[ STOP !
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/STOP

STOP !

• Livre de l’Exode 20,1-17
« Je suis le Seigneur ton Dieu »

• Psaume 19 (18),8.9.10.11
« La loi du Seigneur est parfaite »

• Première lettre de saint Paul Apôtre
aux Corinthiens 1,22-25
« La folie de Dieu est plus sage que l’homme,
et la faiblesse de Dieu est plus forte que l’homme »

• Évangile de Jésus-Christ
selon saint Jean 2,13-25
« Jésus fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs. »

- lire l’intégralité des textes de ce jour



Je suis le Seigneur ton Dieu


Voilà une parole essentielle pour les hommes d’aujourd’hui : Je ne suis ni mon Seigneur ni Maître. Wouaille ! J’ai une Loi au-dessus de moi, en moi, pour moi ! Et oui... Et cette Loi me sauve !

Au-dessus de moi : c’est la Loi de la VIE. Non pas de la vie organique, mais de la VIE : cette Intention mystérieuse qu’on appelle DIEU, qui m’a appelé à naître et m’appelle à me dépasser pour faire de moi un homme, une femme libres. Libre de la vraie liberté, et pas cette liberté débile et infantilisante que revendiquent encore nos soixante-huitards ringards et coupables de s’être ménagés une existence tout confort sur le dos de leurs propres enfants sur qui ils continuent de projeter leurs fantasmes périmés ! Ceux-là mêmes qui aujourd’hui cherchent à garder le pouvoir et qui ne nous offrent qu’un spectacle minable pire encore que celui des vendeurs du Temple.

DIEU merci, au-dessus de moi, il y a une Loi qui m’impose des devoirs, mais qui surtout me donne un Maître. Car cette Loi ne naît pas de la folie d’un politocrate scribouillant une proposition de loi pour faire mousser son camp. Elle vient d’une VIE qui mouille sa chemise, qui a manifesté sa puissance en libérant son peuple de l’esclavage et l’a accompagné dans sa marche au désert. Rien à voir avec un énarque binoclard qui ont perdu tout sens de la réalité ! Quand vous avez un DIEU qui s’engage tout entier pour la cause de ceux qu’Il aime, là, vous l’écoutez. Quand ce DIEU-là vous dit : « Tu ne commettras pas l’adultère » , vous ne vous dressez pas en face de lui pour lui envoyer à la figure que le modèle désormais sera d’encourager les changements de partenaire pour raviver le désir sexuel. Quand ce DIEU-là vous dit : « Tu ne voleras pas » , vous ne lui rétorquez pas que vous organiserez désormais le monde sur l’économie de marché où seuls les bénéfices auront force de loi contre l’homme et pour la seule promotion d’une oligarchie de minables !

Tout cela, c’est « le monde ». Un monde qui oublie que la seule Loi à observer, à protéger, est la Loi de DIEU, la Loi de la VIE. Une Loi qui n’est pas à l’extérieur de moi, mais en moi et pour moi. Une Loi qui ne considère pas l’humanité comme un vivier de “ressources” – terrible expression que celle des “ressources humaines” – mais comme des personnes à promouvoir, à faire grandir dans la seule dimension qui vaille la peine qu’on donne sa vie pour elle : l’amour.

Le monde a transformé l’amour en marché. Pourquoi ne se marie-t-on plus aujourd’hui ? Parce que c’est devenu trop cher... Nous avons laissé le mariage au mains du monde, et il en a fait des “salons”, des défilés de mode, avec des commerciaux royaux qui vomissent leur dépenses princières à la face des petits et des plus pauvres.

Aujourd’hui, quand des jeunes se plaisent et pourraient faire leur vie ensemble, la question financière prend le dessus. Le standing de vie, le salaire, le bien-être... Des jeunes couples se lancent dans la vie en s’endettant pour leur fameuse “maison” et toutes leurs journées se passent à tenter de recouvrer leur dette. Quand ils n’en sont pas venus à renoncer à envisager une vie commune parce l’un des deux, l’homme souvent, n’a pas de perspective salariale suffisante...

Depuis les années 80, le monde a fait le choix de la folie. Comme par hasard, c’est à cette époque que les campagnes contre l’Église et contre les chrétiens ont recommencé à être virulentes, jusqu’à faire de la foi une affaire de “tarés”. Ils ont jeté aux ordures la Loi de DIEU qui, pourtant, avait animé le monde depuis 2000 ans, en brandissant la pancarte du “progrès” : donnons à l’homme le bien-être, et il sera meilleur... Endettons-nous, endettons-les, faisons-leur miroiter des télévisions gigantesques, des piscines, des maisons, des home-cinéma ; gavons-les de Coca-Cola, de frites et de Chamalos, injectons-leur des hormones en leur donnant des pilules pendant qu’ils descendront dans la rue pour promouvoir l’écologie... Quelle farce ! Quelle tragédie, plutôt.

Alors aujourd’hui, Jésus donne un coup de fouet à tout cela. Il chasse ces menteurs, ces pervers, ces voleurs et ces orgueilleux. On me dit que ma grâce, c’est d’être dou... Et bien aujourd’hui, avec le Christ, ma douceur passe par le fouet. Trop de jeunes ne vont pas bien. Trop de jeunes ne connaissent de leur vie que le formatage mondain pour composer des “ressources humaines”. On ne demande plus aux homme d’être compétents, mais de savoir monter sur les tables pour faire des claquettes et épater les clients [1]. Trop de jeunes pensent que de folâtrer à droite et à gauche n’est pas si grave. Mais qui leur parlera du primat de l’amour ? Qui leur parlera de gagner moins pour vivre plus ? Qui leur dira qu’il vaut mieux fuir les paillettes d’une vie commerçante pour sauver la qualité de l’amitié ? Qui ? Sinon ce DIEU qui a donné sa vie pour eux, qui ne propose rien d’autre qu’une vie humble, loin du bruit du monde sans plus de Loi que celle de la faiblesse et de la folie – aux yeux du monde ?

Aujourd’hui, en ce troisième dimanche de Carême, ce Carême moins médiatisé que la Ramadan, le Christ nous dit STOP ! « Revenez à moi de tout votre cœur ! ». La seule Loi qui vaille est la Loi de DIEU. « Car la folie de Dieu est plus sage que l’homme, et la faiblesse de Dieu est plus forte que l’homme. » Cessons de ne mesurer nos vies à la quantité de biens que nous aurons ou nous n’aurons pas. Cessons d’avoir peur de manquer, surtout dans nos sociétés où nous ne manquons de rien ! Mesurons-les à l’aune de l’amitié qui seule vaut la peine d’être vécue, comme la seule et la plus grande richesse, comme le cadeau de la Loi de DIEU qui se résume tout entière dans un peu de pain, un peu de vin, mais pour nous ouvrir les portes d’une vie éternelle de joie dans l’amour vrai, réellement “bio” parce que réellement durable !

Avec toute mon affection fraternelle,

+ Père Alain


Notes

[1Véridique ! C’est ce qu’on demande aux petits chefs de district des Sociétés d’Autoroute !!

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]