[ Une méga teuf dans le Royaume ?
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Une-mega-teuf-dans-le-Royaume

Une méga teuf dans le Royaume ?

Homélie du 28e dimanche du Temps Ordinaire (A)

Livre d’Isaïe 25,6-10a
« Ce jour-là, le Seigneur,
Dieu de l’univers,
préparera pour tous les peuples,
sur sa montagne,
un festin de viandes succulentes
et de vins décantés. »


Psaume 23(22),1-2ab.2c-3.4.5.6
« Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis »


Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 4,12-14.19-20
« Je sais vivre de peu ; Être rassasié et avoir faim,
avoir tout ce qu’il me faut et manquer de tout. »


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 22,1-14
« « Le Royaume des cieux est comparable à un roi
qui célébrait les noces de son fils. »


- lire l’intégralité des textes de ce dimanche




Vous entendez ? Isaïe prend le contrepied des représentations habituelles que nous nous faisons de la mort. Spontanément, dans la mentalité païenne qui est la nôtre, comme nous ne pouvons rien emporter dans nos bagages au moment de mourir, nous nous disons qu’il nous faut tout laisser, en particulier les joies de la vie. Les Égyptiens les premiers parlaient du jugement d’Osiris et du repos éternel. Platon, lui, préférait penser un système de 3000 réincarnations pour libérer l’âme de la chair. Bouddha, lui, va dans le même sens : se libérer des désirs de la chair... Et Isaïe, lui : « Non non ! L’éternité avec DIEU, ça va être la super méga teuf ! »

Oui. Voilà où la Bible nous livre un indice de son caractère unique, inspiré : elle prend au sérieux tous les aspects de la création, y compris la chair. La chair, à laquelle, mine de rien, nous sommes tellement attachés — et nous avons raison —n’est pas rejetée dans l’au-delà de cette vie : elle est accomplie. C’est-à-dire que tout ce que nous aurons construit charnellement, voilà ce qui constituera notre vie éternelle : ce que nous aurons vécu de qualité dans la chair sera porté à son accomplissement, et ce sera le paradis ; de même que ce que nous aurons vécu de pervers dans la chair sera porté à son accomplissement, et ce sera l’enfer.

Alors comment savoir si ce que je vis dans ma chair est de qualité ou non ? Il faut scruter les Écritures, écouter l’appel de DIEU qui retentit par le Christ Jésus, et chercher. Chercher pour répondre au mieux à la convocation du SEIGNEUR au Festin du Royaume, et la parabole d’aujourd’hui nous dit qu’il n’y a rien de plus urgent ! Certes, bien sûr que les champs ou les vignes n’attendent pas au moment de la moisson ou des vendanges ; et aujourd’hui, on nous dit que le commerce non plus n’attend pas. On ressort les vielles revendications du travail du dimanche : le dimanche est indispensable, nous dit-on, parce qu’on fait plus de bénéfice ce jour-là que les autres jours — ça reste encore à prouver, mais l’objectif est bien là —. Et dans le fond, la parabole nous dit quelque chose de simple : Regarde dans ta vie ce qui est le plus urgent, et tu sauras quel est ton véritable dieu. Alors demande-toi, vis-à-vis de ce dieu, si tu es libre ou si tu es esclave — esclave consentant, bien sûr, car tu pourras toujours dire que tu es libre de choisir ton dieu, c’est-à-dire à qui tu voueras ta vie —.

Jésus lui aussi fait retentir un appel. Au Nom de DIEU, Il nous convoque à un festin. Il ne criera pas plus fort que les placards publicitaires, que les réseaux d’information radiophoniques ou télévisuels. Pourquoi ? Parce que tout est déjà donné. Le chemin est déjà ouvert. Il suffit de le prendre. Et ce chemin, c’est celui d’une vie marquée par le choix de la lumière qui rayonne dans la chair. Dans notre chair, comme elle a rayonné dans la chair du Christ, jusque sur la Croix.

Quant à l’habit de noces, c’est assez simple. Quand vous êtes reçus par des gens de qualité, vous y allez rarement en débraillé. Pour un mariage, les invités d’honneur se payent d’un costard-cravatte et de jolies robes. Dans le temps, on mettait ses "habits du dimanche"... Aujourd’hui, on est mieux habillé pour aller faire du commerce que pour venir à la messe, quand on y vient... L’habit dit beaucoup de choses, et il dit surtout la qualité du cœur qu’il recouvre... Il dit l’importance qu’a revêtu l’invitation que nous avons reçue. Je n’en dirai pas plus. Jésus, Lui, est celui qui nous offre le vêtement des Noces, par le Baptême. À nous de voir si nous voulons nous rendre ainsi revêtus — ou non — à son invitation.

Avec pon affection fraternelle,

Père Alain

_ _ _


Saint Augustin (354-430), évêque d’Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l’Église, Sermon 90

« Qu’est-ce donc que ce vêtement de noce ? L’apôtre Paul nous dit : « Les préceptes n’ont d’autre fin que l’amour, la charité qui naît d’un cœur pur, d’une bonne conscience et d’une foi sincère » (1Tm 1,5). Le voilà le vêtement de noce. Il ne s’agit pas de n’importe quel amour, car souvent on voit des hommes malhonnêtes en aimer d’autres…, mais on ne voit pas chez eux cette charité « qui naît d’un cœur pur, d’une bonne conscience et d’une foi sincère » ; or, c’est cette charité-là qui est le vêtement de noce.

« J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, dit l’apôtre Paul, s’il me manque l’amour, je ne suis que de l’airain qui résonne, une cymbale retentissante… J’aurais beau être prophète, avoir la science de tous les mystères et toute la connaissance, et avoir la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien » (1Co 13,1-2)… J’aurais beau avoir tout cela, dit-il, sans le Christ « Je ne suis rien »… Combien de biens sont inutiles, si un seul bien vient à manquer ! Si je n’ai pas l’amour, j’aurais beau distribuer tous mes biens, confesser le nom du Christ jusqu’à verser mon sang (v. 3), cela ne servirait à rien, puisque je peux agir ainsi par amour de la gloire… « S’il me manque l’amour, cela ne sert à rien ». Voilà le vêtement de noce. Examinez-vous : si vous l’avez, approchez avec confiance du banquet du Seigneur. »

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse d'Autun

Pastorale du Tourisme du diocèse d'Autun

RCF Parabole

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

Suivre le Pape François avec L'Osservatore Romano

Zenit, le monde de Rome


(|non)]