[ Un océan situé à plus de 700 km de profondeur
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Un-ocean-situe-a-plus-de-700-km-de
      Un océan situé à plus de 700 km de profondeur

Un océan situé à plus de 700 km de profondeur

Un réservoir d’eau contenant l’équivalent de trois fois le volume de l’ensemble des océans de la planète a été découvert sous la surface de la Terre. Retrouvé sous une couche de roches à plus de 700 km de profondeur, il pourrait permettre aux scientifiques d’en savoir plus sur l’origine de l’eau sur Terre.

© Gentside Découverte



Et si l’eau sur Terre provenait d’un gigantesque réservoir souterrain ?


Un océan gigantesque à 700 km sous la surface de la Terre par Gentside Découverte

C’est ce que pense une équipe de chercheurs, après avoir découvert un océan situé à plus de 700 km de profondeur, et contenant près de trois fois le volume d’eau présent sur Terre.

Les scientifiques espèrent que cela leur permettra de mieux comprendre le cycle de l’eau sur Terre mais aussi comment la tectonique des plaques déplace l’eau entre la surface et ce réservoir.

* * *
Réservoir gigantesque

Ce mystérieux réservoir est en réalité dissimulé au cœur d’une roche bleue, connue sous le nom de ringwoodite, à 700 km de profondeur dans le manteau terrestre, c’est-à-dire la couche de roches brûlantes située entre la surface de la Terre et son noyau. La taille impressionnante du réservoir, trois fois le volume des océans de la planète, pourrait permettre d’en savoir un peu plus sur l’origine de l’eau sur Terre. En effet, certains géologues estiment que l’eau est arrivée sur Terre suite à l’impact de comètes. Mais cette découverte vient plutôt apporter du crédit à une autre théorie selon laquelle les océans ont progressivement suinté de l’intérieur de la Terre. "C’est une preuve tangible que l’eau sur Terre est venue de l’intérieur", estime Steven Jacobsen, de la Northwestern University dans l’Illinois, et auteur principal de l’étude. Selon lui, cette eau cachée pourrait également servir à maintenir les océans, en restant d’une certaine manière connectée à eux. Cela expliquerait ainsi pourquoi leur taille n’a pratiquement pas changé depuis des millions d’années.

* * *
Le parcours des ondes sismiques révèle la présence d’eau

L’équipe de Steven Jacobsen a utilisé pas moins de 2.000 sismographes à travers les États-Unis afin d’étudier les ondes sismiques générées par plus de 500 tremblements de terre. Ces ondes se déplacent à l’intérieur de la Terre, y compris dans le noyau. Toutefois, elles peuvent être largement détectées à la surface. "Après un séisme, les ondes font sonner la Terre comme une cloche pendant plusieurs jours", précise Steven Jacobsen, repris par le New Scientist. En mesurant la vitesse de ces ondes, en fonction de la profondeur, les chercheurs ont pu déterminer quel type de roches elles traversaient. Le réservoir d’eau s’est ainsi révélé de lui-même, car les ondes ont ralenti lorsqu’elles ont traversé la roche humide. Au préalable, Steven Jacobsen avait déterminé ce qui se passerait si des ringwoodites contenant de l’eau se mettaient en travers des ondes sismiques. Pour cela, il a développé des ringwoodites synthétiques dans son laboratoire avant de les exposer à des pressions et des températures élevées, similaires à celles du manteau, à 700 km de profondeur. "Cela nous indique que s’il y a des ringwoodites humides similaires dans la zone de transition, nous nous attendons à ce qu’elles produisent un liquide. Et puisque les liquides transforment la façon dont les ondes sismiques se propagent, c’est une cible que je peux viser avec un sismographe", explique à LiveScience Brandon Schmandt, sismologue à l’Université du Nouveau-Mexique et co-auteur. Résultat, les scientifiques ont rapidement trouvé des signes de ringwoodites dans la zone de transition entre le manteau supérieur et le manteau inférieur. À cette profondeur, la pression et la température sont assez élevées pour extraire l’eau des roches. "C’est une couche de roche avec de l’eau le long des arêtes entre les grains, un peu comme si elles transpiraient", détaille le chercheur.

* * *
Un réservoir bénéfique

Ces découvertes des deux chercheurs viennent soutenir une étude récente menée par Graham Pearson, de l’Université d’Alberta. Le scientifique avait pu étudier un diamant provenant de la zone de transition et amené jusqu’à la surface grâce à un volcan. Il avait ainsi découvert qu’il contenait des ringwoodites porteuses d’eau. Ses résultats constituaient la première preuve réel qu’un large volume d’eau était dissimulé dans la zone de transition. "Nous devrions nous réjouir de la présence de ce réservoir. S’il n’était pas là, il serait à la surface de la Terre et les sommets des montagnes constitueraient la seule terre visible", explique Steven Jacobsen. "La zone de transition peut contenir beaucoup d’eau, peut-être le même volume que l’ensemble des océans de la planète", affirme Brandon Schmandt. "Cette étude apporte un soutien expérimental au rôle important que joue la zone de transition dans le contrôle du flux d’hydrogène sur Terre", ajoute Graham Pearson. L’équipe de chercheurs espère désormais pouvoir récolter d’autres données sismiques à travers le globe pour déterminer si la fonte du manteau est commune ou non. Les résultats devraient également aider les scientifiques à comprendre le cycle de l’eau sur Terre. "L’eau de la surface que nous possédons actuellement provient du dégazage de l’eau des roches fondues. Quel volume d’eau est toujours présent à l’intérieur de la Terre par rapport à la surface ?", s’interroge Brandon Schmandt.

* * *
Commentaire de http://www.oui-dieu-existe.fr/

La Bible mentionne curieusement que lors du grand déluge qui a recouvert toutes les montagnes, les eaux surgirent du sol.
Le texte dit précisément "en ce jour là, les sources du grand abîme jaillirent et les écluses du ciel s’ouvrirent. Il y eut de la pluie sur la terre 40 jours et 40 nuits". (Genèse chap. 7 v. 11)
Depuis longtemps les sceptiques ont opposé au récit biblique du déluge le fait que, si toute l’humidité présente dans l’atmosphère était précipitée brusquement sur terre, cela produirait une pluie abondante, mais certainement pas une masse d’eau capable de submerger des montagnes !
Le texte biblique mentionne cependant en première position une origine pour le moins "curieuse" et qui semblait totalement fictive "les sources du grand abîme". Il semble que dans la terminologie biblique l’abîme soit associé aux mers ou aux océans. Si c’est vrai, le texte biblique ferait allusion aux sources des océans. Le rapprochement avec cette découverte est frappante - si effectivement les océans trouvent leur origine dans une immense masse d’eau sous-terraine.
Et il devient alors possible d’envisager qu’un événement majeur (séisme, volcan, ... ) ait pu ouvrir une faille de communication entre ces eaux sous-terraines et les océans du globe - produisant un véritable déluge - qui aurait effectivement pu submerger les montagnes, jusqu’à modifier la topographie de la croute terrestre.
Une hypothèse intéressante.


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]