[ Toussaint : chercher DIEU ou trouver DIEU ?
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Toussaint-chercher-DIEU-ou-trouver
        Toussaint : chercher DIEU ou trouver DIEU ?

Toussaint : chercher DIEU ou trouver DIEU ?

Homélie de la fête de la Toussaint

Livre de l’Apocalypse 7,2-4.9-14
« J’entendis le nombre de ceux qui étaient marqués du sceau : ils étaient cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d’Israël.
Après cela, j’ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main. »


Psaume 24(23),1-2.3-4ab.5-6
« Voici le peuple de ceux qui le cherchent,
qui recherchent la Face de Dieu ! »


Première lettre de saint Jean 3,1-3
« Lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à Lui parce que nous le verrons tel qu’il est. Et tout homme qui fonde sur Lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,1-12a
« Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! »

- lire l’intégralité des textes de ce dimanche




Ce qui me marque aujourd’hui dans les textes que nous fait entendre la liturgie, c’est qu’ils nous parlent d’une recherche. Qu’il s’agisse de l’Apocalypse, du Psaume, de Saint Jean ou de Jésus, tous nous disent : « Cherchez la Face de DIEU ! »

Si je vous le demande, vous me direz sûrement : « Oui, bien sûr, je cherche DIEU ! ». Certes. J’ai au moins, quelque part dans ma tête, quelque chose qui ressemble à une velléité de chercher DIEU... Et encore : est-ce si sûr ? Premier travail en ce Jour de la Toussaint : Est-ce que j’ai le désir de "chercher DIEU", ou le désir de "trouver DIEU" ? Réfléchissez bien, parce qu’aujourd’hui particulièrement, ce n’est pas si simple. Je me souviens de ce professeur de la Faculté Catholique de Lyon qui me disait sa fatigue face à des étudiants qui ne veulent plus chercher, mais qui veulent trouver. D’où cette sorte de maladie qui veut que lorsqu’ils ont une recherche à faire, celle-ci se contente d’aller sur Wikipedia, et de faire une série de copier-coller.

Quelle est la différence ? Elle est majeure, car elle pose devant nous deux dimensions du monde : la matière et le temps. Trouver, c’est acquérir, et acquérir, c’est exercer un contrôle, c’est dominer, c’est posséder, et donc c’est avoir. Avoir à soi, avoir pour soi. Non que la chose soit mauvaise en soi, dans la mesure où dominer le monde est le premier commandement de DIEU à l’homme. Cela s’appelle le travail.

MAIS il y a un danger qui pointe dès que, pour acquérir ce pouvoir au royaume de l’espace matériel, nous délaissons toute aspiration à un autre royaume : le royaume du TEMPS. Car il est un royaume du Temps, où l’objectif n’est pas d’avoir, mais d’être. Non pas posséder, mais donner. Non pas régner, mais partager. Non pas vaincre, mais engager sa confiance. Non pas trouver, mais chercher. Oublier ce royaume du Temps rend malsaine notre existence dans le royaume de l’espace. Et c’est là que la sainteté fait retentir son appel.

Célébrer la Toussaint, c’est redire avec force que nous entendons cet appel, cette convocation de DIEU, non pas à fuir le monde, mais inscrire en lui cette dimension du TEMPS qui, paradoxalement, nous fait tellement peur. Pourquoi ? Parce que nous ne pouvons pas le dominer. Il nous échappe. Et dans un monde de l’avoir, ne pas pouvoir dominer le temps, c’est le considérer comme un ennemi qui grignote diaboliquement notre existence... Alors on essaye bien d’en "gagner", comme on dit. Mais plus on en "gagne", et moins on en a !!! Pourquoi ? Parce qu’il faut habiter le temps ! Il faut se réconcilier avec le temps, et non pas chercher à l’oublier. Et c’est là que commencera une quête ; et c’est là que se manifestera la foi, et surtout l’espérance qui lui est rivée. C’est là que s’ouvre un chemin, mais un chemin qui ne mène pas "au ciel", comme on dit, mais qui mène à DIEU. Et le TEMPS, ici, devient une fenêtre qui nous ouvre à l’éternité.

Et je voudrais terminer cette trop courte considération sur ce point : quand je n’ai plus cette ouverture sur le TEMPS comme une dimension que je dois habiter sans jamais vouloir mettre la main dessus, c’est alors que je sors de tous le mal-être qui m’envahit. Ce qu’on appelle les "soucis". Les soucis naissent de l’avoir ; la béatitude naît lorsque l’on consent à être, et à être dans le TEMPS. Voilà les saints, canonisé ou pas. Ces saints qui ont reçu ce que le TEMPS leur offrait pour accompagner leur nécessaire travail de la prière, de la messe le dimanche — faites attention aux raisons que vous vous accordez pour justifier que vous "n’avez pas le temps" d’aller à la messe tous les dimanche... Regardez dans quelle dimension vous vous inscrivez. Même quand vous vous dites : "Il faut que j’aille visiter ma famille, des amis qui sont à 500km dans l’espace d’un week-end"... Et vous rentrez, vous avez occupé l’espace, mais vous avez oublié... le TEMPS.

Or la sainteté, c’est l’art de vivre dans le TEMPS. Accompagner le travail dans l’espace par notre inscription dans le temps pour transformer le travail en charité. Voilà la Sainteté. Paisiblement. Parfois un chapelet à la main, en se baladant dans les vignes ; Ou au milieu de toutes les activités du monde, de l’espace, venir se mettre à genoux dans ces temples du TEMPS que sont encore nos églises. Non pas pour "trouver DIEU", mais pour chercher DIEU. Goûter la paix de l’espérance, et parfois même le courage de l’espérance. Voilà comment ont vécu ceux que saint Jean contemple dans l’Apocalypse. Voilà la substance des Béatitudes. Voilà ce qui fait le sceau des enfants de DIEU. Voilà le courage de nos frères et sœurs persécutés aujourd’hui.

Voilà la marque des SAINTS qui transfigurent l’espace réconcilié avec le TEMPS à la suite du Christ Jésus dont la Résurrection a ouvert la fenêtre de l’éternité dans notre monde.

Avec mon affection fraternelle,

Père Alain


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]