Fête du Saint Sacrement

 

LE SAINT-SACREMENT 

 

Fête-Dieu ou fête du Saint-Sacrement, nous célébrons dimanche le Corps et le Sang du Christ. Une fête qui affirme et honore la présence réelle de Jésus-Christ dans le pain et le vin consacrés pendant la messe.

 

La fête du Saint-Sacrement, que nos grands-mères appelaient la Fête-Dieu, est une fête catholique et anglicane, célébrée en principe le jeudi qui suit la fête de la Trinité (en référence au jeudi saint), c’est-à-dire soixante jours après Pâques. Mais, en vertu d’une dérogation prévue par les livres liturgiques, elle est reportée au dimanche qui suit la Sainte-Trinité
Actuellement, le nom officiel de la fête, dans l’Église catholique, est « Solennité du corps et du sang du Christ ». Elle commémore la présence réelle de Jésus-Christ dans le sacrement de l’Eucharistie, sous les espèces du pain et du vin consacrés au cours de la messe.

Saint Thomas d’Aquin, le prédicateur par excellence du mystère eucharistique, a écrit que si, à Bethléem et au Calvaire, le Christ a occulté aux hommes sa divinité, dans l’hostie consacrée, il cache aujourd’hui son humanité.

Ce grand théologien, Père de l’Église, a aussi décrit les fruits salutaires que nous offre le Christ dans le Saint Sacrement :
1/   Nourriture de l’âme, le pain consacré soutient la vie spirituelle des chrétiens et la vivifie de façon surprenante.
2/   Nous sommes unis au Seigneur qui nous a tant aimés qu’Il s’est fait nourriture. Nous sommes alors en union physique et permanente avec Lui. Dans la communion, nous nous unissons à Sa personne de façon à pouvoir dire « il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. »
3/   L’Eucharistie nous communique la vie même de Dieu. De cette communion mystérieuse, il nous fait réellement participer à sa vie divine pour nous sanctifier. Car en se faisant homme, le Verbe du Père a communiqué aux hommes, à la sainte humanité, la vie divine.
4/   Avec l’Eucharistie nous recevons le don de l’immortalité. En nous unissant au Christ par la communion, le Seigneur met en nous le germe de la vie éternelle, gage de la résurrection glorieuse qui conduit à l’éternité.

Quel est le sens de la Fête du Corps et du Sang du Christ ?

Depuis la réforme liturgique du concile Vatican II, la Fête Dieu est appelée « Fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ ». La Fête du Corps et du Sang du Christ commémore l’institution du sacrement de l’eucharistie. Elle est un appel à approfondir le sens de l’eucharistie et sa place dans notre vie. Cette fête est la célébration du Dieu d’amour qui se révèle en donnant son corps et son sang, en se donnant à nous comme nourriture de vie éternelle. Le sens de la fête du corps et du sang du Christ est un peu différent de celui de la Fête Dieu qui était plus centrée sur l’adoration de la présence réelle du Christ.

Histoire

Les origines de la fête remontent au XIIIe siècle. L’élévation de l’hostie, lors de la messe, manifestait déjà le désir de contempler le Saint-Sacrement. Mais l’impulsion décisive en vue d’une fête spéciale fut donnée par Sainte Julienne de Cornillon et la bienheureuse Ève de Liège.
La fête fut instituée officiellement le 8 septembre 1264 par le pape Urbain IV.
C’est surtout au siècle suivant qu’elle fut mise en œuvre par deux autres papes français : Clément V († 1314) et Jean XXII († 1334).

L’histoire de la solennité s’inscrit dans le sillage du débat théologique suscité par l’hérésie de Béranger de Tours, qui niait la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie.
Dans la bulle Transiturus qui institua la Fête-Dieu, le pape Urbain IV écrit « qu’il est juste néanmoins, pour confondre la folie de certains hérétiques, qu’on rappelle la présence du Christ dans le très Saint-Sacrement ».
Cette fête a eu de la peine à s’imposer chez les évêques et les théologiens. Puis elle est devenue une fête très populaire, très célèbre en Espagne. Elle a été supprimée dans les pays protestants, mais cependant gardée par l’Église anglicane. Cette fête était appelée fête du Corpus Christi ou Fête du Saint-Sacrement. Le nom de Fête-Dieu n’existe qu’en français.
Le pape Jean XXII en 1318 a ordonné de porter l’eucharistie, le jour de la Fête du Saint-Sacrement (Fête-Dieu), en cortège solennel dans les rues et sur les chemins pour les sanctifier et les bénir. C’est à ce moment qu’apparaît l’ostensoir. Elle se répand dans tout l’occident aux XIV° et XV° siècles. Le concile de Trente (1515-1563) approuve cette procession de la Fête-Dieu qui constitue une profession publique de foi en la présence réelle du Christ dans l’eucharistie. Le défilé du Saint-Sacrement est encore très populaire en Italie et en Espagne. Mais en France, la procession de la Fête-Dieu se fait rarement, sauf dans de nombreux villages du Pays Basque.

1re lect. : Dt 8, 2-3.14b-16a
Ps : 147, 12-13, 14-15, 19-20
2e lect. : 1 Co 10, 16-17
Séquence
Évangile : Jn 6, 51-58

Prière pour la Fête du Saint-Sacrement
Mon Seigneur et mon Dieu,
je me prosterne humblement
et vous adore.
Je me sens impuissant à considérer
votre immense bonté,
votre amour infini dans la sainte Hostie.
Puis je me reconnais incapable
d’égaler ma gratitude
à cet incompréhensible bienfait,
plus je vous supplie avec instance
de mettre vous-même dans mon cœur,
les sentiments qui me manquent.
Faites que votre amour me détache
du monde et de moi-même,
et me suggère les paroles
qui peuvent mieux vous exprimer
mon désir de vous aimer et d’être,
à la vie, à la mort,
tout à votre divin Cœur.

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *