[ Sortir de l'esclavage
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Sortir-de-l-esclavage

Sortir de l’esclavage

Livre de l’Exode 20,1-17
« Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. »

Psaume 19(18),8.9.10.11
« La Torah du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ! »


Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,22-25
« Le Christ [crucifié] est puissance de Dieu et sagesse de Dieu »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 2,13-25
« Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. »

- lire l’intégralité des textes de ce dimanche




Écoutant la première lecture, je suis sûr que la plupart d’entre vous n’en a retenu que les fameux "dix commandements". Je ne dis pas qu’ils ne sont pas importants, mais pourtant, l’essentiel est ailleurs. Le moteur de ces commandements est ailleurs. Il est dans la toute première phrase de ce chapitre : « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. ». Car la finalité de la Torah, la finalité de toute l’Histoire Sainte, la finalité de la vie chrétienne n’est pas ailleurs que dans ce mouvement de libération. Et c’est en ce sens que le psalmiste peut s’écrier : « La Torah du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ! »

Mais libération de quoi ?!? Eh bien lisons l’évangile : libération de ce commerce de trafic qui colle à la peau de l’homme. Qu’est-ce que le trafic ? Le trafic est ce qui commercialise la vie. Il y a un commerce honnête qui est le commerce qui permet aux hommes de vivre ensemble, de grandir ensemble, de se réjouir ensemble. Et il y a un commerce malhonnête qui est le commerce qui utilise la vie des pauvres pour préserver la vie des riches ; ou plus exactement pour assurer le confort des riches. Ce que Pierre-Yves Gomez appelle “l’esprit de rente [1]

L’Évangile aujourd’hui nous prévient. Il prévient tous ceux qui se rendent complices de ce trafic : ils seront chassés du Royaume du Père à coups de fouets, par le Christ Lui-même ! Et que nul n’entre nous ne se dise qu’il est indemne d’une telle tentation. Car nous faisons partie, vous et moi, d’un système qui n’est basé QUE sur l’esclavagisme qui consiste en une seule chose : l’homme est aujourd’hui "employé" pour un travail qui n’est plus visible. Avant, la finance n’était qu’un outil au service du travail, unique facteur de création de la valeur. Aujourd’hui, c’est le travail qui est au service du résultat financier promis aux actionnaires qui revendiquent leur droit de vivre de leurs rentes. C’est ce que Jean-Paul II a dénoncé dès que ce système s’est mis en place, en 1974 d’abord, aux États-Unis, puis en 1984 dans le monde entier. Il a appelé ce système : la structure de péché.

Voici trois vidéos produites par Pierre-Yves Gomez.
- La première explique comment ce système de financiarisation s’est mis en place.
- La deuxième donne des pistes pour retrouver le sens d’un travail qui soit au service de l’homme.
- La troisième est une conférence TED de Pierre-Yves Gomez, qui nous explique comment une sortie de ce système est possible. Sans le dire — le contexte ne le permet pas —, Pierre-Yves Gomez nous met à l’école de la Doctrine Sociale de l’Église.

* * *

* * *

* * *

L’enjeu est important, et les chrétiens doivent s’y investir. D’autant plus important qu’à l’inverse, le monde technico-scientifico-financier se perd dans le vortex de sa propre folie en se justifiant par l’eugénisme — un eugénisme, soit dit en passant, qui ne concernera que les rentiers — dont l’absurdité atteint des sommets. Pour preuve, cette autre conférence TED d’un scientifique, certes très convaincu, mais complètement dans l’esprit du monde prisonnier des structures de péché :

* * *

Voilà : le grand mythe est à nouveau relancé : comment vivre 1000 ans ?... Au lieu de se dire que 80 ans sont suffisants pour travailler à une existence de qualité, l’eugénisme promet aux rentiers que nous sommes une quantité de vie multipliée par 10 ! Et quelle quantité de vie ! Puisque tout votre corps, qui ne supportera pas une telle longévité, sera progressivement et entièrement remplacé par des prothèses bio-électroniques ! Et pour quoi faire ? Le terme est tellement terrible que je n’ose même pas le décrire, car les “longévisés” ne voudront plus rien transmettre à leur progéniture, qui ne sera là que pour prendre leur place, une place qu’ils ne voudront plus laisser. Nous aurons des populations entières de rentiers électronisés, rapiécés, et qui feront quoi de leur rente ? Et pourtant, tel est devenu le rêve d’une partie de la gente scientifique subventionnée par des Bill Gates et des Rockefeller...

Alors qu’est-ce qui nous revient de faire, en ce temps de Carême ? D’abord ne pas nous bander les yeux pour ne pas voir. Ensuite, revenir à regarder la finalité de notre travail. Pour cela, faire le parcours Zachée dès qu’il recommencera en début d’année prochaine. Ensuite, refaire un acte de foi fort, plus fort que jamais, dans la libération, le Salut que nous apporte le Christ qui ne vise que la promotion de l’homme dans ce qui a été déposé en lui de meilleur. Avec Lui, accepter de mourir, car la mort est une grâce qui nous oblige à réfléchir sur la qualité de notre vie, quelle qu’en soit la longueur. Je sais qu’un tel discours aujourd’hui est inaudible. C’est pourtant le discours de la Bible, le discours du Christ, le discours de l’Église qui travaille, au nom du Christ, à la promotion de l’homme. Mieux : à la divinisation de l’homme, à qui DIEU ne promet pas de vivre 1000 ans, mais à qui DIEU promet la Vie éternelle.

Cette Vie éternelle nous est offerte sur l’autel de nos Eucharisties. Aujourd’hui, en venant communier, demandons la grâce au Seigneur d’une vie de qualité, et non d’une vie de rentiers. Demandons la grâce d’une vie honnête, et non d’une vie de trafic. Cela commence avec mon frère et ma sœur qui sont à côté de moi ; avec ma famille, mes voisins, mes collègues de travail. Cela se vit à travers le témoignage de la joie que procure cette promesse inscrite dans le Cœur de DIEU, et qui s’appelle la Résurrection.

Avec toute mon affection fraternelle,

Père Alain


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]