[ Tous ceux qui auront été mordus , qu'ils regardent le serpent de bronze, et ils vivront !
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Tous-ceux-qui-auront-ete-mordus-qu
        Tous ceux qui auront été mordus , qu’ils regardent le serpent de bronze, et (...)

Tous ceux qui auront été mordus , qu’ils regardent le serpent de bronze, et ils vivront !

Homélie du Dimanche de la Croix Glorieuse

Livre des Nombres 21,4b-9
« Fais-toi un serpent, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, et ils vivront ! »

Psaume 78(77),3-4ac.34-35.36-37.38ab.39
« Quand Dieu les frappait, ils Le cherchaient,
ils revenaient et se tournaient vers Lui »


Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2,6-11
« Il s’est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix. C’est pourquoi Dieu l’a élevé au-dessus de tout ; il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 3,13-17
« De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. »

- lire l’intégralité des textes de ce dimanche




Je me suis souvent demandé ce que les chrétiens entendaient de ce passage du livre des Nombres, assez étrange au demeurant... Pour ne rien dire de celui de l’évangile selon saint Jean qui le reprend au compte de Jésus. Pourtant, plus on étudie saint Jean, et plus on s’aperçoit qu’il est le plus fin connaisseur des subtilités de l’Ancien Testament. Il est le plus précis de tous les évangiles [1], et si Jésus y reprend l’épisode du Serpent de Bronze pour exprimer la finalité de son œuvre, c’est qu’il y a là un aspect essentiel de son Mystère qui nous est dévoilé. Reste à découvrir lequel.

Qu’est-ce que le serpent ? Au moins dans l’imaginaire populaire, un "animal qui donne la mort" [2]. On cherche donc à le fuir de toute nos forces, surtout s’il nous a mordus. Or ce que nous dit le SEIGNEUR aux Fils d’Israël mordus par les serpents, c’est que pour vivre alors que la mort les menace, il faut qu’ils regardent en face ce qui en est la cause : ici donc, le serpent. Et dans le fond, tout est là, car si Jésus reprend ce passage à son compte, c’est qu’il s’y révèle une vérité essentielle pour comprendre le Mystère de la Croix.

* * *

Ce Mystère, saint Paul le synthétise en quelques mots : « Il s’est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix. » Mais pourquoi cette mort ? Précisément pour qu’avec Jésus, nous ne la fuyions plus, mais nous la regardions en face, et en recevions la Vie. C’est assez prodigieux. Comment comprendre ?

La croix est un instrument de mort. Il ne faut pas l’oublier. SAUF si le Christ y a été pendu, car alors, sur le bois de la croix se livre un combat hallucinant entre la Vie et la mort ! Non pas comme Narnia ou Le Seigneur des Anneaux dont j’aimerais décidément bien qu’on m’explique ce qu’il y a de chrétien dans ces œuvres complètement manichéennes ! Dans ce combat, la croix, qui est la porte du mal ultime — la mort dans ce qu’elle a de plus injuste —n’est pourtant pas de taille. Ce que nous contemplons dans le Mystère de la Croix, c’est que là où, humainement parlant, la mort devait l’emporter, c’est la Vie qui a gagné ! C’est donc à une formidable inversion de la puissance de mort de la Croix en puissance de la Vie sur la mort à laquelle nous sommes convoqués lorsque nous vénérons la Croix. Car ainsi, enflammée par le feu de la Vie qui lui est définitivement associé, la Croix devient une éternelle torche de Vie plantée au cœur même des ténèbres de la mort.

Nous avons là la racine de la tradition catholique de la vénération de la Croix, qui déborde par les crucifix apposés dans nos maisons. De même pour la tradition orthodoxe qui jamais ne représente une icône avec la croix sans le Christ. Car depuis que le Christ y a été pendu, la Croix est devenue l’arme par excellence contre toutes les puissances de mort. Raison pour laquelle elle est Glorieuse. La mort, pour le chrétien, ne fait l’objet d’aucun déni, alors que nos société oublieuses de leurs racines chrétiennes, sont complètement reprises dans la hantise d’une mort à laquelle elles essayent d’échapper en la fuyant, en la déniant de toutes leurs forces. Inutilement... Tragiquement inutilement...

* * *

Concrètement, cette arme est remise entre nos mains pour que nous puissions nous en servir dans nos vies, à chaque fois que, d’une manière ou d’une autre, la mort nous menace. Cela va de la contrariété journalière aux défis les plus sournois de l’existence. Lorsque la mort de l’âme pointe, le Christ nous offre de pouvoir planter la Croix Glorieuse comme un trait de Vie planté au cœur des ténèbres. C’est le sens du cri : “Gloire à DIEU !” qu’il nous faut apprendre à lancer dès que nous nous sentons pris dans un cercle infernal de violence mortifère. Un cri de victoire acquis en Christ dont il nous faut acquérir le réflexe vertueux.

