Pour faciliter la réception de nos nouvelles, merci d'ajouter saintsymphorien@bonnenouvelle.info à vos contacts

Voir en ligne : http://saintsymphorien.net/spip.php?page=colonneedito

Dieu n’est pas comptable

Homélie du 25e dimanche du Temps Ordinaire
La justice des hommes calcule le salaire au prorata du nombre d’heures travaillées. La justice de Dieu le calcule sur le seul fait d’avoir répondu honnêtement à l’appel du Maître, fut-ce tardivement. Or une telle parabole, pour choquante qu’elle paraisse, travaille pourtant à notre salut. La difficulté vient du fait que, n’analysant le fonctionnement du monde que du seul point de vue comptable, nous avons la fâcheuse tendance à reporter cette vision sur le Royaume de Dieu : nous y recevrions le salaire correspondant au nombre d’œuvres bonnes que nous aurions — ou non — posées. Ne parle-t-on pas d’ailleurs à ce propos, depuis Platon, de « rétribution » ? Sauf que cette vision est juste païenne : les Égyptiens avaient la même, comme le bouddhisme, le taoïsme, l’islam, etc., chacun à sa manière. Même un athée, évoquant une justice immanente, parle encore de justice comptable. Jésus, Lui, nous place sur un plan complètement différent : celui de la chair. Cette parabole présente en effet le Maître comme un père. Quel père comptabiliserait l’héritage qu’il lègue à ses enfants au prorata de leurs œuvres ? Et si l’un d’entre eux, entendant un appel soudain après cinquante ans d’errance, se met au travail avec fruit : (...)