Le mot du curé du 19 mai 2020

Chers amis,

Permettez-moi, pour commencer, cette petite réflexion suite aux deux mois que nous venons de vivre : il est très intéressant de voir comment la crise révèle, voire exacerbe les tempéraments des uns et des autres. Se révèlent, souvent décuplés, les caractères de chacun : les prudents ou les téméraires, les anxieux ou les euphoriques, les obéissants ou les réfractaires, les inventifs ou les exécutants. Et un point commun à tous : les experts, qui savent et donnent des conseils !

Je vous invite à écouter un interview très intéressant de Fabrice Hadjadj diffusé ce matin sur RCF dans le cadre de l’émission « Le grand invité » qui permet de réfléchir et prendre du recul par rapport à la situation actuelle.

https://rcf.fr/actualite/societe/fabrice-hadjadj-le-confinement-n-fait-que-renforcer-les-inegalites

Je retiens quelques phrases chocs et morceaux choisis :

– Le continuum humain qui demeure.

Passer de la sidération à la considération.

– La société (de la technique) du sans-contact et de la désincarnation.

– Pas le saint qui est en avant, c’est le médecin.

– Effondrement environnemental, effondrement matériel ? Surtout apocalypse (=révélation) : « dans la catastrophe peut se jouer une révélation : nous n’en avons pas fini avec l’humain ». Pas effondrement extérieur, mais effondrement intérieur, moral. « Comment dans un contexte dramatique, vivre un renouveau intérieur, retrouver le sens de l’humanité ».

 

Méditons à présent les lectures du jour.

– La 1ère lecture (Ac 16, 22-34).

Paul et Silas sont mis en prison suite à leur prédication dans la ville de Philippes. Sans se décourager et malgré une incarcération stricte et sévère, ceux-ci, dans leur cellule, chantent les louanges du Seigneur et sont miraculeusement délivrés par Dieu.

Je ne peux pas ne pas faire le parallèle avec la situation que nous venons et sommes encore en train, pour une part, de vivre. Nous étions confinés et enfermés, sans possibilité de célébrer le culte en public.

Que nous apprend ce passage et que pouvons-nous en retenir ?

1) La puissance de la prière de louange qui renverse les situations sans-issue. Là où il y a épreuve et détresse, la persévérance dans l’action de grâce et la louange réalise des miracles et ouvre des portes inattendues : les murs s’écroulent, les blocages disparaissent. C’est l’école de la confiance. Rien ne peut nous arriver, « rien ne peut nous séparer de l’Amour du Christ », dira le même Saint Paul dans la lettre aux Romains ; nous sommes dans la main de Dieu. « Tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu », ajoutera l’Apôtre des Nations.

Je vous conseille vivement, à ce sujet, la lecture de ce livre déjà ancien mais incontournable de Merlin Carothers « la Puissance de la Louange ».

2) Cette louange n’est pas pour écraser et faire œuvre de mort, mais elle produit des fruits de vie et de salut pour l’auditoire (ou ceux que l’on confie à Dieu selon cette forme de prière) : ici le geôlier se convertit et se fait baptiser avec toute sa famille ! Nous aussi nous pouvons louer le Seigneur chaque matin, lui présenter toutes les situations, belles ou difficiles, que nous vivons, dans nos maisons, nos familles, notre travail, notre paroisse… Il va accomplir son œuvre de bénédiction et de salut dans nos vies, quoi qu’il arrive !

 

En résumé, la prière de louange nous apporte la délivrance et donne la conversion, le salut et la vie à nos frères !     Voici un chant (qui n’est pas le psaume du jour) pour nous aider à méditer tout cela en musique :

https://www.youtube.com/watch?v=FfpA6XTAfSU

 

– L’Evangile  (Jn 16, 5-11).

Nous poursuivons la lecture des chapitres de l’Evangile selon st Jean où Jésus nous parle de l’Esprit Saint.

L’Esprit Saint n’est pas une force informelle, une énergie intemporelle, Il est une Personne (divine), avec qui nous pouvons être en relation, entrer en amitié, vivre en communion, nous entretenir, Quelqu’un que nous pouvons prier.

Il n’est pas une idée ou une pensée, Il est Quelqu’un en nous, la Vie, le Souffle de notre âme, nous pouvons avoir foi en Lui. Dans les Actes des Apôtres, nous voyons comment Il agit quand les premiers chrétiens se mettent à sa disposition, vivent en sa Présence. Nous sommes appelés à vivre dans une intimité constante et habituelle avec Lui, dans une véritable familiarité. Il va nous éclairer de l’intérieur, nous donner vitalité et dynamisme.

 

Approfondissons à présent avec la médiation du Père Emmanuel Payen, ce matin sur RCF : « À 12 jours de la date de la fête de la Pentecôte, du don de l’Esprit Saint, Jésus prévient ses disciples de l’avantage pour eux de son départ de la vie terrestre. « Il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous. Si je pars je vous l’enverrai. » L’absence physique de Jésus nous vaut le cadeau de l’Esprit Saint qui nous fait expérimenter la présence autrement de Jésus avec nous. On ne peut plus toucher Jésus, voir Jésus, comme les disciples en Palestine. Jésus ressuscité a même dit à Marie Madeleine « ne me retiens pas ». Elle est invitée à voir autrement Jésus. Dans la foi, accueillir le Tout Autre. Parfois, nous demandons, dans des situations difficiles, « où est Dieu ? », « que fait Dieu ? ». Et Jésus nous redit « Je suis avec toi. N’aie pas peur ». Sa parole est comme un murmure dans la nuit. Sa parole confirme cette Présence discrète et réelle reçue par la grâce de l’Esprit Saint reçu et accueilli dans la foi. Oui nous sommes invités à dépasser nos représentations du Seigneur pour recevoir le mystère de cette Présence du Seigneur, dans nos vies, la vie de l’Église et du monde. Dieu habite l’univers et par son Esprit Saint Il divinise chacun de nous. Quand la tristesse remplit notre cœur, Aide-nous, Seigneur Jésus à prendre du recul par rapport à notre peine. Puissions-nous alors découvrir combien la privation dont nous souffrons, nous ouvre à l’Esprit, lui que tu nous envoies d’auprès du Père, pour nous combler de ta Joie éternelle ».

Pour terminer dans la prière, voici un chant à l’Esprit Saint. Chaque jour je vous en proposerai d’autres jusqu’à la fête de Pentecôte : https://play.emmanuel.info/media/esprit-saint-o-viens-il-est-vivant/

 

– Un petit rappel pour les jours à venir :

Demain mercredi 20 et vendredi 21, je vous propose des créneaux pour la confession individuelle dans le jardin de la maison paroissiale de 10h à 12h. Nous pourrons ainsi, le soleil estival étant de retour, garder la distance d’1m requise et déposer nos péchés dans le Cœur de Jésus… au pied du pêcher !

Si file d’attente il y a, il serait bon qu’elle se fasse vers l’entrée, à l’extérieur de la maison paroissiale. Apportez éventuellement vos chaises pliantes. Il est possible de prier à l’oratoire mais si chacun respecte scrupuleusement la distanciation physique, se lave les mains avec du gel avant de pénétrer dans le lieu et porte un masque.

– Ce jeudi 21 mai, c’est la solennité de l’Ascension. Je distribuerai la communion aux conditions et horaires des dimanches derniers (10h30-11h à Givry et 11h45-12h15 à Touches). Si nécessaire, me demander pour les custodes…

 

Bon temps de Pâques, avec la Vierge Marie !

Père Jean-Michel PAYEUR, curé.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *