqu’au martyr s’il le faut.

Avec mon affection fraternelle,

+ Père Alain


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]