[ Saint François d'Assise
Paroisse Saint-Symphorien-en-Côte-Chalonnaise
http://saintsymphorien.net/Saint-Francois-d-Assise
      Saint François d’Assise

Saint François d’Assise

- Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix
- La sainteté selon saint François
- Le cantique des créatures



SEIGNEUR, FAIS DE MOI UN INSTRUMENT DE TA PAIX

Seigneur,
fais de moi un instrument de ta paix !

Là où il y a de la haine,
que je mette l’amour.
Là où il y a l’offense,
que je mette le pardon.
Là où il y a la discorde,
que je mette l’union.
Là où il y a l’erreur,
que je mette la vérité.
Là où il y a le doute,
que je mette la foi.
Là où il y a le désespoir,
que je mette l’espérance
Là où il y a les ténèbres,
que je mette votre lumière.
Là où il y a la tristesse,
que je mette la joie.

Ô Maître,
que je ne cherche pas tant
A être consolé... qu’à consoler ;
A être compris... qu’à comprendre ;
A être aimé... qu’à aimer ;

Car :
C’est en donnant... qu’on reçoit ;
C’est en s’oubliant... qu’on trouve
C’est en pardonnant... qu’on est pardonné ;
C’est en mourant... qu’on ressuscite
à l’éternelle vie.

Saint François d’Assise (1182-1226)


LA SAINTETÉ SELON SAINT FRANÇOIS

Un jour François d’Assise cheminait en compagnie de frère Léon au bord d’un torrent. S’étant arrêté pour se reposer, frère Léon regardait longuement l’eau. Elle bondissait sur les rochers, toute blanche et exultante avec de brefs éclats d’azur.

François regarda frère Léon et vit de la tristesse sur son visage :

– Tu as l’air songeur, frère Léon, lui dit-il simplement.

– Ah ! Si nous pouvions avoir un peu de cette pureté... répondit léon. Nous connaîtrions tous la joie folle et débordante de notre sœur l’eau.

Il y avait dans ces paroles une profonde nostalgie. Le regard de Léon fixait mélancoliquement le torrent qui ne cessait de fuir dans son insaisissable pureté.

Après un moment de silence. François posa à Léon cette question :
– Sais-tu, frère, ce qu’est la pureté du cœur ?

– Oui, lui dit Léon sans hésiter. C’est de ne pas avoir de fautes à se reprocher.

François observa un instant de silence... Puis il reprit :
– Alors je comprends ta tristesse. Vois-tu, on a toujours quelque chose à se reprocher. Toujours... À te préoccuper de la pureté de ton cœur, tu seras donc toujours triste... Il vaut mieux tourner ton regard vers Dieu : admire-Le ; réjouis-toi de ce qu’il est, Lui, toute pureté. Rends-lui grâce à cause de Lui-même. C’est cela, mon frère, avoir le cœur pur.

– Mais Dieu cependant, réclame notre effort et notre fidélité, fit observer frère Léon.

– Oui, c’est vrai répondit François. Mais la sainteté n’est pas un accomplissement de soi ; elle n’est pas une plénitude qu’on se donne à soi-même.
Elle est d’abord un vide que l’on découvre ; un vide que l’on accepte et que Dieu vient remplir dans la mesure où l’on s’ouvre à sa plénitude...
Ne te demande pas si tu es beau aux yeux de Dieu. Demande-toi seulement si tu es assez conscient de tes manques pour laisser Dieu venir faire chez toi sa demeure. Un tel cœur est à la fois dépouillé et comblé. C’est cela, la pureté, frère Léon.


CANTIQUE DES CRÉATURES

Très haut, tout puissant et bon Seigneur,

à toi louange, gloire, honneur, et toute bénédiction ;

à toi seul ils conviennent, ô Très-Haut,

et nul homme n’est digne de te nommer.

Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,

spécialement messire frère Soleil,

par qui tu nous donnes le jour, la lumière :

il est beau, rayonnant d’une grande splendeur,

et de toi, le Très-Haut, il nous offre le symbole.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur Lune et les étoiles :

dans le ciel tu les as formées, claires, précieuses et belles.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Vent,
et pour l’air et pour les nuages,

pour l’azur calme et tous les temps :

grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur Eau,
qui est très utile et très humble, précieuse et chaste.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la Terre,

qui nous porte et nous nourrit,

qui produit la diversité des fruits,

avec les fleurs diaprées et les herbes.

Loué sois-tu, mon Seigneur,
pour ceux qui pardonnent par amour pour toi ;

qui supportent épreuves et maladies :

heureux s’ils conservent la paix car par toi,
le Très-Haut, ils seront couronnés.

Loué sois-tu, mon Seigneur,

pour notre sœur la Mort corporelle

à qui nul homme vivant ne peut échapper.

Malheur à ceux qui meurent en péché mortel ;

heureux ceux qu’elle surprendra faisant ta volonté,

car la seconde mort ne pourra leur nuire.


Louez et bénissez mon Seigneur,

rendez-lui grâce et servez-le
en toute humilité !


Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


info_fr

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr

Il est vivant !

Parcours Alpha

newsletter


(|non)]