Le mot du curé du 21 mai 2020

Chers amis,

Que célébrons-nous en ce jour de l’Ascension ? pourquoi “fêter” l’Ascension ? nous devrions être tristes : Jésus est parti, nous sommes seuls, abandonnés désormais à notre (triste) sort, sans sa présence…

1) Le triomphe du Christ – Son retour glorieux au Ciel

+ Nous nous réjouissons parce que nous fêtons le triomphe du Christ dans son retour glorieux au Ciel.

Le Christ, qui s’élève dans la nuée, partage désormais, pour toujours et de façon visible, l’intimité de son Père.

Il est entré au Ciel. Il siège désormais à la droite de Dieu après avoir vaincu la mort et le péché.

Dieu Lui accorde une éternité triomphale dans le bonheur du Ciel.

Il fait de Lui le Maître souverain de la création rachetés. « Dieu s’élève parmi les ovations, Il règne sur toutes les nations, roi de toute la terre », dit le Psaume d’aujourd’hui.

 

+ Nous nous réjouissons aussi parce que nous sommes intéressés, concernés par cette Ascension : le Christ veut faire participer toute la création et spécialement toute l’humanité à son triomphe.

Il veut ramener tout le peuple, tous les hommes captifs du péché et de la mort vers la liberté de la terre promise : le Ciel.

Il entre le premier au Ciel pour nous préparer une place, car nous avons une place dans le Cœur du Père, car chacun est irremplaçable pour Lui !

Dans le Christ, Fils de Dieu incarné, l’Homme a désormais droit de cité au Paradis.

Jésus s’est élevé au Ciel pour nous rendre participants de la nature, de la vie divines. Il veut nous entraîner avec Lui auprès du Père, dans la communion éternelle, dans le bonheur infini avec notre Créateur et Seigneur.

 

Tout cela est résumé dans la très belle oraison d’ouverture de la messe de ce jour : « Dieu qui élèves le Christ au-dessus de tout, ouvre-nous à la joie et à l’action de grâce, car l’Ascension de ton Fils est déjà notre victoire : nous sommes les membres de son corps, il nous a précédés dans la gloire auprès de toi, et c’est là que nous vivons en espérance ».

 

2) La préparation avant de recevoir le don de l’Esprit Saint

Jésus n’a pas fait simplement un petit tour sur la terre, une simple visite pour remettre de l’ordre dans sa propriété avant de s’en retourner auprès de son Père. Non seulement Il a réalisé notre salut et manifesté l’Amour de Dieu qui va jusqu’au bout, mais, s’Il est remonté au Ciel, c’est pour achever ce salut par l’envoi de l’Esprit Saint.

– Jésus ne nous laisse pas orphelins, Il ne nous abandonne pas. En partant, Il nous promet une autre présence, celle de l’Esprit Saint, qui est Dieu, qui anime son Eglise et demeure en chacun de nous.

– Jésus annonce et promet qu’ils seront « baptisés dans l’Esprit Saint », qu’ils « recevront la force de l’Esprit Saint pour être (ses) témoins jusqu’au bout du monde ».

– Entre la Résurrection et l’Ascension du Seigneur, les Apôtres vont vivre une sorte de retraite de 40 jours, où Jésus va compléter et terminer leur formation, leur apprentissage de leur rôle de témoins du Royaume. Témoins de Jérusalem en Judée, en Samarie et jusqu’aux confins de la terre : le programme est annoncé par Jésus et le chemin tracé.

 

3) Notre engagement dans le monde

+ Jésus nous a transmis tout ce qui pouvait nous être nécessaire. Il nous laisse désormais à notre liberté et à nos responsabilités.

Aux Apôtres tenant le regard rivé au ciel, les « 2 hommes » rappellent que la venue de Celui qui fut enlevé vers le ciel est à vivre sur la terre, dans le concret de nos histoires, dans chaque geste de nos existences banales. Ils sont prévenus de 2 dangers : se garder de faux souvenirs (rappel d’un mort, mémoire d’un passé révolu) ; se garder d’un faux avenir (attendre que le Ciel descende sur la terre ou espérer s’envoler des réalités terrestres). Nous sommes invités à nous garder d’une spiritualisation douteuse, qui induirait à nous évader des tâches quotidiennes.

Désormais les Apôtres son seuls, ou du moins ils se sentent seuls… comme nous ! Ils sont comme de grands enfants que leurs parents ont lancé dans la vie : ils sont heureux de tout ce qu’ils ont vécu, heureux de la confiance qui leur ai faite ; mais ils n’ont pas encore la force ni le courage de se lancer. Il faudra attendre la Pentecôte.

Ils savent désormais qu’un homme est entré dans la gloire de Dieu… mais ils ont devant eux tous les hommes et il faut les sauver : la tâche est immense ! Les Apôtres sont renvoyés à leur mission terrestre, à leur mission de témoignage. C’est pour eux – témoins choisis œuvrant dans la puissance de l’Esprit Saint – que se fait la venue voilée du Fils de l’Homme dans nos histoires.

Nous sommes nous aussi dans ce temps de l’Eglise (qui se terminera avec la Parousie, qui est le Retour du Christ, qui viendra mettre fin à l’histoire des hommes). Temps de la présence invisible de Jésus qui se manifeste par son Eglise (Corps mystique du Christ) et par ses sacrements.

Certes, nous vivons désormais dans l’attente du Retour du Christ, mais nous devons aider l’humanité entière à s’y préparer : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle », a dit Jésus ressuscité, « vous serez mes témoins ; celui qui croira et recevra le baptême sera sauvé ».

C’est le temps de l’Eglise.

Il nous faut à la fois : “chercher le visage du Seigneur”, “vivre par le cœur dans le Ciel”, où est notre Rédempteur…

et en même temps : nous soucier des tâches terrestres, témoigner pour le Christ et faire connaître l’Evangile ; s’engager, se livrer au cœur du monde.

Double attitude qui doit être celle de tous les chrétiens : notre vie orientée vers les hauteurs où règne le Christ doit être pour tous les hommes une invitation à s’unir à notre espérance.

“La tête au Ciel – Les pieds sur terre”

 

En conclusion, que nous apprend la liturgie de ce jour ? Pourquoi fêter l’Ascension ?

1) La joie de la victoire définitive du Christ ressuscité et l’espérance d’y participer un jour dans la gloire du Ciel.

2) La nécessité de l’engagement chrétien dans les affaires du monde, grâce à l’Esprit Saint.

Nous avons juste 9 jours pour nous préparer à accueillir et être renouvelés par l’Esprit Saint. Une sainte neuvaine pour demander une (nouvelle) effusion de l’Esprit Saint. Le Seigneur nous demande un grand désir, de nous préparer sérieusement pour que nous portions le(s) fruit(s) de l’Esprit Saint : « Amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi » (Ga 5, 22).

 

Pour nous accompagner dans cette marche vers la solennité de la Pentecôte, voici une sélection, un feu d’artifices de chants à l’Esprit Saint que nous pouvons écouter :

https://www.youtube.com/watch?v=eYX5OkQiFQ0&list=PL_SIswKQ8WuFdY_VtJgCaGPyTpW6FvLTC&utm_source=Emmanuel+Actualit%C3%A9s+%28newsletter+hebdomadaire%29&utm_campaign=3303bda839-EMAIL_CAMPAIGN_2020_02_10_08_55_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_8206a83b91-3303bda839-123646877

 

 

Bonne marche vers la Pentecôte et bonne neuvaine à l’Esprit Saint, avec la Vierge Marie !

Père Jean-Michel PAYEUR, curé.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *