Le mot du curé du 25 Mars 2020

 Solennité de l’Annonciation du Seigneur

 

Chers amis,

Très bonne fête de l’Annonciation à tous !

On croit souvent que cette solennité est une fête mariale, car l’Evangile nous raconte la rencontre entre la Vierge et l’Ange Gabriel, mais en fait il s’agit bien d’une fête du Christ : « Solennité de l’Annonciation du Seigneur ». Pour le dire encore plus clairement, on pourrait l’appeler la « Solennité de l’Incarnation du Seigneur » : car c’est précisément ce mystère que nous honorons et célébrons en ce jour, tout juste neuf mois avant Noël. Ou pour le dire encore d’une autre manière, on pourrait la nommer la « fête de la conception miraculeuse du Christ, par l’action de l’Esprit Saint, dans le sein de la Vierge Marie ».
J’aime à dire que cette fête est la rencontre de 2 oui, une sorte « d’échange des consentements », par l’engagement total de deux libertés dans l’amour :
–       celui du Christ qui, selon la formule de la lettre aux Hébreux (2ème lecture de la messe de ce jour), « entrant dans le monde, dit : “Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté” » (He 10, 5.7)
–       celui de la Vierge Marie qui répond à la demande de Dieu, transmise par l’Ange Gabriel (Evangile de la messe du jour) : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » (Lc 1,38)

On pourrait résumer en une phrase (c’est le refrain bien connu d’un chant d’église) : « Me voici Seigneur, je viens faire ta volonté ; qu’il me soit fait selon ta parole ».

Dans le contexte si particulier qui est le nôtre cette année, il nous est bon de nous rappeler que cette fête est celle de l’Incarnation : le Verbe de Dieu qui a pris notre chair. Pour le dire plus simplement : Dieu qui s’est fait homme, qui a pris notre nature humaine, qui est devenu l’un de nous.
Le Concile Vatican II, dans sa constitution sur « l’Eglise dans le Monde de ce temps » Gaudium et Spes, a cette magnifique formule (sans doute inspirée par Mgr Karol Wojtyla, le futur pape Jean Paul II) sur laquelle je vous propose de méditer aujourd’hui :
« En réalité, le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné. Adam, en effet, le premier homme, était la figure de celui qui devait venir, le Christ Seigneur. Nouvel Adam, le Christ, dans la révélation même du mystère du Père et de son amour, manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation. Il n’est donc pas surprenant que les vérités ci-dessus trouvent en lui leur source et atteignent en lui leur point culminant.
“Image du Dieu invisible” (Col 1, 15), il est l’Homme parfait qui a restauré dans la descendance d’Adam la ressemblance divine, altérée dès le premier péché. Parce qu’en lui la nature humaine a été assumée, non absorbée, par le fait même, cette nature a été élevée en nous aussi à une dignité sans égale. Car, par son incarnation, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. Il a travaillé avec des mains d’homme, il a pensé avec une intelligence d’homme, il a agi avec une volonté d’homme, il a aimé avec un cœur d’homme. Né de la Vierge Marie, il est vraiment devenu l’un de nous, en tout semblable à nous, hormis le péché. » (GS 22, 1-2)

Oui, le Christ est devenu l’Emmanuel, Dieu-avec-nous : Il a vécu toutes les réalités de notre condition, de notre nature humaine, Il nous a rejoints dans nos souffrances, jusqu’à les porter, les assumer, les transfigurer.
Le Christ n’a pas fait semblant, n’a pas vécu une existence aseptisée, protégée, hors du monde.
La lettre aux Hébreux dira : « Pendant les jours de sa vie dans la chair, il offrit, avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications à Dieu qui pouvait le sauver de la mort, et il fut exaucé en raison de son grand respect. Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance et, conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel » (He 5, 7-9).
Supplions-le en ce temps d’épreuve ! Il nous a rejoints dans nos misères. Il est le bon Samaritain, qui s’est approché de l’humanité blessée sur le bord du chemin, l’a soignée, l’a portée sur ses épaules et veut la ramener dans la maison du Père. Nous pouvons tout Lui confier, tout Lui remettre, tout Lui partager. Il connaît nos souffrances, nos découragements, nos détresses.

Tournons-nous également vers la Vierge Marie, à qui Il nous a confiés comme ses enfants. Elle qui a toujours fait la volonté du Seigneur, elle nous aidera dans  cette période si troublée et difficile.
Marie, Mère du Perpétuel Secours, priez pour nous !

Je publie cette page très tôt ce matin, car je veux vous rappeler plusieurs événements que nous allons vivre aujourd’hui, que vous ne devez pas rater et auxquels je voudrais que vous puissiez vraiment vous associer ou vous joindre par la prière.

(NB : tous ceux qui ont la chaîne Kto ou la radio, peuvent suivre ces événements diffusés en direct) :
·       A 12h : Récitation du Notre Père en direct du Vatican avec le Pape François (et en communion avec toute l’Eglise).
·       A 15h30 : Prière du chapelet en direct de Lourdes et fin de la neuvaine à la Vierge Marie.
·       A 19h30 : les cloches de toutes les églises de France sonneront. Nous allumerons des bougies que nous mettrons à nos fenêtres et nous lirons, dans nos maisons, le récit de l’Evangile de l’Annonciation (Lc 1, 26-38).
Les détails complets (notamment pour la méditation du chapelet et pour la soirée de prière) sont sur le document « Message des évêques de France » publié sur notre site :

Message des Évêques de France aux catholiques et à tous nos concitoyens

Je célèbrerai moi-même la messe à 18h30 dans l’oratoire de la maison paroissiale.
Nous serons, une fois encore, en grande communion de cœur et de prière.

Que le Christ Jésus vous manifeste sa Tendresse et sa Miséricorde et que la Vierge Marie vous soit une présence douce et maternelle.

Vidéo : prière à la Vierge Marie “Totus Tuus”

Père Jean-Michel PAYEUR, curé.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.