[ Tout homme qui croit en lui recevra le pardon de ses péchés
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Tout-homme-qui-croit-en-lui
            Tout homme qui croit en lui recevra le pardon de ses péchés

Tout homme qui croit en lui recevra le pardon de ses péchés

Homélie du Dimanche de Pâques (2010)

• Livre des Actes des Apôtres 10,34.37-43
« Dieu l’a ressuscité le troisième jour. »

• Psaume 118(117),1-2.16-17.22-23
« La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle ! »

• Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 3,1-4
« Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ. »

• Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,1-9
« Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin »

- Pour lire l’intégralité des textes de ce jour, cliquer ici



Dieu l’a ressuscité le troisième jour

Ce texte magnifique est le discours que Pierre prononce chez le centurion Corneille, un païen que Pierre vient de baptiser avec toute sa maisonnée.

D’emblée, c’est l’ouverture de l’Église qui nous est présentée : « Tout homme qui croit en lui reçoit par lui le pardon de ses péchés » Tout homme ! Et pas seulement les juifs.

On entend souvent dire que l’Église “est une secte qui a réussi”. Rien n’est plus faux ! En fait, la tentation de l’Église naissante a effectivement été de rester une secte juive, mais l’événement qui s’est passé chez Corneille lui a évité de tomber dans ce piège : elle s’est ouverte aux païens.
Si elle avait été une secte, il eût fallu que les convertis abandonnent leurs us et coutumes, adoptent les rites et les préceptes juifs... Or il n’en est rien : la Bonne Nouvelle de la Résurrection s’adresse à « tout homme », dans sa culture qu’il ne doit pas abandonner. Au contraire : c’est l’Église qui s’inculture pour répondre à son appel d’annoncer l’Évangile à tout homme.

Quelle magnifique perspective, dès le Jour de Pâques !

* *
La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle !

L’Église n’est pas une secte, mais elle n’est pas non plus seulement une institution. Elle est une construction qui a pour fondation des apôtres, et pour pierre angulaire le Christ. Et nous tous, nous en sommes les pierres vivantes.

Isaïe l’avait déjà annoncé, alors que le peuple avait mal engagé la partie... « Voici que je pose en Sion une pierre à toute épreuve, une pierre angulaire, précieuse, établie pour servir de point d’appui. Celui qui s’y appuie ne sera pas pris de court. Je prendrai le droit comme cordeau et la justice comme niveau. » (Is 28,16).

C’est ce passage que reprend le psaume, pour annoncer le retournement spectaculaire que DIEU va opérer. Là où le peuple d’Israël ne voit pas où le porte sa vocation, DIEU, en Jésus, reprend la construction et la mène à son accomplissement par le Christ. Les notables juifs l’ont rejeté ? Qu’à cela ne tienne : DIEU ira chercher les pauvres, les petits, les humbles du monde entier pour leur faire part de son projet de salut pour tout homme !

* *
Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ

Voilà bien une affirmation que nous avons du mal à intégrer !
La Résurrection du Christ rejaillit sur tout homme, non pas seulement “pour plus tard, après la mort”, mais aujourd’hui. Dès aujourd’hui !

Quelles sont les « réalités d’en-haut » dont parle Paul ? Il le dit un peu plus loin : la bienveillance, l’humilité, la douceur, la patience, le pardon mutuel... Tout cela est la marque de la résurrection dont les chrétiens vivent dès aujourd’hui, et qui constitue pour eux une véritable transformation (pour plus de précision sur cette transformation, cliquer ici)

Un peu plus loin, Paul écrira : « Vous avez revêtu l’homme nouveau », et encore plus loin : « Par-dessus tout, revêtez l’amour, la relation parfaite ». C’est le meilleur commentaire de notre passage. La vie de baptisé, la vie de ressuscité est une vie nouvelle (pour plus de précision sur la vie nouvelle, cliquer ici).

Il ne s’agit donc pas de vivre une autre vie que la vie ordinaire, dans la culture de chacun, mais de vivre autrement la vie ordinaire. C’est ce monde-ci qui est promis à la résurrection. Il ne s’agit donc pas de le mépriser mais, pour tout homme désormais, de le vivre pleinement comme une semence de l’éternité.

* *
Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin

C’est donc une humanité nouvelle qui commence, et c’est Marie-madeleine qui assistera la première à l’aube de ce nouveau monde. Marie-Madeleine, la pécheresse ! Image de l’humanité tout entière qui découvre son Sauveur. Mais visiblement, elle n’a pas compris tout de suite ce qui se passait : en cela, elle figure bien aussi notre humanité !

Il fait encore sombre : la résurrection du Christ a percé la nuit, comme Jean le disait déjà dans son Prologue : « La lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée ».

Et voici qu’elle court l’annoncer aux disciples, qui sont consternés. Pierre et Jean courent au tombeau ! Ils le trouvent comme Marie-Madeleine le leur avait dit : vide, les linges restés sur place. Pierre ne comprend pas ; Jean, lui, voit et croit. Paradoxalement, ces deux linges sont pour lui la “preuve” que Jésus est vraiment ressuscité.

Pourquoi Jean croit-il et non Pierre ? Peut-être Jean, que la Vierge avait gardé auprès d’elle au pied de la Croix, était-il déjà dans la lumière de l’Esprit Saint qui faisait monter en lui l’Écriture, dont il percevait la cohérence et l’accomplissement ? C’est là le mystère de chacun.

Il en va de même pour nous. Nous n’aurons jamais d’autre “preuve” que le tombeau vide, et les linges à leur place. Comme Jean, et plus tard Pierre et tous les disciples, il faudra laisser l’Esprit Saint nous illuminer pour décider enfin de croire, scruter les Écritures et témoigner de cette résurrection à travers notre vie transformée. À nous désormais de trouver la force de laisser transparaître dans nos vies tous les signes de la Résurrection que notre monde attend.

C’est ainsi que chaque dimanche, chaque Premier jour de la semaine, les chrétiens courent avec leurs frères à la rencontre mystérieuse du Christ Ressuscité. Ils sont pécheurs, comme Marie-Madeleine, mais ils se savent pardonnés, puisque le Christ est ressuscité pour nous ouvrir les portes du salut.

Le Christ est ressuscité !
— Il est vraiment ressuscité !

Merci d’avoir couru ensemble au tombeau en ce Jour de Pâques.
Que DIEU vous bénisse,

+ Père Alain.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]