Par exemple : Voici que j’entends que l’on fait courir sur moi une rumeur méchante. Plutôt que de me raidir et de colporter à mon tour un système de défense où je vais tenter d’anéantir mon adversaire, porter le regard sur le crucifix, au moins intérieurement, et crier : “Gloire à DIEU”. Et déjà, ma stratégie instinctive est défaite ! Et le cercle mortifère est déjà ébranlé, au point que si je pousse ce cri à chaque fois que nécessaire — il faut parfois le pousser plus de 200 fois, pendant des nuits entières de souffrance intérieure —, au bout du compte, la trajectoire de mort sera inexorablement vaincue, par le Christ en qui nous aurons puisé tout le courage nécessaire.

Mieux encore : là où un coup mortel nous aura été infligé, nous répondrons en y faisant jaillir la Vie. Car jamais les ténèbres ne peuvent l’emporter sur la Lumière. Quand l’ombre gagne, ce n’est jamais en repoussant la lumière : c’est toujours parce que la lumière s’est retirée, pour une raison ou pour une autre. Dès lors, en “réinjectant”, pour ainsi dire, la Lumière du Christ en plantant résolument, volontairement, librement sa Croix Glorieuse là même où nous avons mal, vous gagnons le combat.

* * *

C’est très mystérieux. Peut-être même certains d’entre nous seront-ils choqués d’un tel discours, et je leur en demande humblement pardon. Mais de cette puissance de Vie plantée au cœur des ténèbres les plus palpables, j’en suis le témoins privilégié à travers des milliers de résurrections. Des résurrections quotidiennes comme des résurrections qui chamboulent une existence du tout au tout. Il ne s’agit donc pas d’une “idée” ; il ne s’agit pas d’une méthode Coué. Il s’agit de la victoire de la Vie sur la mort qui est un FAIT infiniment concret. Il s’agit du fruit le plus magnifique et le plus puissant de la Croix Glorieuse, qui nous ouvre dès ici et maintenant les portes de la Vie éternelle vécue au plus charnel de l’existence.

Et en tout cela, c’est d’amour qu’il est question. Car la victoire de la Vie ne s’atteint que par le surgissement de l’amour, là-même où les forces de haine déploient leurs armées. On est loin de l’amour “sentimental”, c’est vrai. On est dans l’épreuve de l’amour, une épreuve d’où seule peut jaillir la joie. « Je vous ai dit tout cela pour que ma joie soit en vous », dira Jésus dans le même évangile selon saint Jean. Il nous faut mettre notre foi là, et pas ailleurs. Renoncer à croire idéologiquement que l’homme serait naturellement capable de renverser le système du péché. Parfois — souvent —, la Croix Glorieuse nous amènera à la confession pour pouvoir y puiser le courage dont nous avons besoin. Mais l’amour ne se reconnaît pas à ce que nous marcherions sur un chemin sans obstacles. L’amour se reconnaît à ce qu’il nous rend victorieux des obstacles que nous regardons en face pour mieux les franchir. Alors notre vie prend tout son sens ; elle devient savoureuse et tonifiante.

Dans nos campagnes, des centaines de Croix sont plantées, comme autant de signes de victoire expérimentées par nos anciens qui ont voulu en laisser une trace pour les générations à venir. Quand on est fort d’une telle tradition, on n’a qu’un devoir : la transmettre à son tour aux générations qui suivent. Oui : Celui qui s’est fait « obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix, Dieu L’a élevé au-dessus de tout ; Il Lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms ». Cela se vit au plus concret de l’existence chrétienne et fait de nous des témoins du Christ Ressuscité, non pas comme une “idée”, mais comme ce qui nous touche de plus réel et nous convoque à aimer. Cela s’appelle : la Gloire d’aimer.

Petit cadeau : une hymne à la Croix Glorieuse enregistrée pour le Jubilé de l’An 2000

Avec mon affection fraternelle,

Père Alain


Notes

[1On a longtemps cru qu’il était le moins fiable, jusqu’à la fin du XXe siècle... Mais les découvertes des fouilles de Jérusalem de ce début de XIXe siècle ont toutes validé son récit, au point qu’aujourd’hui, Jean est, de tous les évangélistes, celui qui est le plus précieux pour tenter de comprendre le contexte de la vie du Christ !

[2Ce qui n’est pas faux, mais l’ancien biologiste que je suis se permet tout de même de préciser que le serpent (on en dénombre au moins 3000 espèces de par le monde et sous toutes les latitudes) est un élément absolument indispensable à la chaîne alimentaire ! Mordre des humains n’est pas pour le serpent un sport de détente ! C’est un moyen de défense lorsque ce dernier se sent en danger, mais la plupart du temps, entendant des pas suspects, le serpent préfère la fuite...

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]