Le mot du curé du 23 mai 2020

Chers amis,

Nous poursuivons la grande neuvaine à l’Esprit Saint préparatoire à la Pentecôte. C’est le 2ème jour.

Continuons à prier le Veni Creator, prière traditionnelle de l’Eglise depuis des siècles.

Je vous mets à nouveau les liens, si vous voulez chanter en latin ou en français par les Fraternités Monastiques de Jérusalem, ou dans la version de la Communauté de l’Emmanuel.

Ce matin, j’ai célébré la messe de Notre Dame du Cénacle : la dernière en privé, puisque cette nuit le gouvernement a autorisé la reprise des cérémonies religieuses ! L’évêque a donné l’autorisation de célébrer en public dès ce samedi soir, avec le respect précis des règles sanitaires imposées et dans l’obéissance stricte au service d’ordre que nous avons mis en place !

(Je ferai un communiqué avec tout le protocole après la publication de ce mot du curé).

 

Reprenons ensemble les oraisons et la préface de cette messe qui nous prépare à la Pentecôte avec Marie.

Prière d’ouverture :

« Seigneur notre Dieu, tu as comblé des dons de l’Esprit Saint la Vierge Marie en prière avec les Apôtres ; accorde-nous, par son intercession, de persévérer d’un seul cœur dans la prière et d’être remplis de la Force d’en haut pour annoncer à nos frères la Bonne Nouvelle ». Oui, persévérons dans la prière et préparons-nous avec intensité et recueillement pour accueillir l’Esprit Saint à la Pentecôte !

Prière sur les offrandes

« Accueille, Père très saint, les offrandes que nous te présentons en vénérant la Vierge Marie au Cénacle, et fais-nous la grâce, en participant à cette eucharistie, d’être livrés à l’action de l’Esprit Saint pour ta plus grande gloire et le salut du monde ». Livrons-nous sans réserve à l’Esprit Saint, pour nous donner à Dieu et à nos frères humains !

Préface

« Tu nous donnes un exemple admirable de concorde et de prière dans l’Eglise du Cénacle : la mère de Jésus priant d’un seul cœur avec les Apôtres. Elle qui avait attendu dans la prière le venue du Christ, elle invoque avec ferveur le Défenseur qu’il a promis. Elle que l’Esprit Saint couvrit de son ombre lorsque le Verbe prit chair, elle est de nouveau remplie du Don venant du ciel à la naissance de ton peuple nouveau. Par sa prière vigilante, par l’ardeur de sa charité, elle est le modèle de l’Eglise que l’Esprit comble de ses dons et qui veille dans l’attente de la seconde venue du Christ ». Marie accompagne l’Eglise dans la prière fervente et la foi, elle est avec nous dans l’attente de la Pentecôte et du retour du Christ dans la gloire.

 

Je vous invite à lire les articles du Catéchisme de l’Eglise Catholique, sur ces deux mystères ou deux questions de l’Ascension (CEC 659-667) et de la venue du Christ dans la gloire (CEC 668-682).

 

Terminons en disant quelques mots sur les lectures de ce samedi de la 6ème semaine du temps pascal.

Première lecture

La 1ère lecture (Ac 18, 23-28) nous parle d’un personnage important de la primitive Eglise : Apollos. Ce Juif devenu Chrétien, participera à l’évangélisation des communautés juives de langue grecque. Certains experts lui attribuent aujourd’hui la paternité de la lettre aux Hébreux. La dernière phrase de notre passage peut aller dans ce sens.  « En effet, avec vigueur il réfutait publiquement les Juifs, en démontrant par les Écritures que le Christ, c’est Jésus ».

Retenons aussi cette belle expression, employée deux fois pour parler des disciples du Christ et de  l’annonce de son enseignement : « Le Chemin du Seigneur » ou « Le Chemin de Dieu ». La foi chrétienne est un cheminement vers Dieu.

– L’Evangile (Jn 16, 23b-28)

A nouveau, je donne la parole à mes confrères et vous propose leur beau commentaire.

– Le Père Alain de Boudemange sur decouvrir-dieu.com : « Au moment de quitter ce monde et de partir vers le Père, Jésus nous donne l’impression que nous n’aurons plus besoin de lui : nous pouvons prier directement le Père, parce que Jésus nous a désormais introduit dans son intimité. Il faut quelque peu corriger cette impression : nous avons accès au Père au nom de Jésus. La communion avec lui et le don de l’Esprit Saint nous placent dans une telle intimité avec lui, Jésus, que nous avons en lui accès au Père. Les annonces qu’il nous fait sont alors de grandes promesses : tout ce que nous demanderons au Père en son nom, il nous le donnera. Nous pourrions réagir à une telle promesse avec une forme de scepticisme : nous aurions l’impression, dans notre expérience de la prière, que cette promesse n’est pas réalisée. Mais cette promesse est plutôt une provocation : “jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom”. Jésus nous provoque à vivre plus pleinement en son nom pour découvrir les immenses bienfaits dans lesquels le Père veut nous faire vivre dès aujourd’hui. ».

– Le Père Emmanuel Payen sur rcf.fr : « “Demandez et vous recevrez, ainsi votre joie sera parfaite”. Telles sont les paroles que Jésus nous donne aujourd’hui dans son testament spirituel. Et Il précise : il ne s’agit pas de demander n’importe quoi, pour son confort ou son plaisir ; il s’agit de demander “au Nom de Jésus”, c’est-à-dire de la part de Jésus ; c’est-à-dire demander ce qui correspond à la volonté de Jésus pour chacun de nous. Quand les Apôtres Pierre et Jean, après la Pentecôte à Jérusalem, entrent dans le Temple, un infirme de naissance leur demande l’aumône. Alors Pierre lui dit : “Je n’ai ni or ni argent mais ce que j’ai, je te le donne : au Nom de Jésus Christ, le Nazaréen, lève-toi et marche ». A l’instant même l’infirme fut guéri et il marchait. La prière est exaucée ; la prière de demande doit être faite au Nom de Jésus ; elle est un acte de foi, un acte de discernement, elle est donnée par l’Esprit Saint, l’Esprit du Fils à son Père, et formulée par nous, les fils adoptifs, à notre Père. C’est pourquoi, il est recommandé que la prière de demande soit précédée par la prière de louange et la prière de pardon. Prier au Nom de Jésus c’est parler à Dieu en s’unissant au Fils de Dieu qui a fait de nous des fils adoptifs. Telle est la prière filiale : une prière débordante d’amour pour le Seigneur et pour le monde. Béni sois-tu, Seigneur notre Dieu, pour ton Fils Jésus qui nous a dit de prier en son Nom, au Nom de Jésus. Nous te demandons une seule grâce : celle d’être habités par ton Esprit Saint, pour te prier humblement, avec foi et persévérance, sans nous lasser d’être des demandeurs pour tous les hommes que tu aimes ».

Comme promis, pour terminer, le chant du jour à l’Esprit Saint (en plus de la prière de la neuvaine !).

 

Bonne marche vers la Pentecôte et bonne neuvaine à l’Esprit Saint, avec la Vierge Marie !

Père Jean-Michel PAYEUR, curé.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *